AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Daoukro-N’gattakro (Iffou) : Akoto Olivier dévoile une solution moins chère pour le foncier rural et sensibilise sur l’état civil 

5 min read
35860d42 2784 4686 8852 bd8ea2a17827
8 / 100

L’honorable Akoto Kouassi Olivier, député de Daoukro-N’gattakro, a eu, le lundi 11 mars 2024, à la salle de réunion de la sous-préfecture de Daoukro, une réunion avec les chefs de village de Daoukro et de N’gattakro. Il avait à ses côtés le sous-préfet de Daoukro, le directeur régional de l’agriculture et du développement durable et un géomètre-expert. Intervenant à cette occasion, Abou Bakary Koné, sous-préfet de Daoukro, a situé le cadre de la rencontre.

Pour sa part, le député Akoto Olivier a indiqué que la rencontre fait suite à la tournée de sensibilisation sur l’état civil et le foncier rural au niveau des sous-préfectures de Daoukro et de N’gattakro qu’il a eu à initier en janvier dernier.

 » Nous avons recueilli les préoccupations des populations pendant cette tournée. Le cri du cœur aujourd’hui des populations de Daoukro et de N’gattakro, c’est la cherté du processus d’acquisition du certificat foncier « , a-t-il fait remarquer.

Aussi, a-t-il fait connaître, nous avons échangé avec les différents partenaires, en l’occurrence le ministère de l’agriculture, les  géomètres-experts qui ont aujourd’hui décidé de nous accompagner afin d’assouplir les conditions d’acquisition du certificat foncier.

 » Je pense qu’avec l’appui du sous-préfet de Daoukro qui nous accompagne encore dans cette démarche, nous avons sensibilisé tous nos chefs de Daoukro et de N’gattakro pour qu’ils puissent se mobiliser parce qu’individuellement, ça revient cher mais faire les rencontres en communautés, mobiliser les communautés villageoises, ensemble, on pourra facilement, de manière groupée, faire ce document administratif qui est important, qui permettra désormais de sécuriser les terres de nos parents, qui permettra aussi d’éviter les conflits fonciers que nous vivons aujourd’hui dans nos localités. Je voudrais, une fois de plus, lancer un appel à toutes nos populations de Daoukro et de N’gattakro  de mettre tout en œuvre, de s’organiser en groupement afin de bénéficier de la réduction d’acquisition du certificat foncier. C’est l’occasion pour moi de lancer un appel à tous les élus, à tous les cadres et à tous les présidents de mutuelles de Daoukro et de N’gattakro de s’approprier ce projet, cette initiative qui pourra vraiment accompagner nos parents dans cette quête urgente d’acquisition du certificat foncier « , a-t-il dit.

Mais bien avant ça, a-t-il fait observer, nous avons lancé un message aussi sur l’urgence de la promotion de l’état civil. Et d’ajouter que depuis 2018, il y a une loi que les députés ivoiriens ont eu à voter, promulguée par le chef de l’Etat.  » C’est la loi relative à la déclaration spéciale des naissances qui permettra à nos populations d’obtenir des extraits de naissance. Toute personne qui n’a pas de documents administratifs, qui n’a pas d’identité peut venir aujourd’hui à la sous-préfecture en tant que requérant avec deux témoins majeurs pour se faire auditionner et cette requête va au tribunal et quand elle revient, ces parents, ces requérants ont désormais un document administratif leur permettant d’avoir un extrait de naissance. Après l’extrait de naissance, on peut aisément obtenir un certificat de nationalité. Après le certificat de nationalité, on peut obtenir une carte nationale d’identité. Il faudrait que ce message soit su par les parents qui, en fait, sont souvent hésitants ou à la traîne « , a-t-il poursuivi.

 » Donc, je lance encore un appel à tous nos parents dans nos villages, dans nos contrées que l’opération de déclaration spéciale de naissance continue jusqu’en 2025. Les chefs de village envoient des témoins majeurs et tous les requérants sont mobilisés à venir à la sous-préfecture  pour se faire identifier gratuitement. Donc, c’est une opération qui a commencé depuis 2018 et qui continue jusqu’en 2025 « , a-t-il conclu.

Nanan Adjé Allico, chef du village d’Adjékro, a, au nom des chefs de village, dit qu’ils sont contents, indiquant que dès leur retour dans les différents villages, ils se feront forts d’inviter les populations pour leur passer le message qu’ils ont reçu.

Notons que cette rencontre a été meublée par des échanges fructueux.

C.K  

Correspondant régional        

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading