Affaire indemnisation des victimes des déchets toxiques: Est-ce vraiment les avocats qui bloquent le partage de l’argent?

Voici une information de source sûre qui vient de tomber dans nos oreilles.

En effet, nous savons depuis un moments que la justice a permis aux structures syndicales des victimes des déchets toxiques de posséder sur leurs comptes bancaires de fortes sommes d’argents pour indemniser les victimes. Lesquelles victimes ont même marché au Plateau pour réclamer le payement des indemnisations. Alors ne sentant pas venir rapidement les choses, la presse d’investigation a commencé à s’intéresser au dossier. Et c’est elle qui vient d’apprendre pourquoi l’argent n’a pas encore été distribué.

Pourquoi donc ?

L’homme de presse a approché plusieurs responsables syndicaux pour leur poser la question. Ils expliquent qu’en fait l’argent est là. Les victimes ont aussi pratiquement fini de faire les différents et nombreux papiers et sont prêts à recevoir les indemnisations. Certaines victimes ont choisi de percevoir l’argent liquide ou si vous voulez le « cash-money ». D’autres ont choisi les cartes magnétiques et enfin le troisième lot a choisi les chèques.

Ce qui bloque un peu, c’est le OK des avocats.

Faut-il que les victimes marchent encore ou saisissent les responsables du pouvoir politique pour que cet argent soit partagé ?

C’est cette question qui a fait réagir beaucoup de personnes qui suivent de bout à bout ce dossier depuis des années. Des grands responsables et de grands noms bien connus dans le pays commencent à ne plus supporter ces avocats qui prennent plaisir à laisser les victimes dans la pauvreté. « Plus personne ne peut expliquer pourquoi l’argent n’a pas encore commencé à être distribué aux personnes qui sont là en train de mourir de pauvreté dans ce pays. Les gens ont besoin de leur argent, il faut que les uns et les autres, les responsables de syndicats de victimes et le pouvoir politique acceptent de partager l’argent et que chacun ait sa part », a réagi un directeur de société que nous préférons garder le nom dans l’anonymat.

Lire aussi:  Incroyable/Côte d’Ivoire : Après l’argent des déchets toxiques, Adama Bictogo veut-il encore détourner les ‘’fonds Covid-19’’ pour les pauvres ? «Si vous n'avez pas honte, au moins ayez pitié» (Jean-Yves ESSO ESSIS)

Un autre a réagi au dossier : « Toute la bataille qui a été menée depuis sous Gbagbo, c’est pour que les victimes aient leur argent qui leur revient de droit. Maintenant que cet argent est là, pourquoi ne pas leur partager pour qu’ils respirent un peu d’aisance ? »

Nous avons approché par téléphone des avocats accusés de bloquer l’évolution de l’affaire. Mais, ces derniers refusent de parler de l’affaire des indemnisations des victimes des déchets toxiques. Est-ce vraiment eux qui bloquent le dénouement de cette affaire ou une main occulte haut placée ? Les investigations continuent…

Thierry LEES

Laisser un commentaire