Après le lancement de la Vidéo-verbalisation: La CNGR-CI relève des insuffisances

« Nous avons quand même peur des conséquences. Il y a une vitesse à laquelle on a commencé cette Vidéo-verbalisation qui va intriguer. Parce que ce à quoi nous assistons, c’est que l’Etat même n’était pas totalement prêt pour la Vidéo-verbalisation. Les plaques d’immatriculation ne nous ont pas été remises. C’est la première erreur », a fait savoir Touré Adama, président de la Coordination nationale des gares routières (CNGR-CI).

C’était à l’occasion du Congrès extraordinaire du Conseil national des organisations professionnelles des conducteurs de Côte d’Ivoire (CNOCP-CI) le samedi 11 septembre 2021 à Abidjan.

Touré Adama affirme ce projet est salutaire. Car il va permettre de lutter efficacement contre les accidents de la circulation.

Cependant l’Etat s’est précipité pour le lancer en faisant fi du fait que beaucoup d’acteurs n’ont pas pu faire par exemple leur mutation.

Il a précisé ceci : «…Si on verbalise quelqu’un avec le nom qui est sur la carte grise alors qu’on ne retrouve pas celui qui a vendu le véhicule, je pense que c’est des choses qu’on doit rattraper. Cette situation va créer beaucoup de bémols parce que si c’est à la visite technique qu’on doit nous recaler parce que tant qu’on ne paye pas on ne nous donne pas la visite, beaucoup de véhicules vont rouler sans visite technique. »

Pour le moment, le constat fait dans les différentes gares communales, c’est le manque de véhicules pour transporter les populations vers leurs différentes destinations parce que plusieurs véhicules sans visite technique ou sans la mutation et autres soucis…ne peuvent pas circuler, de peur de tomber sous le coup d’une sanction.

Lire aussi:  Coronavirus : Les conseils pratiques du CHU de Bordeaux pour éviter, éliminer ou prévenir le COVID-19

Nathanaël Yao

🔥58 Vues | Lectures

Laisser un commentaire