Actes de criminalité maritime: Les eaux du Golfe de Guinée sont les plus dangereuses

De toutes les mers du monde, le Golfe de Guinée est la zone maritime la plus exposée à la piraterie et au brigandage. Elle est devenue pour l’industrie maritime, la zone la plus dangereuse du monde.

Dans l’objectif de contribuer à enrayer ce banditisme maritime dans cette zone, l’Institut de Sécurité maritime interrégional (ISMI) de Yopougon logé au sein de l’Académie régionale des sciences et Techniques de la Mer (ARSTM), dans le cadre du projet SWAIMS-FORMAR financé par l’Union européenne, a ouvert une formation le lundi 05 juillet 2021. Elle prendra fin le 16 Juillet prochain.

Elle regroupe les officiers de police judiciaire des administrations ayant des compétences en mer.

Ils sont au nombre de 29 participants issus de 16 pays des Etats de l’Afrique de l’Ouest et du Centre ainsi que des représentants de l’architecture de coopération de sécurité de Yaoundé.

Le séminaire porte en effet, sur l’exercice de la police en mer dans le cadre de la lutte contre les actes de criminalité maritime, notamment la piraterie, les vols à mains armées et autres actes illicites.

La cérémonie d’ouverture était placée sous la présidence de l’Ambassadeur, chef de la Délégation de l’Union européenne en Côte d’Ivoire, représenté par Michel Laloge, chef de projet coopération à ladite délégation. Pour le mandant de l’UE, cette formation permettra de comprendre le fonctionnement du système maritime.

Lire aussi:  Côte d’Ivoire: Georges-Armand Ouégnin révèle comment Aboudrahamane Sangaré a créé EDS pour que vive le Fpi de Laurent Gbagbo

 Selon lui, les eaux du Golfe de Guinée sont réputées être les plus dangereuses au monde. D’où la nécessité d’agir en vue de renforcer les capacités des acteurs de l’intervention afin de diminuer les attaques. C’est pourquoi, justifie-t-il, l’UE appuie la stratégie de lutte des Etats du Golfe de Guinée à travers le projet SWAIMS-FORMAR.

 Cette formation est certes courte, mais les thématiques sont essentielles. L’UE espère, indique-t-il, que  tous les participants pourront utiliser les connaissances acquises afin d’être à même d’engager des poursuites sur des bases légales et solides à l’encontre des pirates et des brigands.

Abroulaye Fofana, président du comité stratégique de l’ISMI et Secrétaire permanent du comité interministériel de l’Action de l’Etat en mer s’est réjoui de la tenue de ce séminaire qui vient donner aux acteurs clés que sont les officiers de police judiciaire les connaissances et rudiments nécessaires à la répression  des infractions criminelles en mer.

 Il s’est engagé à faire un suivi rigoureux de l’usage des fonds et équipements mis à disposition de l’Institut par l’UE, conformément aux orientations stratégiques de l’ISMI et les objectifs visés par la CEDEAO.

Abroulaye Fofana a salué l’Union européenne dont l’appui vient renforcer l’offre de formation de l’ARSTM et l’ISMI qui permettent de répondre ainsi aux besoins de renforcement de capacités des Etats du Golfe de Guinée.

Lire aussi:  Législatives à Oumé: Lagui Joachim (PDCI) et Odette Sauyet (FPI) se sont rencontrés…

Nathanaël Yao

🔥1 Vues | Lectures

Laisser un commentaire