AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Education nationale-Indemnités (BAC, BEPC…): Comment des élèves trichent et des fonctionnaires volent…Plusieurs millions volés aux enseignants (Les révélations de L’Eléphant déchainé)

7 min read
Kandia Camara à la RTI

Education nationale-Indemnités (BAC, BEPC…): Comment des élèves trichent et des fonctionnaires volent…Plusieurs millions volés aux enseignants (Les révélations de L’Eléphant déchainé)

Depuis deux ans, des enseignants intervenant aux examens à grand tirage que sont le Brevet d’études du premier cycle (BEPC) et le Baccalauréat de la Direction régionale de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (Drenetfp) Abidjan 3 se disent victimes de ponctions allant de 10 à 50 mille francs sur leur indemnité de correction. Ils se sont confiés à « L’Eléphant ».

Des enseignants encore ponctionnés ou omis

Pour la session 2018, le paiement des indemnités a démarré le 15 avril à la trésorerie de principal de Yopougon. Depuis le début du paiement, certains professeurs se plaignent d’irrégularités sur les montants perçus au Trésor public de Yopougon. Ces derniers réalisent que leurs indemnités ont été ponctionnées des sommes allant de 5000 à 20 000 francs d’un professeur à un autre. Ils constatent également des cas d’omissions. Curieux de savoir ce qui se passe au sujet de leurs indemnités, des enseignants ont approché la trésorerie de Yopougon pour avoir des explications. Mais les agents du Trésor ont simplement renvoyé ceux-ci vers la Drenetfp Abidjan 3, précisément le service Assistance administrative et comptable (2AC), en charge de l’élaboration des états de paiement à transmettre au Trésor, après vérification des fiches d’indemnités.

Une fois arrivés au service 2AC pour avoir de plus amples informations sur les différentes ponctions et les cas d’omission, les enseignants victimes de ces pratiques, selon leur témoignage, n’auront pas de réponse à leurs différentes préoccupations. Mais ceux-ci ne baissent pour autant les bras et décident finalement de mener leur propre enquête. Au bout de quelques jours, leur persévérance et leur investigation finissent par payer.

Leurs primes détournées par des agents du service 2AC ?

Grâce à la stratégie mise en place par ces enseignants, ceux-ci vont faire une incroyable découverte. Ils finissent par découvrir, selon leur propos, que  les ponctions sur leurs différentes indemnités sont l’œuvre d’un réseau d’agents de la Direction régionale de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (Drenetfp) Abidjan 3. Pour parvenir à cette découverte, ces derniers avaient décidé que chaque fois qu’un enseignant se rendait au Trésor pour percevoir son indemnité, il vérifie les noms de ses camarades enseignants sur la liste de paiement. Après plusieurs jours, ils finissent par découvrir que le sieur You Bi You Emile et dame N’Guessan N’Guessan Sylvestre apparaissent sur toutes les listes de paiement des différentes indemnités du Brevet d’études du premier cycle et du Baccalauréat. S’agissant You Bi You Emile, ce dernier figure sur les listes suivantes : « BAC 2018 Chefs centre, Secr et Cell », « BEPC 2018 BEPC additif », « Etat de paiement EPS 2018 Liste globale alphabétique », « Bac 2018 BAC Additif », « BAC 2018 DREN Abidjan 3 Examinateurs S à Z », « BAC 2018 Secrétaires » et « BEPC 2018 DREN Abidjan 3 Examinateurs S Z ». Pour ces différentes listes, il a respectivement perçu les montants suivants : 100 000 FCFA ; 590 000 FCFA ; 100 000 FCFA ; 1 693 250 FCFA ; 352 000 FCFA ; 60 000 FCFA  et 164 550 FCFA, soit le montant total de 3 059 800 FCFA. Quelle prouesse ! Qu’en est-il de dame N’Guessan N’Guessan Sylvestre ?  Cette dernière figure également sur plusieurs listes : « BEPC 2018 DREN Abidjan 3 Secrétaires », « BEPC 2018 DREN Abidjan 3 Examinateurs L R », « Etat de paiement EPS 2018 Liste globale alphabétique », « BAC 2018 Secrétaires » et « BAC 2018 DREN Abidjan 3 Examinateurs L R ». Le concernant, il a respectivement perçu les montants suivants : 50 000 FCFA ; 150 000 FCFA ; 120 000 FCFA ; 60 000 FCFA et 312 500 FCFA, soit le montant total de 692 500 FCFA. Dans la pratique, une personne qui a son nom sur une fiche d’état de paiement EPS est effectivement un professeur d’EPS. Par conséquent, il ne peut ni corriger au BEPC ni au BAC. Il en est de même lorsqu’on est membre de secrétariat. Le membre du secrétariat ne peut être ni interrogateur, ni correcteur encore moins chef de centre. Et pourtant You Bi You Emile et N’Guessan N’Guessan Sylvestre ont bravé cette mesure. Tous deux, ils sont omniprésents sur les différentes listes. Cela a pu être possible car You Bi You Emile et N’Guessan N’Guessan Sylvestre sont des agents du service 2AC de la Drenetfp Abidjan 3. Leur service a en charge l’élaboration des états de paiement pour le transmettre au Trésor pour paiement. You Bi You Emile est également le président de la Mutuelle des agents de ladite Drenetfp. Ils  seraient de mèche avec un certain Kpagni Thomas, également assistant administratif et comptable de la Drenetfp Abidjan1.

La réaction de la Drenetfp Abidjan 3

L’infernal pachyderme a tenté d’avoir la réaction des responsables de la Direction régionale de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle Abidjan 3. Il a été reçu le 3/6 par Diomandé Sandé Félix, Directeur régional de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle Abidjan 3, en compagnie de Bosson Kouadio, Secrétaire général chargé des examens et concours, madame Fofana et You Bi You Emile, du service Assistante administrative et comptable. Interrogé au sujet des accusations portées contre sa direction, Diomandé Sandé Felix a apporté des explications. « Madame Gomis Bernadette est décédée l’an dernier. La Dren a été gérée par un intérimaire Monsieur Kpagni de la Dren Abidjan 1. Il arrive, lorsqu’on remplit les documents de paiement des indemnités que, certains les remplissent selon les règles de l’art et d’autres pas. Et lorsqu’on paye, il arrive souvent que certains soient omis, il arrive que certains soient en retard, il arrive même que certains n’aient pas leur dossier d’indemnité. Et le principe, lorsque je commençais ici, c’est la Dren qui payait les indemnités. C’est Madame Gomis Bernadette, l’Assistante administrative et comptable (2AC) qui payait les indemnités. Mais un moment, le Trésor a décidé de payer les indemnités. Nous, nous ne faisons que les états de paiement et c’est envoyé au Trésor. Lorsque ça va au Trésor, lorsqu’il y a des retardataires, quand il y a des omis, souvent, certains restent omis jusqu’à ce que le Trésor arrête de payer les indemnités de l’année. Cette situation crée des problèmes puisque nous avons les enseignants sur le dos. Même actuellement, certains enseignants continuent de réclamer leur indemnité. On continue de payer les indemnités de 2018 alors qu’on a déjà payé les indemnités de 2019. Cela veut dire que les omis et les retardataires continuent de se faire payer. Monsieur Kpagni a fait une démarche pour qu’une certaine somme reste à la disposition du service Assistance administratif et comptable pour faire face à toute éventualité. Cette gymnastique financière fait que malgré nous, nous nous retrouvons souvent avec certaines sommes dans l’intérêt des enseignants. C’est dans leur intérêt. Et malheureusement, ceux pour qui nous faisons ça, quand ça leur plaît, c’est eux qui se plaignent de nous. Mais cher ami, chez nous, il n’y a pas une quelconque idée de faire des ponctions sur les indemnités des enseignants », a expliqué celui-ci. Quid de la présence de certains noms sur plusieurs fiches des états de paiement ? « Ce n’est pas possible. Tu es convoqué par exemple pour la correction, tu ne peux pas être en même temps correcteur et harmonisateur. Nous ne pouvons pas payer ces deux services sincèrement. Tu es convoqué pour quelque chose, c’est ce service tu dois faire », a indiqué madame Fofana. « Par contre nous, comme le Dren l’a dit tout à l’heure, on peut prendre l’argent d’EPS ou du BEPC pour le donner à un enseignant. Nous, c’est possible. Moi, dans mon cas, c’est possible de figurer sur plusieurs fiches des états de paiement mais pas les autres. Parce que c’est nous, on leur donne l’argent. C’est ce qu’on est en train de faire actuellement. Aujourd’hui quand les enseignants sont venus, je leur ai montrée les fiches des états de paiement. Je leur dit que c’est dans leur intérêt si mon nom figure sur les fiches des états de paiement », a précisé You Bi You Emile. «  C’est lui le comptable. Celui qui était là, c’était un intérimaire. Il devait partir et il n’allait pas être là pour le paiement des indemnités. Il ne savait pas qui devait venir c’est comme ça qu’il a mis ces indemnités sur le compte du comptable. Quand je suis arrivée, il m’a dit : « Madame le 2AC, pour les additifs, j’ai mis quelque chose sur le compte de You Bi, il va retirer pour vous remettre et au moment opportun, vous allez payer les omis. » C’est que monsieur Kpagni, l’intérimaire m’a dit en partant. Et c’est ce qui a été fait », a ajouté madame Fofana. « Il y a des spécialistes de spéculation sur les indemnités de corrections. Ils se plaignent parce que certains spéculent, certains volent », a conclu le Directeur régional de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle Abidjan 3 au sujet des enseignants. « L’Eléphant » ose croire que ce n’est pas le cas pour ses collaborateurs You Bi You Emile et N’Guessan N’Guessan Sylvestre pointés du doigt par les enseignants.

NOËL KONAN, in L’Eéléphant déchainé N°646

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading