AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Amendement, élection sénatoriale à venir: Ahoussou-Kouadio apporte des éclairages et impose l’omerta aux sénateurs au Congrès de ce mardi 25 juillet

4 min read
9217ed03 6141 4653 8c71 015822714979
12 / 100

La démocratie est certes la loi de la majorité, mais c’est aussi la loi du respect de la minorité si cette minorité fait des propositions pertinentes. On n’attend pas après avoir voté pour faire passer le projet de loi comme loi de la République et venir après dire aux élus de l’opposition : “Vous avez raison, mais c’est des consignes du parti donc on est obligé de voter pour”. A quoi sert une loi qui change avec les régimes ? Et surtout que le même régime amende la loi qu’il a promulguée ? Est-ce un régime qui agit pour le futur ou pour l’immédiat ? Le tribunal de l’histoire nous regarde.

Après son vote à la majorité en Commission, le projet de loi portant révision de la Constitution a été adopté en plénière ce dimanche 23 juillet 2023. Une fois de plus c’est à la majorité avec 4 votes contre ledit texte de loi a été adopté.

Cette séance plénière d’approbation a été présidée par Jeannot Ahoussou-Kouadio, Président du Sénat.  Celui-ci après l’adoption dudit texte et l’ordre du jour ayant été épuisé a passé quelques informations importantes. Notamment celle concernant les Sénatoriales à venir.

« Merci pour votre dynamisme et pour tout l’intérêt que vous manifestez pour nos différents travaux. J’ai écouté les questions qui ont été posées sur la question fondamentale à savoir quand auront lieu les élections sénatoriales. Je voudrais rappeler à la clôture de la session, l’année dernière, j’ai annoncé que nous allons avoir les élections avant fin 2023. Je confirme que les élections sénatoriales auront lieu avant fin 2023. Que chacun d’entre nous se prépare. Certainement, même avant décembre 2023, en attendant que la commission électorale indépendante puisse travailler sur la question. Nous aurons les municipales et les régionales le 02 septembre juste après cela on va aller aux élections sénatoriales», a-t-il indiqué. Il a insisté pour dire que «je peux vous dire qu’avant décembre 2023 nous irons aux élections sénatoriales. Ça, vous pouvez l’écrire. Mais quelle date quel jour ? Je ne peux rien vous dire pour le moment parce pour l’heure ce sont les régionales et les municipales. »

Sur la question de l’Amendement qui a suscité beaucoup de débats ces jours-ci au Parlement ivoirien avec l’immixtion du Président de la République, dénoncé par l’opposition, l’homme de droit de faire ces précisions : « Si le Président de la République veut faire un amendement, il doit pouvoir avoir les conditions dans lequel les sénateurs doivent recevoir cet amendement afin que les sénateurs soient imprégnés avant d’aller en commission, il ne faut pas que nous soyons en commission et que sur place les amendements fusent. On a au moins 10 ; 15 amendements qui changent même la nature du texte. Parce qu’en commission, quand on dit c’est un droit d’amendement, on a un texte de 20 articles et on a 50 amendements. Et nous, on n’a pas pris connaissance au préalable donc nous allons encadrer cela dans le règlement du Sénat. On va avoir à modifier le règlement du Sénat pour tenir compte de cette modification constitutionnelle. On va encadrer cela dans la cadre du règlement. C’est le parallélisme des formes. Puisque nous, lorsqu’on demande à ce qu’on fasse des amendements, notre règlement encadre cela donc on va faire encadrer par le règlement le droit amendement du Président de la République. »

Pour le Congrès qui se tiendra le mardi 25 juillet prochain, Jeannot Ahoussou-Kouadio a passé un message, invitant les Sénateurs à ne pas poser de question embarrassante ce jour.

« Je voudrais vous inviter à bien vouloir prendre toutes les dispositions utiles afin de prendre part à la réunion du parlement au Congrès prévu le mardi 25 juillet 2023 à 10h à l’auditorium du Sofitel hôtel ivoire d’Abidjan en vue de son adoptons définitive. Je souhaiterais que ce que nous avons adoptés, que le Senat, le 25 juillet, nous allions en bloc pour adopter le texte. Parce que nous serons à une grande plénière du Congrès et je souhaiterais vivement qu’on puisse s’abstenir d’aller poser des questions qui peuvent parfois gêner ou sortir même du cadre», a-t-il indiqué, marquant sa disponibilité à répondre à toutes les questions que les sénateurs voudraient bien lui poser en dehors de l’hémicycle, sur des questions d’ordre diverse.

« Le Sénat, c’est le Senat. J’appelle de tous mes vœux que le Sénat demeure le Senat. Et que les débats se fassent dans l’intérêt de la république. Ce qui est bon pour la république que nous tous nous allions dans la construction de la république et quand ce n’est pas bon, l’objectivité intellectuelle appelle dans un ton apaisé et respectueux de dire ce qui est à dire», a suggéré le résident Ahoussou Kouadio.

ANL

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading