AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Fin des obsèques de Bédié à Pepressou/Traoré Adam-Kolia aux Ivoiriens: «Dans ce bas monde, tout est relatif, rien n’est absolu et éternel»

6 min read
444504045 996298895838744 7246241190439203412 n
13 / 100

Décédé le 1er août 2023, les obsèques du président Aimé Henri Konan Bédié, qui ont débuté le dimanche 19 mai à Abidjan, ont pris fin hier samedi 1er juin 2024 avec son inhumation à Pepressou, son village natal, département de Daoukro. Avant la messe de requiem, ce samedi 1er juin, les populations de la région de l’Iffou, par la voix de leur porte-parole, Traoré Adam-Kolia, par ailleurs président du Conseil régional de ladite région, ont dit « adieu au grand homme, adieu à l’homme d’honneur ; adieu à l’homme de bien, à l’homme de paix ». Ces populations ont aussi réalisé, à cette occasion et en présence des autorités du pays, des dignitaires du PDCI-RDA et des concitoyens de toutes les sensibilités religieuses et politiques, de toutes les régions de la Côte d’Ivoire, que «dans ce bas monde, tout est relatif, rien n’est absolu et éternel». Propos intégral.

444504045 996298895838744 7246241190439203412 n

(…) Chers concitoyens ;

Chers parents

Un proverbe Persan nous enseigne que la parole est la rumination de l’homme, s’il ne parle pas, il se morfond.

Mais quelle frustration peut-on par contre éprouver quand en réalité, cette même parole, quel que soit le niveau de langue, le vocabulaire employé et l’éloquence dans son expression n’arrivent pas à traduire suffisamment les sentiments profonds de l’homme ?

L’impuissance est d’autant plus insupportable qu’il s’agit d’une occurrence de reconnaissance absolue, quasi ultime envers un être cher, qui aura tout donné à sa famille, aux siens et à la nation.

Quel supplice !

Le meilleur usage que je puisse faire de la parole dans cette situation aurait été de me taire, si la responsabilité de la fonction ne me l’imposait pas, car ce que les mots ne peuvent exprimer, le silence et les actes communiquent mieux.

Mesdames et messieurs, chers parents,

Voici le dilemme blessant dans lequel je me tiens devant vous.

Je voudrais par conséquent vous prier de ne pas me tenir rigueur outre mesure des bredouillements éventuels au cours de cette prise de parole.

En effet, pour nous, populations de Daoukro et de la Région de l’IFFOU, le Président Henri Konan BEDIE était tout : un parent, un guide, un modèle, un repère, une protection, une assurance, un soutien, mais surtout une grande fierté.

Il était si précieux, si disponible et si présent pour nous, que nous réfutions l’idée même de le perdre un jour.

Indubitablement, la journée du 1er août 2023 a été véritablement terrible pour les populations de la région de l’IFFOU.

En vérité, si la consternation s’est ressentie partout, ici, le désarroi était total, la désolation visible, tant la disparition de notre Président a été soudaine.

Le temps passe mais le déchirement est chaque jour un peu plus vivace. Il l’est davantage aujourd’hui au moment de l’ultime séparation d’avec notre cher Président.

Mesdames et messieurs, chers parents

Du Président Henri Konan BEDIE on ne dira jamais assez sur son cursus scolaire, sa carrière professionnelle, sa vie politique, son intelligence, son charisme et ses valeurs humaines. Je préfère m’en abstenir dans la circonstance actuelle, pour laisser libre court à ceux dont il est resté incompris pendant un temps ou qui l’ont combattu injustement. Il n’y aurait pas meilleur Hommage pour le sphinx de Daoukro, que ce qui vient de ces derniers.

Retenons simplement que sa vie est une leçon de détermination, de dévouement au travail, de constance, d’amour, de fidélité, de résilience et de beaucoup de sacrifices.

Le Président BEDIE est simplement un grand homme, un patriote, un homme d’honneur, comme on en trouve rarement.

La vie du Président Henri Konan BEDIE est riche en enseignements, c’est une leçon de vie intarissable pour nous-même et pour la multitude qui l’a côtoyé.

Malheureusement la sentence de la mort après la vie est irrésistible. C’est une des lois de la nature. Dans ce bas monde, tout est relatif, rien n’est absolu et éternel.

Devant cette fatalité, devrions-nous continuer de pleurer ou alors célébrer le président Henri Konan BEDIE ?

Un simple regard moins émotionnel sur la longévité et la destinée de notre illustre disparu, nous amène à croire que son existence est en somme, une grâce, une vraie bénédiction divine.

Malgré la manifestation des mauvais sentiments des hommes contre lui, le Président BEDIE est resté au sommet jusqu’à sa mort, de surcroit une mort paisible, sans aucune souffrance, si bien que nous gardons de lui et si heureusement la seule et même belle image.

Quelle vie ?

Une vie hors du commun, une vie accomplie. Le président Henri Konan BEDIE est reparti vers son créateur, propre, sans aucune salissure. Il est parti comme il a vécu, en vrai chef.

Pour le Président BEDIE, je vous prie mesdames et messieurs, de vous lever pour exalter et glorifier Dieu par des acclamations nourries.

Madame Henriette Konan BEDIE

Les enfants BEDIE (Lucette, Jean-Luc, Isabelle et Patrick) ;

Les familles BEDIE, KOIZAN et Alliées ;

Séchez vos larmes. Votre chef de famille a vécu utile, vous devriez en être fiers et dignes dans la douleur.

Madame BEDIE, ma chère Mounette ;

Votre époux, votre cher Henria bien achevé sa mission terrestre. De là-haut, assis sûrement à la droite du Seigneur, il continuera de veiller sur vous, vos enfants et vos parents, comme toujours.

Que Dieu tout-puissant vous console et soit votre réconfort.

Monsieur le Président Henri Konan BEDIE

Jamais, je ne vous avais tutoyé en public, je me permettais quelques libertés en intimité après vous avoir servi du « tonton » au lieu de Monsieur le Président.

Alors Tonton,

Je me le permets aujourd’hui, non pas parce que ta posture a changé, mais juste pour privilégier le lien filial et fraternel que tu as toujours entretenu avec les élus, les cadres et les populations de ta région natale.

Tu as été le ciment de notre unité, le symbole de notre cohésion, le porte-flambeau du développement régional.

Je ne doute pas que de ta demeure céleste, avec l’aide de Dieu et notre volonté partagée, tu sauras adoucir nos cœurs pour que dans un élan de fraternité, d’humilité, solidarité, de compréhension mutuelle et de cohésion, nous perpétuions et accroissions tous ensemble, le fabuleux héritage que tu nous laisses.

Je m’y engage personnellement et je pense que tous les autres aussi.

Pour notre part, nous, population de la Région, continuerons de prier inlassablement Dieu et nos mânes pour qu’ils t’accordent mille fois plus que tu as donné à tes semblables pendant ta vie terrestre.

Cher Tonton ;

Tu nous manques déjà énormément, mais turestes en vieen chacun de nous également.Tu n’es pas mort ; nos cœurs sont à jamais ta nouvelle demeure et tu y habiteras d’une génération à l’autre.

Repose en paix dans la félicité éternelle. Que la terre de PEPRESSOU que tu as tant aimée te soit légère. Un adieu

ADIEU GRAND HOMME, ADIEU HOMME D’HONNEUR ; ADIEU HOMME DE BIEN, HOMME DE PAIX.

Traoré Adam-Kolia,

Porte-parole des populations de la région de l’Iffou

NB : Le titre et le chapeau sont de la rédaction de africanewsquick.net

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading