Militants PDCI a Yamoussoukro

DCIM100MEDIADJI_0018.JPG

La tribune de Guy TRESSIA : Primaires dans les partis politiques : Quand les responsables de base seront matures !

5 / 100

On a constaté un véritable déni de démocratie interne aux seins des partis politiques en Côte d’Ivoire avec les choix des candidats pour le compte de ces partis pour les municipales et régionales du 2 septembre prochain. Il y a eu du bruit dans tous les partis politiques ivoiriens.

Que ce soit au parti doyen, le PDCI-RDA, en passant par le parti au pouvoir, le RHDP, puis le Parti de Laurent Gbagbo, le PPA-CI et le FPI d’Affi N’guessan, les candidats ont été choisis sans consulter la base par l’organisation de primaires là où il y a candidatures multiples.

Du coup, cela entraine des candidatures indépendantes des militants du même parti qui vont affronter le candidat officiel dudit parti. Et ça craint pour des partis dans certaines circonscriptions qui verront les voix se repartir entre les militants du même parti. Et cela n’est surement pas à l’avantage du parti dont les voix sont reparties ainsi avec en ligne de mire la défaite.

Les gens ont tous crié aux primaires depuis bien des années, mais le système, de choix par la direction des partis, a la peau dure. Les leaders desdits partis ne semblent pas écouter la base qui sera mise à contribution pour la campagne.

Mais au fait, qui sont ceux qui composent le collège électoral dans une circonscription électorale ?

Prenons le cas du PDCI-RDA que nous pensons maîtriser. A Cocody comme dans toutes les grandes circonscriptions, il y a plusieurs délégations et leurs bureaux, plusieurs sections et leurs bureaux, plusieurs comités de base et leurs bureaux, plusieurs Coordinations du Grand conseil régional et leurs bureaux, plusieurs membres du Bureau politique, plusieurs membres du Comité des sages. Ce sont les membres de ces différentes instances du parti qui composent le collège électoral d’une circonscription. Si la plupart des membres du BP, les délégués, les membres du comité des sages payent régulièrement leurs cotisations annuelles, ce n’est pas le cas pour les secrétaires de section et les présidents des comités de base. Pourtant, ce sont eux (SGS, PCB et GCR) qui sont les plus nombreux.

Nous avons essayé de comprendre le déni de démocratie interne avec un cadre du PDCI-RDA. Il a été catégorique. «Si les militants de base veulent des primaires pour le choix des candidats, ils doivent d’abord être matures », nous a-t-il confié avant d’expliquer l’immaturité des SGS, des PCB et les membres du GCR.

«Mature veut dire qu’ils doivent être autonomes, ils ne doivent pas attendre les élections pour se mettre à jour de leurs cotisations annuelles. Et quand ils le font en période électorale, c’est généralement des potentiels candidats qui payent pour eux. Et s’il y a des primaires, celui qui sera choisi sera celui qui a beaucoup d’argent et qui aura payé le plus de cartes ou des cotisations pour ces membres du collège électoral. Ce n’est plus de la démocratie interne, mais de la ploutocratie interne. Dès cet instant, les dés seront pipés pour celui qui aura été tout le temps, sans grand moyen, sur le terrain avec les populations. C’est de la corruption morale. C’est pourquoi, la direction préfère choisir à partir des fiches renseignées par les comités régionaux de sélection des candidats», a-t-il expliqué.

Ainsi donc, on ne pourra parler d’aller aux primaires pour le choix des candidats que lorsque les responsables des partis politiques à la base seront matures. Et pourtant, il le faudra un jour…

Guy TRESSIA in Le Débat Ivoirien N°2

Verified by MonsterInsights