Absentéisme à la Fonction publique à Agboville: Le D.R, Adjuman Kouassi Mathias, dénonce et instruit les agents

“L’absentéisme et le laxisme” s’accentuent dans les services publics de la région de l’Agnéby-Tiassa, notamment à Agboville, a fait remarquer Adjuman Kouassi Mathias, au cours de la conférence mensuelle des Directeurs et chefs de service de la région, développant ‘’la procédure disciplinaire de la Fonction Publique’’, thème central de la rencontre.

Selon l’Agence ivoirienne de presse (AIP), le Directeur régional de la Fonction Publique et de la Modernisation de l’Administration de l’Agnéby-Tiassa, Adjuman Kouassi Mathias, a dénoncé, mercredi 26 mai 2021, “l’absentéisme et le laxisme” dans les services publics de la région, notamment à Agboville.

Malgré cette dénonciation, toujours selon l’AIP, le premier responsable régional de la Fonction Publique qui a fait cette remarque au cours de la conférence mensuelle des Directeurs et chefs de service présidée par le préfet de région Sihindou Coulibaly, a donné cependant un satisfecit au niveau des services de l’éducation formation où les personnels sont très présents et respectent leur emploi du temps, au regard des contrôles.

Le conférencier a indiqué que ‘’certains actes posés par méconnaissance des textes ou par ignorance peuvent entraîner chez leurs auteurs des sanctions au niveau de l’administration’’.

Il s’agit, selon le conférencier, entre autres, du non respect des mesures disciplinaires, à savoir, les retards, les absences répétées, l’abandon de poste, le refus de rejoindre le poste d’affectation etc.

Lire aussi:  Leadership féminin et mentorat: Sidi Touré partage son expérience avec des lauréates

Il y a aussi, a-t-il dit, les fautes commises, dans le cadre du droit commun, telles que le vol, le viol, l’attentat à la pudeur, l’escroquerie etc., qui sont sanctionnées par la Fonction Publique, au premier degré par le préfet en région et au second degré par le ministre de la Fonction Publique sur proposition du Conseil de discipline.

Toutefois, il a fait état des voies de recours qui s’offrent aux fonctionnaires, notamment le recours administratif consistant à saisir le ministre de la Fonction Publique ou la saisine de la chambre administrative du Conseil Constitutionnel, s’ils considèrent que la sanction est un abus.

Par ailleurs, selon l’AIP, le Directeur Adjuman Mathias a exhorté les chefs de service à prendre leur responsabilité face au laxisme tout en leur apportant un éclairage sur le droit du fonctionnaire à un congé annuel de 30 jours, à des autorisations spéciales d’absence, à des congés maladie, à un congé de maternité et des périodes de repos pour allaitement avec rémunération pour la femme fonctionnaire etc.

Pour finir, les dispositions à prendre pour une prise en compte rapide du fonctionnaire, une fois admis à faire valoir ses droits à la retraite, la nécessité d’obtenir une attestation de décès d’un agent qui meurt, pour la suite des démarches administratives etc., ont été passées au peigne fin pour mieux armer les chefs de service dans le contexte d’une administration moderne et performante.

Lire aussi:  Cpi, on veut empêcher Gbagbo de participer à la présidentielle de 2020 : Me Emmanuel Altit a déposé lundi 7 octobre une demande de remise en liberté «immédiate et sans condition»

GRO

Laisser un commentaire