Accident

Accidents de la circulation: Des chiffres accusent une Afrique meurtrière

Selon Amadou Koné, ministre des Transports, le coût économique des accidents de la circulation en Côte d’Ivoire est estimé à 3% du Produit intérieur brut (PIB) et ce, sur les cinq dernières années.

Pour lui, en cette demi-décennie, il y a eu plus de 12 000 accidents corporels qui ont causé 1200 tués et plus de 21 000 blessés.

Selon le confrère APA, le ministre de tutelle a précisé que sur la période allant de 2013 à 2019, l’on observe un accroissement de 21% pour les accidents ; 37% pour les blessés et 79% pour les tués, mentionnant que les piétons et les usagers des motos et tricycles représentent 60% des tués contre 40% pour les passagers des autres véhicules.

Le confrère poursuit que concernant les causes, Amadou Koné a relevé que trois types de véhicules totalisent 72 % des décès. Il s’agit des 2 et 3 roues qui sont responsables de 25% des tués, les véhicules particuliers 24% des tués, les minicars et autocars 23% des tués.

Les zones les plus accidentogènes sont, elles, les axes Abidjan-Ouangolodougou, Abidjan–Abengourou, Abidjan–Bonoua–Noé, Daloa-Bouaflé-Yamoussoukro.

Et pour apporter une solution globale à toutes ces problématiques, le gouvernement ivoirien a mis en place un Plan stratégique élaboré pour 2021-2025, avec comme axes prioritaires l’amélioration du cadre institutionnel de gestion et de coordination de la sécurité routière.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’on enregistre chaque année dans le monde près 1,3 million de morts dans les accidents de la circulation routière et plus de 50 millions de blessés ou invalides en sus des pertes économiques.

La région africaine, rapporte APA, avec seulement 2% du parc automobile mondial, enregistre un taux de décès de 26,6 pour 100 000 habitants alors que la moyenne mondiale se situe autour de 17,4%.

Nathanael Yao

Verified by MonsterInsights