AFFI GBAGBO

Gbagbo et le changement de dénomination du Fpi: Une stratégie de Communication et de Marketing politique

On le voit, l’atmosphère politique ivoirienne s’est enflée démesurément depuis lundi 9 août dernier, après, le comité central du Fpi , tenu au palais de la culture. Et pour cause, le Président Laurent Gbagbo , qui a  préféré un changement de dénomination du Fpi à un dialogue direct avec son ex-premier Ministre Affi N’ Guessan, sans qu’il le veuille nécessairement , est sous les feux des projecteurs. Applaudi des deux mains par ses irréductibles partisans, son challenger Affi  N’Guessan , qui dit être le Président officiel de ce Fpi, l’a attaqué dans les règles de l’ art, dans une malheureuse  adresse au vitriol.

L’ex-premier Ministre qui dit être surpris par une telle décision cavalière, accuse  Gbagbo d’être un ennemi de la paix, donc  de la réconciliation. Des incompréhensions après une telle décision… peut-être.

Et pourtant,   à y voir de près les initiés pris parmi les marketeurs et les communicateurs aguerris décèlent ce qui est caché dans  la profondeur de l’acte  posé par le président Laurent Gbagbo. Remarques, les Banques et les compagnies d’assurance, initiées à la banqueroute , changent de dénomination  quand elles trouvent le temps et la saison favorables.

Des fois, l’état sans expliquer nécessairement les raisons profondes de changements de dénomination de certaines de ces entreprises le fait. En 1991, l’Energie électrique  de côte d’ivoire (EECI) est devenue la compagnie ivoirienne de l’électricité (CIE). Un autre exemple non moins  cuisant est la C A A (Caisse Autonome d’amortissement) devenue  la BNI (Banque nationale et  d’investissement).

Autour de nous, beaucoup de sociétés et entreprises pour des stratégies de marketing et de communication ont changé de dénomination, et  par Ricochet leurs visuels de communication publicitaire. C’est la règle quand ces entités sont confrontées à des crises externes  ou à des sinistres qu’elles sont appelées à gérer efficacement.  La loi  autorise  ces entreprises  ayant compromis leur image de marque,  le changement de dénomination au cours d’une assemblée générale. Les exemples foisonnent à souhait.

On le voit, le changement de dénomination, n’entraine pas forcément, de changement de l’objet social mais, il peut le renforcer  dans le cas d’une association comme  l’exemple pour un parti  politique ou une entreprise. En la matière la loi sur les associations de 1960,  n’a pas évolué. Les clauses sont les mêmes. Et les membres du comité central du Fpi qui savent que leur  parti commun le Fpi, vilipendé pendant et après  la crise militaro politique de 2010 à 2011, n’ est plus vendable,  ont décidé finalement de montrer patte Blanche relativement à leurs nouvelles ambitions.

L’ex-Président sait aussi que  la crise artificielle, créée par son ami Pascal Affi N’ Guessan, n’est pas prête à s’estomper, sans oublier  l’image galvaudée collée au Fpi après sa chute. Le Président  Gbagbo, conscient du bouleversement sociopolitique actuel dans le pays,  n’est pas prêt à aller à la reconquête du pouvoir  d’état perdu depuis 2010 2011, dans de vieux draps. Il veut y aller avec de nouveaux habits, très neufs… en définitive des habits blancs.

 D’où  cette campagne de communication politique et marketing. Sa stratégie est certes sournoise mais elle vaut, son pesant d’or. Et là, il faudra compter sur le président Gbagbo qui va ratisser large avec les nouveaux majeurs qui l’apprécient sans connaître le fpi. L’enjeu réside ici.

C. Allah

Verified by MonsterInsights