Côte d’Ivoire-Logements sociaux non disponibles : Des souscripteurs crient à l’arnaque…

Côte d’Ivoire-Logements sociaux non disponibles : Des souscripteurs crient à l’arnaque…

 

Lancé en 2012, le Programme présidentiel de logements sociaux a suscité beaucoup d’espoir et un engouement chez les Ivoiriens à faible revenu et également ceux de la diaspora. C’est le cas de dame Sidibé Massiamy, vivant en France.

 

La mésaventure de Sidibé Massiamy

Femme de ménage, Sidibé Massiamy qui caressait le rêve de s’offrir un toit dans son pays natal a sauté sur l’occasion. A cet effet, elle a pris attache, depuis la France où elle vit, avec le promoteur Interbat via sa représentation dans l’hexagone. Après accord avec le promoteur, elle souscrit au programme Songon pour l’acquisition d’un logement économique, une villa basse 5 pièces à hauteur de 15 409 670 FCFA. « Ils m’ont rassuré pour me dire que dans trois ans, mon mari et moi, on pourra aller passer nos vacances au pays », confie-t-elle. Rassurée donc par le promoteur immobilier, elle va effectuer de juin 2015 à novembre 2017 plusieurs versements de fonds d’un coût total de 12 430 385 FCFA.

Revenu en Côte d’Ivoire en 2018 à la faveur d’un évènement familial, le mari de dame Sidibé profite de son séjour pour aller visiter leur maison. Mais une fois sur le chantier du promoteur, il va constater que le terrain est toujours vierge, il n’a pas été mis en valeur. Ce constat va saper le moral du couple qui décide de renoncer au projet immobilier et de récupérer ses fonds.  « Ça fait bientôt 5 ans que j’ai souscrit. Ils m’ont dit c’était déjà fini mais lorsque j’ai envoyé mon mari pour visiter la maison, il s’est rendu compte qu’ils n’avaient pas encore commencé les travaux de construction. J’étais très découragée et j’ai demandé le remboursement de mon argent », explique-t-elle.

 

Un remboursement qui s’éternise

Effectivement, cette dernière a renoncé au projet immobilier. « Je suis allée à Vincennes où se trouve la représentation d’Interbat et ils m’ont fait signer des papiers pour que je sois remboursée », indique-t-elle. Suite à son désistement, un responsable d’Interbat a réagi en lui expliquant dans un courrier électronique datant du 6 juillet 2018, la procédure de remboursement de ses fonds. « Bonjour M. Ouattara et Mme Sidibé, je voudrais par ce mail accuser réception du courrier de désistement de madame Sidibé Massiamy sur le programme de Songon. Comme discuté ce jour 06/07/2018, à nos bureaux de Vincennes, je voudrais vous préciser les modalités de remboursement des 18 950 Euros sans aucune pénalité qui ont été versés à INTERBAT par Mme Sidibé, à savoir, la procédure par le biais du Centre de Promotion des Logements Sociaux (CPLS) en Côte d’Ivoire. A savoir : le courrier de désistement de Mme Sidibé ainsi que le RIB que vous nous avez transmis, seront également transmis au CPLS, une demande de main levée au Ministre de la Construction, du Logement et l’Assainissement et l’Urbanisme(MCLAU) sera établie par INTERBAT et : à l’obtention de la main levée du MCLAU, un ordre de virement du montant à rembourser sera transmis à ECOBANK pour le versement des fonds au Guichet Unique du Foncier et de l’Habitat. Le Guichet Unique du Foncier et de l’Habitat se chargera d’effectuer du reversement se chargera d’effectuer du reversement sur le compte dont le RIB nous a été transmis ce jour. Mme Kouakou Emilienne, responsable au niveau du CPLS, en copie du présent mail, sera également en copie des différents documents et échanges de mail. Les différentes décharges vous seront également transmises par mail en vue d’assurer une traçabilité parfaite de la procédure indiquée ci-dessus. En règle générale, cette procédure, qui dépend principalement des services du MCLAU, prend entre un à deux mois pour sa finalisation », explique Hervé Danho.

Lire aussi:  Deuil: «Seydou Élimane DIARRA était investi dans la quête permanente de la paix en Côte d’Ivoire» (Henri Konan Bédié)

Malgré les explications de ce responsable d’Interbat sur la procédure de remboursement, les souscripteurs désistant peinent à se faire rembourser leur argent depuis plusieurs mois y compris Sidibé Massiamy à qui on a même remis un chèque de remboursement. « Les gens sont venus de la France pour se faire rembourser mais n’ont jamais été remboursés. Ça fait des mois qu’on attend l’argent mais la BHCI n’a pas de sou. C’est une nouvelle banque, la Banque Populaire d’Abidjan où ils ont transféré le compte. A priori ça fonctionne depuis novembre mais ils nous font balader depuis des mois. Pour récupérer mon argent, jusqu’à présent, je n’ai pas pu. Ça traîne, je suis là dans l’attente. C’est l’Etat qui a notre argent. Je veux un remboursement intégral de mon argent et en un seul paiement. La faute ne vient pas de moi, c’est eux qui sont fautifs », tempête-t-elle.

