Côte d’Ivoire-Corruption: Zoro pourra-t-il tuer l’hydre ou démanteler la grande mafia?

La corruption a la peau dure. Juste parce que le poisson pourrit par la tête. Cependant, l’initiative du ministre Epiphane Zoro Ballo est louable. Il fait son job en lançant l’Opération ‘’Coup de poing’’, parce qu’il est chargé de la Promotion de la bonne gouvernance, du renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption. Mais pourra-t-il démanteler ce fléau à la source ? Certains Ivoiriens sont sceptiques et pensent à une simple opération de charme.

Pour combattre la corruption, il faut commencer par les plus grands en amont. Sinon, comme l’hydre ou le polype d’eau douce, elle se reconstituera et plus deviendra difficile à combattre. Car la source de la grande corruption commence au sommet.

Dans les salons feutrés, on dénonce, mais on y peut rien. «Quand le ministre me dit que le premier ministre demande que je finance une de ses activités politiques, où vais-je enlever l’argent ? Cette dépense n’est pas inscrite dans les lignes budgétaires de la société que je gère», se plaint un DG de société d’Etat à son homologue d’une autre société d’Etat, au cours d’un dîner auquel nous étions conviés.

Et ce dernier de renchérir, «par moment, ce sont des gens de la présidence bien connus qui viennent et vous disent, le président ou la première dame va dans ta région, ou encore le président ou la première dame a une activité politique, il ou elle souhaite ta contribution. Quand on donne 500.000FCFA, ils disent que c’est peu. On enlève les 5 ; 10 ; 20 ou 50 millions où pour les satisfaire ? On joue nos postes chaque jour.»

Lire aussi:  Un proche de Guillaume Soro menace de dévoiler la liste des cadres du Rdr qui émargeaient chez Soro: «Les gens veulent qu'on casse les papos… Cassons les et tout le monde sera servi» (opinion)

Et, au niveau des policiers et gendarmes, c’est pareil. Dans la circulation, il n’est pas rare d’entendre des agents crier aux chauffeurs qu’ils veulent racketter et dont ils ont confisqué les papiers pour refus de payer: «Vas te plaindre où tu veux. C’est mon commissaire (ou mon chef) qui m’a envoyé sur la route et il m’a donné un montant à lui remettre à la fin de mon service du jour. Si tu veux, vas au ministère ou à la Présidence, ils mangent tous dans ça.»

Ces petites révélations, et la listes est longues et dans tous les secteurs, juste pour dire que Epiphane Zoro Ballo nage dans le petit bassin de la piscine. Il devrait aller en haute mer pour pêcher les gros poissons. Lesdits gros poissons qui se frottent les mains, puisqu’ils savent que dès lors que le ministre dirigera son combat vers eux, il sera sans doute dégommé. C’est une mafia bien organisée.

En effet, selon l’Agence de presse africaine (APA), le ministre ivoirien de la Promotion de la bonne gouvernance, du renforcement des capacités et de la lutte contre la corruption, Epiphane Zoro Ballo, a lancé mardi l’opération de vérification dénommée “Coup de poing” visant les structures délivrant des services publics à fort soupçon de corruption.

Lire aussi:  Regrets et amertumes d’un combattant/Guillaume Soro parlant d’Alassane Ouattara à Marcel Amon-Tanoh : «Je suis perplexe et désorienté tant la métamorphose de l’homme est presqu’irrationnelle!»

Cette opération “coup de poing” qui consiste, selon APA, à mener des “investigations dans des structures délivrant des services publics permettra de soulager le quotidien des Ivoiriens en freinant les formes de corruption les plus pernicieuses dans ces structures visitées”, a dit M. Epiphane Zoro face à la presse. Elle s’inscrit dans le cadre des résultats 1 et 3 de la feuille de route 2021 du ministère, qui visent à “dissuader les acteurs de la corruption et renforcer la relation de confiance entre l’État et les citoyens”, a-t-il ajouté. La démarche comprend trois volets, à savoir la phase de préparation des opérations, la phase de mise en œuvre des opérations et la phase de la mise en place de dispositif anti-corruption dans les structures concernées.

Guy TRESSIA avec APA

🔥75 Vues | Lectures

Laisser un commentaire