Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara impose une nouvelle Constitution aux Ivoiriens… La loi modifiée et publiée au journal officiel

Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara impose une nouvelle Constitution aux Ivoiriens… La loi modifiée et publiée au journal officiel

 

Il a promis la démocratie et l’Etat de droit. Mais, l’autocratie continue sous le régime Ouattara-RHDP en Côte d’Ivoire. La nouvelle constitution boycottée par les députés et sénateurs de l’opposition mais votée par le Congrès réuni, récemment, à Yamoussoukro, a été promulguée par le président Alassane Ouattara.

La nouvelle version de cette constitution vient d’être publiée au journal officiel du jeudi 19 mars 2020 dernier au grand mépris de l’opposition qui avait appelé ses militants à s’opposer par tous les moyens démocratiques au changement de la loi fondamentale.

Dans le journal officiel que nous avons pu consulter, en son article 55 nouveau stipule, que « Le président de la république est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Il n’est rééligible qu’une fois. Il choisit un vice-président de la République, en accord avec le parlement ».

Le même article 55 nouveau stipule que « Le candidat à l’élection présidentielle doit jouir de ses droits civiques et politiques et doit être âgé de 35 ans au moins et doit être exclusivement de nationalité ivoirienne, né de père ou de mère ivoiriens d’origine.» Voilà qui met un terme aux  débats quant à la limitation d’âge que redoutaient nombre d’acteurs politiques voyant une volonté cachée de Ouattara d’éliminer ses adversaires politiques en lice pour la présidentielle d’octobre 2020. Notamment le président Henri Konan Bédié du PDCI-RDA, Laurent Gbagbo qui pourront donc se présenter s’ils le souhaitent.

Par ailleurs, il avait été fait cas d’une volonté cachée du président Ouattara de limiter le vote à un seul tour. Dans le journal officiel, cette inquiétude fait place au scrutin à deux tours. « Le président de la république est élu au scrutin majoritaire à deux tours. L’élection du président de la République est acquise à la majorité absolue des suffrages exprimés.»

En clair, l’article 55 nouveau stipule que si la majorité absolue n’est pas obtenue au premier tour, il est procédé à un second tour. Le débat est donc clos sur cette disposition de l’article 55 et tous les candidats pourront se présenter à l’élection présidentielle y compris Soro Guillaume.

Nicaelle LYRANE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *