zambie nettoyer les dechets toxiques sur le site dune mine de plomb

Zambie : Nettoyer les déchets toxiques sur le site d’une mine de plomb

image 39
Un militant écologiste examine le sol dans le township de Chowa, à Kabwe, en Zambie. Cette ville affiche un taux élevé de contamination au plomb. © 2023 Centripetal Media pour Human Rights Watch

JOHANNESBURG, Afique du Sud, le 21 juillet 2023 -/African Media Agency (AMA)/-Le gouvernement zambien devrait déployer d’importants efforts pour nettoyer le site contaminé d’une ancienne mine de plomb à Kabwe, la capitale de la Province Centrale, ont déclaré aujourd’hui Environment Africa et Human Rights Watch. Les deux organisations ont diffusé une vidéo dans laquelle trois jeunes activistes d’Environment Africa décrivent la vie dans cette ville dangereusement polluée, et soulignent les actions nécessaires pour remédier à la situation.

Kabwe est l’une des villes les plus polluées en Afrique, en raison de la contamination issue d’une ancienne mine de plomb et de zinc. Cette mine appartenait à l’origine (directement ou indirectement) à des sociétés coloniales anglo-américaines et britanniques, avant d’être nationalisée, puis fermée en 1994. Toutefois, les déchets toxiques provenant de cette mine n’ont pas été entièrement éliminés. En conséquence, une poussière de plomb émanant de vastes décharges non couvertes continue de se répandre dans les zones résidentielles voisines telles que Chowa, Kasanda et Makululu, mettant en danger la santé de 200 000 personnes.

« Cette ville, Kabwe, c’est ici que nous vivons », a déclaré Mwelwa Lungu, l’une des jeunes activistes d’Environment Africa. « Et nous avons le droit de vivre dans un environnement propre, sain et durable qui ne nous rende pas malades. »

Dans le cadre de leur recherches liées à la vidéo, les trois jeunes activistes de Kabwe ont mené des entretiens sur la contamination au plomb à Kabwe avec diverses personnes : un garçon qui a été exposé au plomb, ainsi que ses parents ; un géologue qui a examiné le niveau d’exposition au plomb à Kabwe ; et la députée Chryzoster Phiri, qui représente cette ville au Parlement zambien.

Selon l’analyse de chercheurs médicaux, plus de 95 % des enfants vivant près de l’ancienne mine de Kabwe ont des niveaux élevés de plomb dans le sang. Près la moitié d’entre eux nécessiteraient une intervention médicale urgente.

Le plomb est un métal toxique, quel que soit le niveau d’exposition a ce métal. Le plomb peut provoquer un retard de la croissance, des difficultés d’apprentissage, une perte de mémoire, des retards de développement et de nombreux autres effets irréversibles sur la santé. Le plomb peut même provoquer le coma et la mort. Les enfants sont particulièrement à risque. L’Organisation mondiale de la santé répertorie le plomb « parmi les 10 produits chimiques gravement préoccupants pour la santé publique ».

« Le gouvernement zambien devrait élaborer de toute urgence un programme complet de réhabilitation de l’ancienne mine de plomb de Kabwe », a déclaré Juliane Kippenberg, directrice associée des droits de l’enfant à Human Rights Watch. « Le gouvernement devrait rechercher un soutien technique et financier pour la remédiation auprès des entreprises responsables de la pollution, conformément au principe du pollueur-payeur, ainsi qu’auprès des organismes donateurs et des gouvernements. »

En mars 2022, le président Hakainde Hichilema a demandé au ministère de l’Économie verte et de l’environnement de créer un comité technique chargé d’« élaborer et diriger un processus d’assainissement complet » à Kabwe. Toutefois, ce comité n’est toujours pas opérationnel. Le ministère a présenté sa vision de Kabwe en tant que nouvelle « ville verte » émergeant au-dessus des « surfaces de plomb enterrées », mais aucun plan concret n’a été mis en œuvre à ce jour.

En 2019, une enquête approfondie de Human Rights Watch avait déjà souligné les effets néfastes de la contamination au plomb sur les droits des enfants à la santé, à l’information et à l’éducation.

Distribué par African Media Agency pour Human Rights Watch

Source : African Media Agency (AMA)

Verified by MonsterInsights