 

Le Guichet unique du foncier pointé du doigt

« L’Eléphant » a approché le promoteur immobilier Interbat et le Centre de Promotion des Logements Sociaux (CPLS) pour comprendre les raisons du non remboursement des souscripteurs qui ont renoncé au programme des logements sociaux. Des explications données par Hervé Danho, un responsable d’Interbat, contacté le 2 mars dernier, il ressort que le promoteur n’y est pour rien dans cette situation. « Premièrement, le Guichet unique du foncier a plusieurs comptes bancaires. Dans le cadre de la procédure de remboursement, dès l’instant où Interbat est saisie, elle reçoit le client. Elle fait la demande de main levée auprès ministère de la Construction et elle obtient la main levée du ministère de la Construction. Interbat procède au reversement sur le compte du Guichet unique. Le reversement doit être sur le compte du Guichet unique pour éviter que les promoteurs ne créent des remboursements fictifs et ne prennent l’argent des souscripteurs sans le leur reverser. Le ministère exige à ce que le remboursement soit fait sur le compte du Guichet unique, après la demande de main levée du promoteur. Voilà pourquoi on indique pour le compte du Guichet unique. A partir de ce moment-là, Le promoteur, Interbat fait faire un virement de son compte séquestre vers le compte du Guichet unique. Et c’est le Guichet unique qui se charge de faire le chèque de remboursement au client. A la date d’aujourd’hui, je ne pense qu’il y ait une main levée qui n’est pas encore été faite. Je sais qu’il y a encore des désistements en traitement. Depuis les problèmes de la BHCI, le Guichet unique nous a informés de ce que pour tous les prochains remboursements, il faudrait passer par leur compte qui est à la Banque populaire », a précisé celui-ci. Contactée par la suite, Kouakou Emilienne, un responsable au Centre de Promotion des Logements Sociaux, s’est montrée très réservée. « Monsieur, je suis désolée de ne pas pouvoir vous répondre. Je ne peux pas vous répondre sans l’autorisation de ma hiérarchie », a-t-elle  indiqué.

Lire aussi:  Prorogation de la RLE en Côte d’Ivoire-Une ONG s’indigne: «La Côte d'Ivoire est arrivée à un tournant décisif de son histoire»

 

La réaction du directeur du Guichet unique foncier

Pointée du doigt, la direction du Guichet unique du foncier a également été contactée par le pachyderme. Ousmane Coulibaly, le directeur du Guichet unique du foncier, interrogé sur la question du remboursement des souscripteurs désistant, s’est montré rassurant au téléphone. « On est en train de procéder au remboursement actuellement. La personne à laquelle vous faites allusion a été déjà remboursée. Il y a un Blanc qui est passé ici, on s’est occupé de lui, il n’y a pas de problème. Mais si vous voulez des détails, vous passez à mon bureau, au Plateau 15ème étage à la  Tour A. Là, je vais vous donner quelques détails. Mais avant, je vais demander l’autorisation de ma hiérarchie pour vous répondre. Sinon, ce dont vous parlez, je suis déjà informé. Le monsieur, je ne sais plus comment il s’appelle mais il est venu me voir au nom d’un des souscripteurs. On en train de procéder en ce moment à leur remboursement. On a eu des soucis internes ici et aussi des problèmes qu’on avait eus avec la BHCI. On a rencontré la BHCI et on est en phase, on est en train de régler ces problèmes», a répliqué Ousmane Coulibaly. Dame Sidibé Massiamy contactée aussitôt après l’entretien téléphonique avec le directeur du Guichet unique du foncier a indiqué ne pas se reconnaître dans les dires de ce responsable du ministère de la Construction. « Je n’ai reçu aucun remboursement en jusqu’à ce jour », a-t-elle précisé. Pour porter cette nouvelle information à la connaissance d’Ousmane Coulibaly, « L’Eléphant » tente de joindre celui-ci depuis plusieurs jours. Ses appels et messages sont restés sans suite. Tout porte à croire que celui-ci n’a pas reçu le feu vert de sa hiérarchie pour s’entretenir à bâton rompu avec le pachyderme.

Lire aussi:  Conventions locales du PDCI-RDA: Léopoldine COFFIE veut le plébiscite de Bédié dans la Marahoué… les raisons

 

NOËL KONAN, In L’éléphant déchainé n°673

🔥33 Vues | Lectures

Laisser un commentaire