AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Côte d’Ivoire/Presse en deuil: Les journalistes rendent un dernier hommage remarquable à leur confrère Jules César Yao à Abraniamiambo

3 min read
e9d2cef6 21d5 4ac1 aa0f da7be9ee17c5
9 / 100

Les obsèques du journaliste de « Le Bélier Intrépide » et collaborateur du mensuel « Treichville Notre Cité », Jules César Yao Anon, se sont déroulés deux semaines après son décès survenu le vendredi 29 décembre 2023.

Consternation totale; dure était la séparation d’avec le journaliste Jules César Anon Yao. Décédé le vendredi 29 décembre 2024, l’ex-confrère a été inhumé dans son village natal à Abraniamiambo, dans le département de Jacqueville,  au petit matin (entre 7h45 et 8h) du samedi 13 janvier 2024.

Bien avant, les obsèques du journaliste de « Le Bélier Intrépide » et collaborateur du mensuel « Treichville Notre Cité », Jules César Yao Anon, ont débuté  à la morgue de Dabou où a eu lieu la levée du corps, dans l’après-midi du vendredi 12 janvier 2024. La levée du corps s’est déroulée en présence de confrères, d’amis et connaissances qui étaient aux côtés de la famille éplorée.

Suivant le programme établi par la famille du défunt, la dépouille mortelle du confrère a été acheminée par la suite dans le village d’Abraniamiambo pour la veillée funèbre suivie de l’enterrement, le lendemain samedi 13 janvier. Une inhumation qui a été précédée par une messe de requiem dite par un prédicateur de l’église Papa Nouveau dont Jules César était aussi un prédicateur.

Tant dans son déroulement que dans son ambiance ou l’atmosphère qui s’y dégageait, les deux jours de funérailles de Jules César Yao resteront longtemps gravés dans les mémoires des populations dudit village ainsi dans celles de l’opinion publique.

De la morgue de Dabou au cimetière d’Abraniamiambo, c’est-à-dire durant ces 48 heures, journalistes d’organes de presse écrite et de médias audiovisuels se sont mobilisés pour témoigner un adieu le plus digne à leur confère.

L’espace réservé à la veillée et à la cérémonie ayant précédé l’inhumation du disparu a refusé du monde.

D’après des témoignages, Jules César Yao était un homme sans histoire qui avait toujours le sourire aux lèvres.  Hors mis les deux premiers cités, il a travaillé dans plusieurs autres organes de presse dont, Le Sport, Le Mandat, Le Jour Plus et Le Quotidien d’Abidjan.

N’ayant pas survécu à la crise d’AVC qui l’a rongé et eu raison de lui en moins de 6 mois, le journaliste dévoué et passionné part pour le voyage de l’au-delà en laissant ainsi derrière lui une veuve et trois enfants.

Il faut noter qu’une forte délégation de l’Union des journalistes et professionnel de la communication résidents à Yopougon (UJPCY) conduite par son président, Dangui Dangui, a rendu un hommage particulièrement fraternel à son Secrétaire général adjoint qu’était Jules César Yao Anon, d’Abidjan à Abraniamiambo (Jacqueville) en passant par Dabou.

Vagoné Dry-Bi

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading