Urgent-Maurice Kakou Guikahué (Pdci-Rda): «Nous maintenons notre manifestation, le meeting aura lieu… ce 21 décembre doit être le triple de celui de Treichville»

Urgent-Maurice Kakou Guikahué (Pdci-Rda): «Nous maintenons notre manifestation, le meeting aura lieu… ce 21 décembre doit être le triple de celui de Treichville»

Après la réunion du Secrétariat exécutif qu’il a présidée, mardi 17 décembre, au siège du Pdci-Rda à Cocody, Pr Maurice Kakou Guikahué s’est prêté aux questions des journalistes.

Monsieur le Secrétaire exécutif en chef, de quoi avez-vous parlé au cours de cette session ?

Nous avons parlé de la réunion du Bureau politique et du 2ème meeting conjoint de l’opposition ce samedi 21 décembre 2019. En ce qui concerne le Bureau politique, les mêmes dispositions seront arrêtées. Il faut être à jour de ses cotisations. Egalement, il faut venir tôt parce qu’on va émarger. Il y aura des stands, ils seront ouverts à 14 heures, à 15 h 45, la mise en place est terminée et la réunion commence à 16h, exactement comme la dernière réunion du Bureau politique. Et l’ordre du jour de ce Bureau politique avait été fixé par la 11ème réunion à savoir les modalités pratiques de la Convention d’investiture de notre candidat à la présidentielle de 2020. 

Deuxièmement, nous avons fait le point de l’organisation de notre deuxième meeting. Vous êtes sans ignorer qu’il y a eu des rebondissements. D’abord, nous avions demandé la place Ficgayo  pour le 14 décembre, la mairie nous avait dit que la place était occupée, donc nous avons reporté notre meeting au 21 décembre. Nous avons eu l’accord de la mairie d’autant plus que ce sont les responsables de la mairie même qui nous ont appelés pour venir payer. Nous avons payé les 400 000fcfa, on nous avait dit aussi de payer 100 000fcfa pour les riverains de Ficgayo, le Syndic. Et que le lendemain, nous devions prendre  l’arrêté municipal. C’était important, je l’avais exigé avant d’animer la conférence de presse. Ce qui a été fait. Ils nous ont encore appelés de venir chercher notre autorisation définitive. Personne ne nous a jamais répondu que notre demande était rejetée, mais contre tout attente on voit que le maire qui avait donné son ok pour qu’on nous autorise la place, 48 heures après, le même maire,  curieusement prend un arrêté qui interdit toute manifestation à Yopougon du 16 décembre au 5 janvier, alors que nous sommes à la période des fêtes. Je ne sais donc pas comment les populations de Yopougon vont fêter. Donc, nous avons fait l’analyse de cette situation au secrétariat exécutif, et le Pdci pense que nous maintenons notre manifestation. Le meeting aura lieu. A ce sujet, nous animons une conférence de concert avec le Fpi, donc le secrétaire général du Fpi, Assoa Adou, aujourd’hui mercredi à 11heures, pour donner tous les détails, la conduite à tenir, bref pour informer amplement tous les  militants.

m

Au Bureau politique du 19 décembre que va-t- il se passer concrètement ?

J’avais été désigné pour coordonner les activités de cette convention et mission m’avait été donnée de proposer le thème, la date, le lieu, les modalités pratiques, le comité d’organisation.  Donc, c’est ce rapport que je vais faire au Bureau politique qui va prendre des décisions. Donc, on va faire ces propositions.

Avez-vous un appel à lancer ?

Je voulais profiter de cette interview pour lancer un appel aux militants de l’opposition. D’abord, nous nous sommes mis en place pour attaquer les grands problèmes de la nation, la démocratie, les libertés publiques et individuelles, et puis un système électoral fiable. Parce que la  Côte d’Ivoire a connu beaucoup de morts à cause des élections, que ce soient les élections présidentielles de 2010, que ce soient les municipales de 2018. Donc voici les grands dossiers que nous abordons et ensuite le grand dossier de la réconciliation nationale qui est vraiment la base de tout développement, parce qu’il n’y a de richesses que d’hommes.  Vous avez beau avoir de bons chiffres de croissance mais s’il n’y a pas de réconciliation…, nous, nous ne sommes pas dans un esprit de belligérance. Nous voulons que des décisions idoines soient prises pour le bonheur des Ivoiriens. La réconciliation, un système électoral transparent, et que les uns et les autres s’expriment dans les limites prévues par la loi bien sûr et c’est ce que nous poursuivons et c’est un combat noble et nous sommes très heureux et remercions tous ceux qui, sur les réseaux sociaux, nous encouragent et sont déterminés à aller dans notre sens. C’est pourquoi, nous les appelons le 21 décembre. Parce que le tout n’est pas de s’asseoir dans son salon, de se  coucher et de bavarder. Il faut sortir. Donc, nous voulons au meeting que nous allons organiser le 21 décembre 2019, que tous ceux qui sont d’accords avec nous, qui veulent des cartes d’identité gratuites et c’est faisable, une Cei neutre et indépendante consensuelle et c’est faisable, que les Ivoiriens se réconcilient et c’est faisable, que tous ceux-là sortent massivement pour que les uns et les autres les voient. On a fait Treichville, le prochain meeting doit être le triple de celui de Treichville. On ne peut pas atteindre Yamoussoukro, parce que ça c’est historique, mais il faut que les militants d’Abidjan démontrent qu’ils existent. Le moment de rester dans les salons est terminé et on nous reproche souvent de ne faire que des meetings.  Mais justement, c’est par leur détermination aux meetings qu’on va aller à la prochaine étape. Donc, sortez massivement d’abord pour nous encourager, pour aller à une autre étape. Donc, on vous attend le 21 décembre 2019.

Propos recueillis par Gilles Richard Omael et D. Sory

🔥3 Vues | Lectures
Lire aussi:  Sortie du RHDP, rajeunissement des instances du PDCI: Guikahué fait des précisions importantes

Laisser un commentaire