Djorogo Nangui Severin

Nomination de Cissé Bacongo au District d’Abidjan: «Il y a lieu de savoir raison garder», selon Djorogo Nangui Séverin, Président du Conseil des chefs Atchan

8 / 100

Depuis le 27 décembre 2023, date de la nomination du Ministre Cissé Bacongo, Député-Maire de la commune de Koumassi, à la tête du District Autonome d’Abidjan, en qualité de Gouverneur, mon téléphone n’a cessé de crépiter. Ils sont nombreux, les Ivoiriens, les amis, les frères, les jeunes et les femmes, ceux qui ont souhaité et parfois exigé que je me prononce ; parce que, selon eux, ce poste échoit à un natif Atchan.

Etait-il opportun et convenable de le faire dans le feu de l’action, pendant que les esprits brillaient raisonnablement de tension ?

Pour éviter que notre silence ne soit interprété selon les passions des uns et des autres, trois semaines après, nous avons jugé important de réagir, en tant que fils Atchan et Chef du village d’Anono afin d’étaler notre position sur la question.

En effet, après la nomination du Ministre-Gouverneur, Robert Beugré Mambé, fils Atchan, à la tête du Gouvernement, une première dans l’histoire de la Côte d’Ivoire, bien des Ivoiriens et des nôtres ont légitimement pensé à la désignation d’un autre natif Atchan pour son remplacement conformément à la tradition, initiée par le Président Félix Houphouët-Boigny, suivie par le Président Henri Konan Bédié, respectée par le Président Laurent Gbagbo et perpétuée par le Président Alassane Ouattara, selon laquelle, il n’y a pas mieux qu’un Ebrié pour prendre soin du département d’Abidjan.

Nos consciences respectives se sont accommodées et fondues dans l’irréversibilité de cette coutume si bien que nous la croyions une loi, surtout en se fiant à la déclaration du Ministre Amadou Coulibaly, porte-parole du gouvernement, du 9 juin 2021 et je cite : « Ces Districts seront dirigés par des personnalités qui seront nommées en tant que ministres gouverneurs. Le choix de ces gouverneurs sera porté sur de hautes personnalités, des cadres expérimentés du pays, ayant une proximité avec les populations et étant originaires chacun d’un des districts qu’ils seront appelés à diriger », fin de citation.

Contrairement donc à la tradition, c’est une personnalité non-native du département qui est nommée, d’où la grande colère des populations Atchan, qui considèrent cette nomination comme un mépris à leur égard.

Je reste solidaire de mon peuple dans cette ‘’fâcheuse’’ circonstance toutefois, il y a lieu de savoir raison garder et faire confiance au Président de la République dont on ne sait pas, en vérité et en vérité, les réelles motivations.

C’est pourquoi, je me suis rendu auprès du nouveau gouverneur, le Ministre Cissé Bacongo, afin de comprendre les motivations de sa nomination.

Je peux rassurer mes parents, frères et amis que le choix du Président de la République de mettre le Ministre Cissé Bacongo à la tête du District Autonome d’Abidjan, alors que lui-même n’avait pas failli à la tradition par la nomination de notre frère Robert Beugré Mambé dès son accession au pouvoir, n’est pas fortuit et dressé contre le peuple Atchan, même si je ne l’approuve pas.

Nous restons convaincus que l’ensemble des Ivoiriens ne doute pas des qualités de brillant gestionnaire des collectivités locales du Ministre Cissé Bacongo, encore moins de ses capacités à relever les défis de développement de la région des lagunes.

Il faut le reconnaitre, assainir la ville d’Abidjan, les rues de Nangui Ambrogoua, les quartiers de Bramacoté, Boribana, pour ne citer que ceux-là, demande parfois d’avoir un courage de Lion.

En vérité, Cissé Bacongo est un ouvrier de développement juste en mission pour la mise en œuvre temporelle et déterminée de la vision de modernisation de la ville d’Abidjan du Président Alassane Ouattara.

Le président Alassane Ouattara, ce n’est un secret pour personne, s’est investi, dès sa prise de pouvoir, à faire de notre terre, notre ville, une métropole de référence à travers la construction d’infrastructures futuristes et modernes. « BIDJA » a pris aujourd’hui l’allure d’une capitale occidentale avec ses bitumes, ses ponts et ses immeubles luxuriants. Au regard de tout ceci, n’est-il pas légitime de lui faire confiance ?

Le peuple Atchan est un peuple épris de paix. Depuis le Président Houphouët-Boigny, jusqu’au Président Alassane Ouattara, en passant le Président Henri Konan Bédié, le Président Robert Guéi et le Président Laurent Gbagbo, le peuple Atchan, s’est toujours engagé sur la voie de l’unité et de la solidarité malgré toutes les frustrations dont elle a souvent été victime. Parce que ce peuple est très attaché à ses Us et coutumes qui prônent la paix, la cohésion et l’unité. A ce propos, nous saluons ici la mémoire, du père Nanan Nangui Abrogoua, qui a joué un rôle important dans les négociations avec les colons français pour défendre les droits terriens du peuple Djemian dans la paix. Nous saluons celle d’Emmanuel Dioulo, qui a montré que le Tchaman est un agent de développement. Nous remercions également tous ces aînés notamment Akossi Bendjo, Agbahi Félicien, le patriarche N’Koumo Mobio, les jeunes, les femmes pour leur engagement en faveur de la cause Atchan.

Frères miens, restons fidèles aux idéaux de paix qui nous ont toujours caractérisés; donnons le temps au temps de nous donner raison et soyons solidaires des actions du Président Alassane Ouattara pour le meilleur de notre ville.

Fait à Abidjan le 16 janvier 2024

Djorogo Nangui Séverin

Chef du village d’Anono (Cocody)

Président du Conseil des chefs Atchan