ADO Serment

Ha-goloh*: «Tant qu´un homme pourra mourir de faim à la porte d´un palais», attention !

Revendications interdites en Côte d’Ivoire. On a cru qu’il était un féru de la démocratie. Mais sous la peau de l’agneau se cachait un véritable loup contre la démocratie.

Opposant, il a revendiqué ce qu’il voulait. Dans les médias internationaux (radio, télé). Dans des médias nationaux. Dans les rues abidjanaises. Il a accusé ses prédécesseurs de diriger avec dictature. Il a promis un pays de droit. Il a promis la démocratie.

Alassane Dramane Ouattara (ADO solutions) est à l’épreuve de la gouvernance de la Côte d’Ivoire. La peau de l’agneau est tombée. Elle a fait place au loup.

Les Ivoiriens sont désemparés. Intimidés à longueur de journées. Ils ne peuvent même plus revendiquer. Même la société civile et les religieux sont muselés. Quand aux partis politiques, tous les dirigeants ou presque sont sous contrôle judiciaire.

Le comble, on ne peut même plus organiser une marche pacifique. L’exemple de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire (CICI), une société civile, est patent. Samba David, Coordonnateur national de la CICI, à chaque annonce de marche pacifique, si ce n’est pas le préfet de police d’Abidjan qui l’appelle pour l’intimider et annuler son projet, c’est le Commandant supérieur de la Gendarmerie nationale qui entre en action.

Il a projeté une marche pacifique sur le Port autonome d’Abidjan (PAA) pour demander la baisse des prix du poisson thon et réclamer l’application d’un décret présidentiel sur le faux thon, très consommé par les petites et moyennes classes sociales. La marche pacifique a été annulée par le préfet de police d’Abidjan.

Aujourd’hui, ce jeudi 6 octobre 2022, il a été entendu par le commandant supérieur de la gendarmerie nationale. Sans doute en rapport avec sa marche pacifique du 8 octobre prochain. Cette procession annoncée par la CICI pour aller dans les églises pour remettre leur situation entre les mains des hommes de Dieu.

Attention ! Quand le peuple a tout perdu et qu’il n’a plus rien à perdre, sa colère sera incontrôlable.

Le président Félix Houphouët-Boigny, dont il se réclamer hériter, aimait à répéter cette citation : «L’homme qui a faim n’est pas un homme libre. Il n’a ni la volonté, ni la force de s’élever au-dessus des contingences matérielles pour se comporter en Être pensant».  Alors bonjour les dégâts qu’on ne voulait pas.

Et le philosophe Edgar Morin d’ajouter : «Tant qu´un homme pourra mourir de faim à la porte d´un palais, il n´y aura rien de stable dans les institutions humaines.» A bon entendeur…

Gilles Richard OMAEL

*Ha-goloh (réveillons-nous)

Verified by MonsterInsights