Accidents de motos: Plus de 1200 tués, l’Etat va-t-il appliquer les nouvelles mesures prises ?

Conscient que le nombre pléthorique de motos qui circulent à Abidjan et à l’intérieur du pays provoquent plusieurs accidents mortels à cause d’éventuels pannes techniques, l’Etat ivoirien a pris la décision d’imposer la visite technique à ces engins à deux roues.

Le porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly, a en effet, annoncé mercredi 07 Juillet 2021, l’immatriculation et la visite technique obligatoire pour tous les véhicules motorisés y compris les deux et trois roues, après le Conseil des ministres.

L’immatriculation et la visite technique sont désormais “obligatoire pour tous les véhicules motorisés y compris les deux roues et les trois roues”, a-t-il indiqué.

Avant d’ajouter qu’il est fait “obligation” aux conducteurs des motos et des tricycles de détenir le permis A et de disposer d’une assurance.

Cette mesure, adoptée en Conseil des ministres, vise à renforcer la sécurité routière sur le réseau routier ivoirien face à l’accroissement du taux des accidents de la circulation routière, a fait savoir le porte-parole du gouvernement.

Il est important de souligner que le nombre de victimes dues aux accidents de la route est estimé à “1200 tués et plus de 21.000 blessés en moyenne par an”.

Le dispositif élaboré pour la période 2021-2025 comprend au nombre des priorités, l’amélioration de la sécurité des transports en commun, des marchandises et le renforcement de la prise en charge des accidents, a souligné le porte-parole du gouvernement.

Il prévoit de façon spécifique le renforcement de la signalisation routière sur les axes interurbains, du contrôle sur les camions et les véhicules de transport en commun, notamment les taxis compteurs, les minibus et les taxis communaux, a-t -il poursuivi.

Le porte-parole du gouvernement ivoirien, Amadou Coulibaly, a rappelé par ailleurs l’interdiction formelle de l’utilisation du gaz butane comme source d’énergie dans les véhicules, un phénomène qui a occasionné des dégâts matériels et humains.

Lire aussi:  Deuil: «Seydou Élimane DIARRA était investi dans la quête permanente de la paix en Côte d’Ivoire» (Henri Konan Bédié)

Nous osons croire que les gouvernants vont contraindre les usagers à respecter ces mesures, à la lettre afin de contribuer à réduire le taux de décès par accidents.

Car une chose est de prendre des décisions courageuses, mais une autre est de veiller à leur application. Trop de décisions gouvernementales sont restées sans suite.

Nathanael Yao

🔥0 Vues | Lectures

Laisser un commentaire