Coronavirus : La lutte a vraiment commencé avec de grands oubliés du Gouvernement…

Coronavirus : La lutte a vraiment commencé avec de grands oubliés du Gouvernement…

 

La lutte contre le Covid-19 s’est amplifiée. Le Premier Ministre Amadou Gon avec un masque, puis photographié et dont l’image est relayée à souhait par les supports de communication ; des Ministres dont celui de la Santé, Dr Aka Aouélé, également se rendant un peu partout  à Abidjan ; un contingent d’éléments de la Police Nationale autour du Ministre Diomandé Vagondo, sous une pluie battante à Abidjan…,  des passages d’artistes comédiens et d’une ancienne gloire de football évidemment à la télévision nationale pour témoigner de la grande lutte. Comme quoi, le combat contre cette pandémie a véritablement commencé…

Cependant, l’OMS a prévenu que l’Afrique doit s’attendre à une lutte épique qui nécessite une belle prouesse concertée et stratégique. La pandémie est là réellement.

Mais, l’instinct d’homme de Media vous titille, vous vous rendez compte que les enfants de la rue et les sans-abris, véritables probables vecteurs de transmission de ce virus, sont totalement ignorés des services sociaux du Gouvernement…

Que dire des habitants des quartiers précaires, grandissimes nids de proximité? Ce lot d’hommes et de femmes sont aussi ignorés. Alors question : Quand le gouvernement ira-t-il vers ces couches défavorisées obligées de dormir à la belle étoile et souvent sous la pluie?  Comment toucher ceux qui dorment sur et sous les tables des marchés et qui n’ont ni cache-nez ni gants ni gel hydroalcoolique?

Quelles stratégies de sensibilisation pour les quartiers précaires qui foisonnent à Abidjan et dont les habitants n’ont pas le minimum pour se protéger, mais qui se serrent à plusieurs dans des taudis? Quand est-ce que les nombreux mendiants importés qui pullulent à tous les feux et dans toutes les grandes surfaces seront-ils confinés ?

Voici des préoccupations auxquelles une amorce de solution pourra donner des éclaircissements, pour une lutte plus franche et totale. Les Ivoiriens attendent de leur gouvernement une réponse adaptée à ces interrogations.

Célestin Allah B. N’Dri

Journaliste professionnel

Membre du Bureau politique

Inspecteur du Pdci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *