BUS SOTRA

Déploiement de la SOTRA à Bouaké: Les populations gagnent, attention au syndrome San Pedro des années 80

A compter du mois de septembre, la Société des Transports Abidjanais (SOTRA) démarrera ses activités à Bouaké, seconde ville de la Côte d’Ivoire.

Un important dispositif d’autobus sera déployé pour servir plusieurs lignes.

Selon des informations reçues de la structure, le transport sera gratuit pour les élèves du primaire. Ceux des établissements secondaires, les étudiants de l’Université Alassane Ouattara et des grandes écoles payeront 3000 par mois.

C’est une bonne nouvelle pour les populations de la capitale du Gbêkê. Car ils pourront bientôt rallier des quartiers éloignés à moindre coût, elles qui depuis la rébellion armée de 2002, ont vu la ville ’’défigurée’’ et désormais dotée d’un nouveau mode de transport : les motos, les motos taxis et les tricycles, souvent source de nombreux accidents de la circulation.

Avec l’arrivée de la SOTRA, les populations jusque-là obligées de se déplacer à moto avec tous les risques d’accidents, pourront pousser un ouf de soulagement.

Comme toute réforme, la circulation des autobus à Bouaké aura un impact négatif sur les autres moyens de transport.

Désormais, les élèves du primaire dont certains se rendaient à l’école à moto ou en tricycle seront transportés gratuitement. Et des étudiants qui dépensaient 1000 FCFA ou 1500 FCFA par jour en taxi pour se rendre sur l’un des campus, pourront souffler en ne payant que la somme de 3000 FCFA par mois au lieu de 15000 FCFA ou 20000 FCFA par mois.

Les transporteurs verront sans doute leurs recettes baissées parce que certainement, tout le monde va se ruer vers la SOTRA qui va régner en maître absolu, dans la mesure où cette structure n’aura pas de réels concurrents dans la ville de Bouaké.

Selon un spécialiste du transport terrestre, la SOTRA va phagocyter ou même tuer le transport terrestre dans cette ville. Car à la différence d’Abidjan où il ya une nombreuse population et plusieurs moyens de transports (terrestres et lagunaires) qui rivalisent d’ardeur avec la SOTRA, Bouaké a une population largement en dessous de celle d’Abidjan et ne dispose pas de véritables moyens de transport pour concurrencer ces autobus.

On se souvient que dans les années 1980, la Sotra s’était déployée dans la ville portuaire de San Pedro. Mais le projet a fait long feu, car, selon des populations, les bus de la Sotra auraient été sabotés par des chauffeurs et propriétaires de taxis communaux. La Satra a dû capitler et les bus retirés de la ville. Attention donc au syndrome San Pedro ! La sécurité des engins doit être renforcée dans les gars des autobus de la Sotra à San Pedro.

Nathanael Yao

Verified by MonsterInsights