d4f492f4 1db6 4a31 b221 b3cd35e2e77d

Municipales à Yamoussoukro : Baba Sylla rappelle les fondamentaux du Pdci et rend hommage à Kouacou Gnragbé (interview)

13 / 100

Longtemps malade, l’honorable Baba Sylla, ex-député de Yamoussoukro commune, est de retour sur le terrain politique, pour le combat municipal. Nous l’avons rencontré. Dans cet entretien, il rend un vibrant hommage au maire Gnrangbé Jean pour sa grande vision politique, mais surtout rassure quant à la victoire certaine du Pdci-Rda à ces élections locales. Interview.

d4f492f4 1db6 4a31 b221 b3cd35e2e77d
Municipales à Yamoussoukro : Baba Sylla rappelle les fondamentaux du Pdci et rend hommage à Kouacou Gnragbé (interview) 5

Honorable, depuis quelques mois vous étiez loin de votre ville, votre village, Yamoussoukro, pour cause de maladie. Aujourd’hui on vous retrouve comment vous vous sentez ?

Oui, vous avez raison, j’ai été absent et un peu loin des miens pour cause de maladie. J’étais souffrant mais grâce à Dieu et aux prières des uns et des autres, je me porte très bien aujourd’hui. Je suis donc là pour reprendre ma place auprès des militants et militantes et des populations pour poursuivre le combat politique et autres actions sociales.

Le combat politique aujourd’hui, ce sont les municipales à venir. Votre frère l’honorable KKP a été choisi pour conduire la liste Pdci-Rda. Comment avez appris cela et quels sont les sentiments qui vous ont animé ?

Merci pour cette question. Il faut dire que je l’ai appris comme tous les militants par le canal de votre journal où la liste des candidats retenus a été publiée. Et lorsque j’ai eu connaissance de la désignation de mon frère Kouassi Kouamé Patrice comme tête de liste Pdci à Yamoussoukro, j’étais content et fier parce que son choix est un choix pour la continuité. Cela parce que notre mentor, le maire Gnrangbé Kouacou Jean avait émis le vœu de voir son jeune frère achever dans la continuité ses actions à la tête de la mairie. Et comme j’ai toujours travaillé avec le maire Gnrangbé, ça me plait bien de continuer aussi avec notre tête de liste Pdci-Rda, Kouassi Kouamé Patrice.

Deux mois après la désignation et la présentation officielle du candidat, comment va le terrain ?

Il faut dire que dès que le choix a été fait, nous sommes venus très vite sur le terrain, dire merci d’abord à notre Vice-président, Gnrangbé Jean et après quoi, nous avons entrepris de faire des rencontres de proximité pour présenter le candidat à nos militants, à nos parents dans les villages et quartiers de Yamoussoukro. Ces actions se poursuivent au quotidien, le travail se fait. Sur le terrain, nous avons des satisfactions par rapport à la mobilisation des militants et de nos parents, et surtout par rapport à l’écoute que nous avons de la part ceux-ci qui ne lésinent pas sur les moyens pour prodiguer des conseils avisés et nous encourager.

Au regard de ce que vous dites on peut nourrir le secret espoir d’une victoire certaine au soir du 2 septembre 2023. Est-ce cela ?

ac0659c0 2fc7 4fdf b40d e2d96a192aaa
Municipales à Yamoussoukro : Baba Sylla rappelle les fondamentaux du Pdci et rend hommage à Kouacou Gnragbé (interview) 6

Oui, à Yamoussoukro, le Pdci, il n’y a plus de publicité à faire, c’est une ville du Pdci-Rda, une ville consacrée au Pdci-Rda parce que le père fondateur du Pdci-Rda et de la Côte d’Ivoire moderne nous a laissé le Pdci comme héritage. Notre rôle, c’est de l’entretenir ici. C’est dommage pour certaines filles et certains fils de Yamoussoukro qui cherchent à aller regarder ailleurs. Nous avons toutes les richesses au sein du Pdci-Rda à Yamoussoukro et il nous appartient d’aller parler du Pdci et de soutenir ses actions ailleurs et non le contraire. Il est vrai que pendant la longue période d’attente de la proclamation de la liste des candidats choisis, nous n’avons pas voulu transgresser les lois de notre parti et donc nous avons observé un silence. Nos adversaires ont occupé le terrain pendant ce moment là, mais très vite nous sommes venus rétablir l’ordre des choses. Nos parents savent qu’aujourd’hui le Pdci-Rda a un candidat qui s’appelle Kouassi Kouamé Patrice. Nous avons rappelé à nos parents les fondamentaux de notre cher parti et je pense que nous sommes compris.

Avez-vous tiré les leçons des législatives de 2021 où le Pdci a perdu ?

Bien sûr que oui ! Vous savez beaucoup de choses ont été dites, mais il faut noter que beaucoup de facteurs ont concouru à notre perte. Notamment la désobéissance civile dont les effets ont été l’arrestation des populations et de certains leaders de jeunesse. Nos populations et surtout celles des villages entiers qui n’ont pas participé au vote par peur de se faire prendre. Donc il y a eu beaucoup de personnes qui ne sont pas sorties voter. Malgré cela nous avons battu notre adversaire dans tous les villages et dans la quasi-totalité des quartiers de la ville. Ce qui s’est passé nous sommes en politique je ne parlerai pas de vol mais je dis que nous n’avons pas été assez vigilants ; nous étions habités par un excès de confiance et cela nous a joué un mauvais tour. Donc c’est de notre faute et nous allons réparer cela incessamment au cours de ces élections locales à venir. Des dispositions nécessaires seront prises pour ne plus que cela se répète.

Vous l’avez dit plus haut, le Vice-président, maire de Yamoussoukro, Gnrangbé Kouadio Jean a concédé à ce que son jeune frère puisse continuer son œuvre. Pour vous quel message cet acte laisse transparaître ?

Je pense que vous me donnez là l’opportunité de rendre hommage à ce grand homme, ce bâtisseur hors pair que nous avons connu à la tête de notre mairie. Et pour cela moi je passe le clair de mon temps à lui dire merci, à dire merci à mon Président, étant Vice-président du Pdci, il est mon président local. Etant un proche collaborateur de ce grand monsieur, je puis vous dire que dans le travail de développement, où j’ai été toujours à ses côtés sur le terrain, il est un modèle. Durant ces 20 ans de gestion il a laissé ses traces partout dans cette ville. Certes le Président Houphouët-Boigny avait tracé les grands sillons mais lui, il est venu tracer les sillons du développement de proximité, à travers la construction de dispensaires, maternités, de salles de classe, dans tous les villages de la commune et quartiers. Au niveau social, avec le financement de nombreuses associations féminines et de jeunes, aujourd’hui ils sont nombreux ces jeunes et femmes qui sont autonomes. Les prises en charge scolaire qui ont permis à de nombreux enfants de retrouver espoir. Tout cela fait de lui le grand homme qu’il est et nous lui vouons respect et considération. A travers cette décision prise, il nous montre le chemin, il nous indique la voie à suivre pour le bonheur des populations. Nous lui devons fière chandelle et nous lui disons merci pour le travail qui a été accompli.

c26c7fde c826 4d4a 8188 eb28836c4d79
Municipales à Yamoussoukro : Baba Sylla rappelle les fondamentaux du Pdci et rend hommage à Kouacou Gnragbé (interview) 7

On voit que vous êtes très fier de votre mentor, cela nous réjouis. Aujourd’hui quel rôle joue-t-il à vos côtés dans cette bataille électorale ?

Là encore on lui dit grand merci. Parce que vous savez, il n’est pas toujours facile de passer la main. Mais notre Vice-président a su faire preuve de dépassement et il est à nos côtés. Il est avec nous sur le terrain, il nous prodigue des conseils, nous donne des orientations sur nos stratégies. En tout cas il est là et comme on le dit en langage ivoirien, il est prêt pour nous. Nous nous abreuvons à sa grande expérience, nous sommes à son écoute et nous avançons doucement, doucement mais sûrement vers l’objectif final qui est la victoire.

Vous bénéficiez du lourd bilan positif du maire Gnrangbé, de véritables arguments de campagne mais il demeure des défis.

Oui, vous le dites si bien cher frère, nous avons à notre avantage le bilan du maire sortant qui constitue un atout important pour nous. Mais comme vous le dites, il y a des défis et au nombre de ces défis la question d’assainissement, de la propreté de la cité sur tous les plans. Autre défi majeur, le social. Comme vous le constatez à Yamoussoukro, il n’y a pas d’industries pour résoudre les questions de chômage des jeunes. La question de l’emploi des jeunes est une gangrène pour nos parents. Comment adresser cette question importante, nous allons nous-y pencher. Yamoussoukro est une ville scolaire, une ville touristique avec des hôtels, restaurants maquis bars, notre candidat a sa petite idée sur ces questions et je pense que le moment venu il donnera les grandes lignes de sa politique à l’endroit de la jeunesse. Mais pour l’heure je puis vous assurer que les femmes et les jeunes seront au cœur de notre action une fois élu. Car ce sont eux qui feront le développement de Yamoussoukro.

Pour finir quel message aux militants et aux populations ?

Je voudrais les rassurer et leur demander de rester sereins. Le développement dont on parle çà et là n’est pas nouveau pour nous à Yamoussoukro. Ici à Yamoussoukro tout ce qui a été fait a été fait par le Pdci-Rda et ses dirigeants. Je viens de vous livrer un bout du bilan du maire Gnrangbé Jean, il est incomparable. Donc tout ce que nous demandons à nos militants c’est de se mobiliser, de continuer de ratisser large, de veilleur au grain, d’être vigilants et de ne céder aucun espace à l’adversaire. Qu’ils ne cèdent pas à la provocation de qui que ce soit. Yamoussoukro doit demeurer ce havre de paix.

Réalisée par ANL et JPL

Verified by MonsterInsights