Patrice Talon

Bénin: Patrice Talon rattrapé par ses engagements, libertés bafouées, dictature sans limite (Par Tapé Groubera, MORAF)

Le président Ahmed Sékou TOURÉ disait, la DIGNITÉ est la parfaite harmonie entre ce que l’on dit et ce que l’on fait. Cette pensée qui est devenue pour nous (MORAF) une maxime, n’est pas l’apanage de la grande partie des dirigeants africains, notamment ceux dont leur pays fut naguère occupé par la France. De quoi, s’agit-il, en fait ? Ces dirigeants, dans l’opposition, ont tous affirmé qu’un mandat ou au maximum un second suffiront à faire des pays qu’ils vont diriger des pays développés. Mais, force est de constater que lorsqu’ils accèdent au pouvoir, souvent par des méthodes, antidémocratiques, toutes les belles paroles sont abandonnés. Aujourd’hui, nous allons nous pencher sur le cas du président du Bénin, M. Patrice TALON.

1. BRÈVE PRÉSENTATION DU PRÉSIDENT BENINOIS.

Le président Patrice TALON, est un homme d’affaires. Il est, certainement l’homme le plus riche du Bénin, et était, en 2015, la 15ème fortune de l’Afrique « francophone ». En 2012, accusé de vouloir empoisonner le président béninois d’alors, Yayi BONI, M. Patrice TALON s’exila en France, pendant 3 ans. Grâce à la médiation de l’ancien président du Sénégal et la francophonie, Abdou DIOUF, il put rentrer à Cotonou (Bénin) pour préparer les élections présidentielles qui eurent lieu le 6 et 20 mars 2016.

Le 21 mars 2016, M. TALON est élu président de la République pour 5 ans, au second tour, avec 65,39% des voix contre M. Lionel ZINSOU (34,61%).

 2. CE QU’AFFIRMAIT M. TALON..

Au cours de sa campagne de 2016, M.TALON affirmait que 5 ans de mandat, c’était trop. Il disait qu’il pouvait faire ce qu’il devrait faire pour le Bénin, en seulement trois (3) ans.

Ensuite élu, il changea. En effet, lors de son investiture, M. TALON  affirmera qu’il ne fera qu’un seul mandat-quand la Constitution béninoise 90- 32 du 11 décembre 1990, en son article 42, lui permettait de faire seulement un second mandat de 5 ans. Et l’alinéa 2 de l’article 42 dispose que « En aucun cas, nul ne peut exercer plus de deux (2) mandats. »

2… ET CE QU’IL FIT AU POUVOIR.

Le 4 avril 2017, M. TALON a élaboré son projet de modifier la constitution en instaurant un septennat (7 ans) unique contre deux quinquennats (5 ans) est rejeté par l’assemblée nationale béninoise. Mais, une modification de la constitution verra quand même le jour (Loi N°2019-40 du 07 novembre 2019). Des articles nouveaux apparaissent, notamment, l’article 45, alinéa 1, parle de l’élection d’un duo: Président et Vice-président. Et aux élections du 11 avril 2021, M. TALON, fut réélu avec pour vice-présidente Mme Mariam CHABI TALATA ZIMÉ.

3. TALON INSTAURE UNE DICTATURE INSTITUTIONNELLE.

Après son élection en 2016, M. TALON fit le ménage au sein de la classe politique. Toutes les personnes qu’il (TALON) considère comme ses adversaires réels ou supposés,. M. TALON utilisera l’appareil judiciaire béninois pour mettre hors d’état de nuire à ses ambitions. D’abord, son adversaire Lionel ZINSOU, sera condamné à 5 ans d’inéligibilité et 6 mois de prison avec sursis. L’ancien président YAYI BONI verra sa résidence encerclée en 2019.

L’ancien ministre KOMI KOUTCHÉ exilé aux États-Unis, fut condamné à 20 ans de prison pour détournement.

Sébastien AJAVON qui arriva, 3ème à la présidentielle de 2016, va écoper de 20 ans de prison pour « trafic de drogue ».

Mme RECKYA MADOUGOU, ancienne ministre de YAYI BONI, candidate aux élections de 2021, fut recalée. Pire, elle fut emprisonnée le 5 mars 2021 sous les chefs d’accusation « d’associations de malfaiteurs » et « financement de terroristes. » Elle fut libérée, mais assignée en résidence surveillée.

M. Joël Aïvo, de son vrai nom Frédéric Joël Aïvo, est  professeur des universités de droit. C’est un constitutionaliste.

Ancien Doyen de la Faculté de droit et de science politique de l’Université d’Abomey-Calavi entre 2016 et 2019, il est actuellement Professeur titulaire de droit public.

Il est également un homme politique béninois, surnommé « Le Professeur » au Bénin.

En 2021, sa candidature à l’élection présidentielle a été rejetée par la CENA (Commission Electorale Nationale Autonome).

Le 15 avril 2021, le professeur AÏVO Joël est arrêté pour « blanchissent de capitaux et atteinte à la sûreté de l’État ». Il est toujours en détention.

Enfin, M. Vincent FOLY, dit le « Doyen », directeur de publication du quotidien « La Nouvelle Tribune ». Ce dernier est décédé le 3 septembre 2021 dernier, seulement quelques jours après la levée de la suspension de son journal par la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (HAAC). En effet, c’est en 2018 ( La décision n°18-034/HAAC du 26 juillet 2018 portant interdiction de parution du journal ‘’La Nouvelle Tribune’ »)  que son journal fut suspendu, pour outrage au Chef au l’Etat (M. Patrice TALON). Cette décision de la HAAC a été attaquée devant la juridiction compétente par les responsables de « La Nouvelle Tribune ». Après des tracasseries judiciaires, c’est finalement en appel que Vincent Foly a gagné contre la HAAC. Et la nouvelle a été notifiée au directeur de publication par courrier en date du 05 août 2021.

Et  c’est ce vendredi 3 septembre 2021 que nous apprenons la mort subite M. FOLY. Il serait « décédé des suites de la maladie de la Covid-19 au centre de traitement d’Allada, ceci dans sa 68ème année ».

La liste n’est pas exhaustive.

 CONCLUSION

Au vu de ce développement que nous avons présenté de manière brève, nous constatons que les propos du président Patrice TALON varient. Toute contestation est réprimée à l’aide d’un appareil judiciaire à sa solde, instaurant ainsi une dictature institutionnelle. Les libertés politiques, chèrement acquises par le vaillant peuple béninois sont bafouées.

La démarche de M. TALON n’est pas anodine. Elle ne diffère pas  de ces différents dirigeants africains qui ont de manière illégale modifié la constitution de leur pays afin de demeurer au pouvoir. Peut-on affirmer, sans risque que M. TALON fera comme les autres en 2026?

Comme nous avons l’habitude de dire: L’HISTOIRE EST LE TRIBUNAL DES PEUPLES.

Fait, le 05/09/2021.

Tapé GROUBERA

Président du Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (MORAF).

Auteur du livre CES AFRICAINS ENNEMIS DES AFRICAINS.

Verified by MonsterInsights