Ange Leonid Barry Battestisg 750x465 1

Gestion décriée au FDFP: Un billet d’avion Abidjan/San Pedro à 700.000 FCFA ? (Audit)

Selon le quotidien  Soir info, dans sa livraison de ce samedi  21 Août 2021, citant  un membre de la direction du Fonds de développement de la formation professionnelle (Fdfp) qui a requis l’anonymat, le Comité de gestion du Fdfp, en suspendant de  ses fonctions , il y a peu, M.  Ange  Léonid Barry-Battesti , Secrétaire Général, n’en a pas le droit.

Pour ce proche du Secrétaire Général, citant les textes de leur mission, affirme que c’est un décret qui confirme le Secrétaire Général dans ses charges. Mieux, en consolidant ses propres propos, il affirme sans ambages  que : «le décret de confirmation des charges du secrétaire général, en son article 18 (nouveau)  stipule que: « le secrétaire général met en oeuvre la politique générale du Fonds de développement de la formation professionnelle (Fdfp) , telle que définie par le Comité de gestion. A ce titre, il est chargé notamment d’élaborer  et de proposer au Comité de gestion, dirigé  actuellement par le Ministre Joël N’Guessan, avant la fin du premier trimestre de l’exercice, le programme des financements du fonds, d’ établir les projets de budgets de fonctionnement du fonds et de les soumettre, au Comité de gestion, d’assurer la gestion des ressources humaines…d’ exécuter le budget, une fois approuvé, de rendre compte de sa gestion, tous les trimestres ,  au comité de gestion, d’ établir  les comptes de fin d’exercice et le rapport annuel. »

 Les faits : Depuis des mois, le gouvernement ivoirien a décidé  de passer au peigne fin la gestion de tous les  responsables qui ont en charge les sociétés de l’Etat de Côte d’Ivoire. En la matière, le Fdfp ne fait pas exception et un audit y a été diligenté.

Des documents, tenus très confidentiels à cet effet, évidemment qui ont occasionné la suspension du secrétaire général du Fonds de développement de la formation professionnelle (Fdfp ), M Ange Léonid Barry Battesti ,  pour des « mesures conservatoires  » confirment,  de très graves irrégularités dans la gestion. La presse nationale s’est saisie, heureusement, de cette affaire et en fait ses choux gras.

 Malheureusement, des confrères, plus royalistes que le roi, ont décidé de défendre le mis en cause dont la gestion  décriée  pour ces éléments suscités,  chiffrés  en milliards  et sortis des caisses de l’Etat.  Le ridicule dans tout ça, c’est  qu’on ne demande pas au Secrétaire général du Fdfp, dont l’audit accable et noircit ses documents comptables, la démission pour se présenter devant  la presse et confondre les accusateurs.

On le voit, certains journalistes qui doivent combattre la corruption et la mal gouvernance sont  aujourd’hui les premiers à applaudir les détournements. Et pourtant, les exemples  d’irrégularités dont on parle, acceptent difficilement de comprendre que des sociétés partenaires au Ffdp,  n’ont ni de registres de commerce ni de comptes contribuables. Cependant, elles empochent des millions sur le dos du contribuable ivoirien.

Au final, le commun des mortels ne peut pas aussi  comprendre qu’un billet d’avion, Abidjan/San Pedro est facturé au Fdfp à plus de sept cent mille (700.000) francs. 

De ce qui précède, ces deux petits éléments parmi le lot en notre possession accablent le gestionnaire secrétaire général.

Nous y reviendrons

C. Allah N’ Dri