aa99a4da 5065 444a 813b ca76c7a6fb64

Mainlevée du Contrôle judiciaire de Guikahué: Maître Honoré Atabi donne des détails

7 / 100

Au cours de la conférence de presse conjointe, du porte-parole et du conseil juridique, organisée au QG du candidat Maurice Kakou Guikahué, Cité des Arts à Cocody, Maître Kouoto Honoré ATABI a revisité la mainlevée du contrôle judiciaire de son client qui a été effective le jeudi 7 décembre dernier et qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive. Déclaration liminaire.

Chers amis de la presse ;

Bonjour et Merci d’avoir répondu une fois de plus spontanément à notre invitation.

Mon intervention sera consacrée à la question du contrôle judiciaire qui pesait sur le professeur Maurice KAKOU GUIKAHUE depuis janvier 2021 dont la levée le 7 décembre 2023, fait couler tant d’encre et de salive.

Pour mieux vous faire comprendre cette situation, nous allons structurer notre développement ainsi qu’il suit :

1-Les faits à l’origine de l’incarcération du professeur Maurice KAKOU GUIKAHUE et qui ont suscité cette mesure et les diligences de son conseil qui ont abouti à la levée de ladite mesure ;

2-La teneur de la décision de mainlevée.

Les faits et les diligences du Conseil juridique  

Les faits sont connus de tous, et sont liés aux évènements relatifs à l’élection présidentielle de 2020.

C’est en effet dans le cadre de la procédure engagée par le ministère public relativement aux évènements survenus dans ce contexte que le Professeur Maurice KAKOU GUIKAHUE après avoir été arrêté le 3 novembre en la résidence du Président Henri KONAN BEDIE avec d’autres personnalités du parti, a été inculpé par le juge d’instruction de la cellule spéciale et placé sous mandat de dépôt à titre préventif le 6 novembre 2020.

Etant en prison à la MACA, il a été victime d’un malaise et pris en charge par le médecin de la MACA.

Au terme de son examen, le médecin suggère une évacuation d’urgence à l’institut de cardiologie d’Abidjan car le Professeur Maurice KAKOU GUIKAHUE présentait une situation de détresse respiratoire.

Ainsi le 11 décembre 2020, son conseil a introduit auprès du Directeur de l’administration pénitentiaire, une demande d’hospitalisation à l’institut de cardiologie d’Abidjan, en vue de recevoir les soins nécessités par son état de santé conformément aux prescriptions du son médecintraitant, ce à quoi il a été fait droit.

Dans le cadre de cette hospitalisation, les examens ont révélé une contamination à la COVID 19 ayant provoqué une grave défaillance cardio vasculaire.

Des examens approfondis au cours de son hospitalisation, il est apparu que la gravitéde l’infection nécessitait une évacuation sanitaire vers la France. Cette proposition a été acceptée et autorisée.

Ainsi l’évacuation a eu lieu le samedi 19 décembre 2020.

Dans la perspective de cette évacuation, le 17 décembre 2020 son conseil a introduit une requête auprès de la juge d’instruction du 9ème cabinet en charge du dossier, pour soit obtenir sa mise en liberté provisoire pure et simple ou à tout au plus son placement sous contrôle judiciaire.

Cette demande était en traitement pendant qu’il suivait ses soins en France.

Revenu de ses soins, il a été mis en liberté sous contrôle judiciaire suivant l’ordonnance N¨18/20 en date du 18 janvier 2021 rendue par le juge d’instruction du 9ème cabinet.

Depuis cette date le Professeur Maurice KAKOU GUIKAHUE s’est rigoureusement plié aux exigences de ladite ordonnance.

Compte tenu des responsabilités du Professeur Maurice KAKOU GUIKAHUE liées à son statut multiforme et particulièrement à sa qualité de Député et Vice-Président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, son conseil a introduit le 16 Octobre 2023 une demande en vue de la levée du contrôle judiciaire dont il est l’objet conformément au dispositions des articles 158 et 159 du code de procédure pénale.

C’est à cette demande que la juge d’instruction a fait droit suivant son ordonnance en date du 7 décentre 2023 dont je vous rapporte ci-après la teneur.

Comme vous le constaterait la demande aux fins de mainlevée est non seulement antérieure au processus électoral en cours au niveau du PDCI-RDA, et les motivations qui sous-tendent   cette demande n’ont rien politique.

Maître Kouoto Honoré ATABA