AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

PDCI en deuil: «M’Bra Yao Laurent. Hélas, je me suis trompé…», l’hommage d’un compagnon de lutte

2 min read
13e1fcfa fd1c 47dc bb0a c6a9900909cf
5 / 100

Cher M’Bra,

J’écris ces mots avec le cœur lourd, rempli de tristesse et d’incompréhension. J’apprends que tu as choisi d’abandonner le combat, de quitter la lutte pour un avenir meilleur que nous avions tous tant espéré. Je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi.

Pourquoi as-tu fui le combat, M’Bra ? Pourquoi nous as-tu laissés sans voix, sans savoir comment te retrouver ? N’as-tu pas pensé à tes tendres enfants, à ta femme, à ta grande sœur et à tous tes frères et amis qui comptaient tant sur toi ?

13e1fcfa fd1c 47dc bb0a c6a9900909cf
PDCI en deuil: «M'Bra Yao Laurent. Hélas, je me suis trompé…», l’hommage d’un compagnon de lutte 7

Je te croyais aussi courageux que nos anciens combattants de la lutte pour l’indépendance à Dimbokro, ta ville natale. Hélas, je me suis trompé. Tu as choisi la voie de la facilité, du renoncement, au moment où le combat devenait le plus crucial.

Le Président Thiam a besoin de ta combativité, de ton courage. Il a besoin de tous les patriotes comme toi pour mener à bien sa mission et bâtir une Côte d’Ivoire plus juste et plus prospère. Reviens M’Bra, le combat n’est pas encore terminé. Il nous reste tant à faire !

Le PDCI-RDA, le parti que tu as tant aimé, te pleure. Le Président Bédié n’a pas encore été inhumé, ses obsèques n’ont même pas encore commencé. Tu avais prévu de porter son pagne de deuil, de l’accompagner à Daoukro pour lui dire adieu. Mais tu as choisi de nous abandonner, de briser nos cœurs et de laisser un vide immense dans nos vies.

M’Bra, où es-tu caché ? Tous tes amis te cherchent, te pleurent. Ils ne comprennent pas pourquoi tu as pu faire ça. Comment as-tu pu choisir de servir le Président Aimé Henri Bédié au lieu du Président Tidjane Thiam, sans même nous en informer ? C’était une décision lâche et égoïste qui nous a tous profondément blessés.

Je ne te parlerai plus, M’Bra. Vas en paix, que Dieu t’accueille dans son palais céleste. Mais sache que tu nous manqueras terriblement. Tu as laissé un vide immense dans nos cœurs et dans nos vies.

Adieu, mon frère. Adieu.

Ton frère qui t’aimait tant

Frédéric-Rossif.

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading