f3b7461f c1fb 4c55 badf 8f7d8a9e0869

Molonou (Tiébissou)/Jeannot Ahoussou-Kouadio aux populations: «Je suis proche d’Henri Konan Bédié… Oui, je pleure»

8 / 100

La précampagne bat son plein. Et il ne passe un weekend sans que les candidats ne soient sur le terrain. Le Président du Sénat, Jeannot Ahoussou-Kouadio et son équipe était ce samedi 24 juin, dans le chef-lieu de Sous-préfecture Molonou, dans le département de Tiébissou. Chef-lieu du canton Nanafouè, Molonou s’est mobilisée pour recevoir un fils de la région du Bélier.

Venu solliciter le soutien de ses parents Nanafouè, Jeannot Ahoussou-Kouadio, candidat Rhdp, a saisi l’occasion pour mettre les points sur le « I », quant à cette affaire de venir pleurer devant ses parents pour obtenir leur soutien.

« Je voudrais parler à l’attention de certains de nos frères qui font la politique. J‘ai toujours dit que la politique est faite pour rassembler. Toute politique qui est incapable de rassembler est une mauvaise politique. Nous les héritiers politiques de Félix Houphouët Boigny, Pdci, Rhdp nous avons l’obligation de nous retrouver et je le dis haut et fort n’en déplaise. Certaines personnes disent que j’étais proche d’Henri Konan Bédié. Non hein, je suis proche d’Henri Konan Bédié, je suis son enfant préféré et comme il est mon papa, je le dis devant vous, on doit amener Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié la main dans la main pour que l’héritage de construction de la Côte d’Ivoire puisse connaitre son rayonnement d’antan», a-t-il d’emblée répondu au Pdci-Rda avant de poursuivre.

« Alassane Ouattara a besoin de paix et le Rhdp rassemble tout le monde dans la vision du président Félix Houphouët Boigny. Et je dis, j’insiste, nous devons absolument nous retrouver pour le bonheur des ivoiriens parce que dans toute marche, le chemin est long, la marche est difficile, on trébuche, on tombe. Mais on doit se relever et continuer la marche car en marchant seul on risque de s’égarer. C’est pour cela que je lance encore mon appel et j’insiste», a-t-il insisté.

Et de revenir sur l’intérêt de sa candidature. « On dit que je suis venu pleurer devant mes parents parce que je les supplie de voter pour moi. Mais il n’y a pas de honte à pleurer pour ses parents qui sont dans la misère. Comment vous pouvez comprendre que dans une sous-préfecture comme Molonou qui a plus de vingt ans, trente ans, il n’y ait pas d’eau courante. Comment peut-on comprendre que les hôpitaux, les centres de santé ici il n’y ait pas de matériel médical. Je pleure. Comment peut-on comprendre que dans les écoles, il n’y ait pas de table-banc, dans les collèges il y a insuffisance de professeurs, je pleure. Chers parents, je pleure avec vous, je pleure pour vous parce que je veux le développement pour vous. Oui je pleure, je pleure et je pleure…»

Pour clore son propos, le patron de la Chambre haute du parlement ivoirien a fait cet appel : « Je lance encore un appel à des élections apaisées dans cette région du Bélier qui pendant la désobéissance civile a connu huit morts sans compter les dégâts matériels. Que cette élection soit apaisée pour le bonheur de nos populations et je vous garantis que je vais gagner. Je vais gagner grâce à vous, je vais gagner par vous ! »

Patron du comité d’organisation, N’Dri Philippe s’est réjoui de ce jour qui pour lui, sera inscrit en lettre d’or dans les anales de la Sous-préfecture de Molonou. Remerciant l’hôte du jour, il a chargé celui-ci de transmettre les remerciements du canton Nanafouè au Président Alassane Ouattara pour toutes les actions de développement.

Kouamé Lambert, ex-porte-parole traditionnel de Charles Konan Banny, est venu prêter ses services au Président Jeannot Ahoussou-Kouadio. Cela, au vu, selon du travail qui est abattu par celui-ci pour ses parents du Bélier depuis belle lurette. C’est pour quoi pour ces élections à venir il a demandé au peuple Nanafouè de Tiébissou de soutenir sans réserve le patron du Sénat.

ANL