54b3c945 875d 46a2 8765 0adaa520deda 1

CAN 2023 : Bouaké Fofana annonce la libération des emprises routières à Abidjan et les villes Can

9 / 100

Bouaké Fofana, Ministre de l’Hydraulique, de l’Assainissement et de la Salubrité, était porteur du projet de loi portant « Code de l’hygiène et de la salubrité », devant la Commission de la Recherche, de la science, de la technologie et de l’environnement (Crste), du Sénat, le vendredi 10 novembre dernier.

La commission présidée par le Vénérable Bakary Ouattara, était présente à plus de 80% de son effectif soit 13 sur 15 Sénateurs.

Ce projet de loi porté à l’examen de la Crste, trouve son intérêt selon l’émissaire du Gouvernement, dans la Loi Fondamentale de la Côte d’Ivoire, à savoir la Constitution qui prévoit en son article 27 que « le droit à un environnement sain est reconnu à tous sur l’ensemble du territoire national » De même, l’article 40 de cette loi fondamentale rappelle que : « la protection de l’environnement et la promotion de la qualité de la vie sont un devoir pour la communauté et pour chaque personne physique ou morale ». C’est donc fort de ces deux principes fondamentaux que le Gouvernement via le ministère de l’Hydraulique, de l’Assainissement et de la Salubrité, a proposé à la sagacité des Sénateurs membres de la Crste « le Code de l’hygiène et de la salubrité ». qui selon l’envoyé d’Alassane Ouattara répond à un véritable soucis « Le bilan-diagnostic a mis en évidence une dégradation préoccupante du cadre de vie des populations liée au manque d’hygiène et à une insalubrité sans cesse grandissante tant en milieu urbain que rural. Cette situation est due principalement, à l’inobservation des règles d’hygiène dans la quasi-totalité des secteurs, au désordre urbain, aux difficultés rencontrées dans la gestion des déchets, aux nuisances de tout ordre dus à l’incivisme des populations. », a relevé Bouaké Fofana.

Soulignant que c’est pour remédier à cette situation préoccupante et d’ainsi assurer le bien-être des populations que des réformes institutionnelles et juridiques ont été adoptées, notamment dans le cadre de l’hygiène et de la salubrité. Toutefois indiquait-il que l’hygiène et la salubrité ne bénéficient pas d’une législature spécifique et donc sont disséminées dans divers textes relatives notamment à l’environnement, à la construction, à l’assainissement, à l’urbanisme etc. « Pour pallier toutes ces insuffisances, il est apparu nécessaire et urgent de mettre en place un mécanisme juridique cohérent pouvant soutenir toutes les réformes institutionnelles engagées et à venir dans les secteurs de l’hygiène et de la salubrité… », a fait savoir Bouaké Fofana, dans l’exposé des motifs.

Notons que ledit projet de loi portant Code de l’hygiène et de la Salubrité est subdivisé en six (6) titres composés dans leur ensemble de dix-huit (18) chapitres. « Le Titre I est consacré aux dispositions générales ; le Titre II est relatif aux Principes fondamentaux et Règles Générales en matière d’hygiène et de Salubrité ; le Titre III traite des Règles particulières en matière d’hygiène et de

Salubrité ; le titre IV est relatif au cadre institutionnel de gestion de l’hygiène et de la salubrité ; le titre V traite des sanctions administratives et pénales ; le titre VI est relatif à la disposition transitoire. »

Heureux d’avoir obtenu le quitus des Sénateurs pour la mise en œuvre dudit Code de l’hygiène et de la salubrité, Bouaké Fofana a salué la bonne compréhension des vénérables avant de relever face à la presse ceci « Ce texte est très important parce que la Côte d’Ivoire aujourd’hui est engagée dans un processus de transformation structurelle. Ce texte nous donne les moyens d’améliorer le cadre de vie des populations. Les questions d’hygiène de salubrité… », a-t-il indiqué soulignant que le « texte de loi très ambitieux est à la mesure des ambitions de la Côte d’Ivoire » « Lors de la préparation des décrets, nous allons apporter les précisions supplémentaires qui vont dire comment le texte va être appliqué. »

Se tournant vers ses obligations dans l’organisation parfaite de la CAN en terre ivoirienne, l’émissaire du Chef de l’Etat, de faire noter « Nous avons nourri l’ambition d’organiser la meilleure Can. Il faut que les villes qui vont accueillir la Can soient très propres et chacun à son niveau doit faire ce qu’il faut faire. Il faut que nos rues soient propres. Nous allons procéder à la libération de toutes les emprises routières à Abidjan et dans toutes les villes Can et cela va s’étendre à l’ensemble des villes de Côte d’Ivoire. Dans les jours à venir, nous allons interdire toute occupation des tous les axes principaux, les axes structurants, tout le domaine public. Et cela doit durer même après la Can… », a-t-il fait comme annonce.

 Ange Nicaelle LYRANE