3e mandat/Edwige Sossah à Alassane Ouattara : «Le respect de la parole donnée, c’est ce qui différencie l’homme de l’animal…»

3e mandat/Edwige Sossah à Alassane Ouattara : «Le respect de la parole donnée, c’est ce qui différencie l’homme de l’animal…»

A Adama Bictogo et consorts: «Et vous toutes et tous qui lui soufflez fort un troisième mandat, je dirai ne livrez pas l’honneur d’un homme aux chiens!»

Alors que le conclave s’est terminé à l’hôtel ivoire, le Président Ouattara dans un langage diplomatique a envoyé un message fort à toutes celles et tous ceux qui veulent le pousser dans le gouffre d’un troisième mandat.

Comme j’ai eu à le dire dans plusieurs déclarations, le président Ouattara est harcelé par les siens. La pression qu’il subit est insupportable et intolérable.

Pour l’avoir rencontré une fois dans ma vie, je puis vous dire que le président est un homme qui a le sens de l’honneur et de la parole donnée. Il sait trop bien que le respect de la parole donnée c’est ce qui différencie l’homme de l’animal. Et le président est un homme.

Je m’adresse à vous toutes et tous qui mettez la pression sur le président que vous qualifiez de mentor, je vous dis que le poussez dans ce troisième mandat est un assassinat politique.

De plus, lors d’une déclaration, il vous avait prévenu car il vous connaît ; il vous avait dit je ne ferai pas de troisième mandat. “Tous les matins je reçois deux valises de documents que je dois traiter.  Je me couche à 23h et me lève à 4h du matin pour reprendre le travail. Je me rends au bureau à 10h.”

Lire aussi:  Côte d’Ivoire: La volée de bois vert pour diaboliser Bédié, et pourtant, il a toujours eu tort d’avoir eu trop tôt raison…Les vérités crues d’un journaliste aux pouvoir Ouattara-Rhdp

En plus d’un assassinat politique, insistez pour un troisième mandat, c’est implicitement un assassinat physique. Il y a tant d’hommes et de femmes compétents et capables de faire gagner le RHDP. Si vous aimez tant le président, laissez le sortir par la grande porte. Laissez le inscrire son nom dans les annales de l’histoire des ivoiriens.

Certains disent je demande au président de ne pas se présenter. D’autres insistent en disant le président est notre candidat. Laissez le chef de l’Etat prendre sa décision en âme et conscience. Et vous toutes et tous qui lui soufflez fort un troisième mandat, je dirai ne livrez pas l’honneur d’un homme aux chiens !

 EDWIGE SOSSAH

Présidente du mouvement politique ‘’République fraternelle’’

Laisser un commentaire