AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Innocent Yao, pdt de la Jpdci rurale, depuis la région du Gôh: «Dieu a donné longue vie au président Bédié pour voir de son vivant tous ses ennemis…»

9 min read
FB IMG 1559653121233

Innocent Yao, pdt de la Jpdci rurale, depuis la région du Gôh: «Dieu a donné longue vie au président Bédié pour voir de son vivant tous ses ennemis…»

FB IMG 1559653121233

En tournée dans la région du Gôh, Innocent Yao, président national de la jpdci rurale donne ici les raisons de la tournée qu’il effectue et aussi se prononce sur l’actualité notamment sur le rapprochement entre le PDCI-RDA et le Front populaire ivoirien (Fpi).

Président qu’est-ce qui explique votre présence dans la région du Gôh ?
Nous sommes dans la région du Gôh dans le cadre d’une tournée nationale initiée par la jeunesse du PDCI RDA soutenue et encouragée par la direction du parti avec un message clair que nous devons porté à nos populations en zone rurale. Cela fait quand même un bon moment que la zone rurale a été intoxiquée, intoxiquée par ceux qui ont décidé d’aller au RHDP et qui malheureusement ne peuvent pas partir avec les militants du PDCI RDA, mais qui ont créé des mouvements tels que sur les traces, pas à pas et aujourd’hui PDCI renaissance pour troubler l’esprit des militants alors le président Henri Konan Bédié nous a mis en mission pour que nous allions dans les campements dans les villages pour parler à nos parents pour leurs donner l’information et l’information vraie pour dire qu’il y a un seul Pdci et qu’il n’ y a pas deux PDCI, et le président Bédié est toujours le capitaine du bateau PDCI RDA. Donc voilà un peu les raisons qui nous emmènent dans la région du Gôh pour parler aux militants et désintoxiquer toute la zone.

Vous venez de faire quelques étapes notamment Serihio, Mahibouo, Zokrobouo etc. quelle est la réaction des militants face à votre message ?
C’est pour nous que les militants craignent, les militants craignent pour ceux qui viennent d’Abidjan, les cadres parce que ce sont ceux qui sont à Abidjan. Les cadres que le PDCI RDA a fabriqué, des gens qui n’étaient pas connus, que Bédié a révélé au grand jour qui aujourd’hui se retournent contre le Pdci et contre le président Bédié, comme on le dit communément à cause de leurs ventres et aussi parce que ces personnes-là n’ont pas de mémoires. Alors par rapport à cela les militants disent que c’est pour nous qu’ils ont peur, ils restent Pdci, ils restent attachés au Pdci même les zones qui ne sont pas favorables au PDCI nous disent qu’il faut que le Pdci revienne au pouvoir en 2020 pour que la Côte d’Ivoire puisse retrouver la paix et la stabilité totale.

Justement, parlant de ces cadres qui ont tourné le dos au PDCI, voulez-vous dire par là qu’ils sont ingrats vis-à-vis du président Bédié et du PDCI ?
Bon, ingrat, quand vous dites ingrats, moi je préfère ne même pas employé le mot ingrat, je parlerai plutôt d’une irresponsabilité morale de la part de ces personnes-là, parce que dans la vie, la fidélité a son prix et la trahison a son prix. Dieu a donné longue vie à Henri Konan Bédié de voir de son vivant tous ses ennemis, des gens dont il a fait premier ministre aujourd’hui vice-président, des petits avocats dont il a fait ministre jusqu’aujourd’hui président de sénat, des enseignants de cap CEG tel que les Adjoumani dont le PDCI RDA et Henri Konan Bédié ont révélé au grand jour qui aujourd’hui se retournent contre le président Bédié. Je dis que Dieu a donné longue vie au président Bédié pour qu’il puisse voir de son vivant tous ses ennemies mais ces personnes-là, c’est une irresponsabilité morale parce que l’histoire retiendra, l’histoire de la Côte d’ivoire retiendra qu’à un moment donné de leurs vies, ils appartenaient à un parti politique et ils ont trahi ce parti. Et pour leurs postérités, les enfants et petits-enfants, ces choses qui seront collées sue leurs familles jusqu’à l’éternité. C’est une honte pour eux-mêmes. C’est une honte pour leurs familles et c’est une honte en tout cas qui reste marquée dans l’histoire de la politique de la Côte d’ivoire.

Parlant de l’actualité et du rapprochement entre le Fpi et le Pdci, à travers la plate-forme prônée par le président Bédié, vous jeunesse du Pdci qui êtes dans le Gôh, quelle est votre réaction et puis est-ce que vous envisagez plus tard des actions commune avec la jeunesse du Fpi pour que cette plateforme soit forte et qu’elle puisse remporter la victoire en 2020 ?
Merci si vous suivez bien l’actualité, cela fait environ deux ans que j’étais en contact permanent avec mon ainé Koua Justin, on avait d’abord signé une plateforme de collaboration après un grand meeting à Anono qui a failli nous coûter donc une prison par la grâce de Dieu tout s’est bien passé. Aujourd’hui le message que le président Bédié nous a donné de faire passer dans les villages et dans les campements auprès même des militants, c’est-à-dire les militants du FPI, c’est que dans la vie, il y a un temps pour faire palabre et un temps pour se réconcilier, les enfants de Côte d’ivoire, c’est parce qu’à un moment donné on ne sait pas entendu que ceux qui ne devait pas réellement gérer cette Côte d’ivoire-là, en tout cas notre division a profité à ces personnes-là et quand le mur est fissuré que le cafard s’y introduit. Aujourd’hui, il y a un temps pour faire palabre et un temps pour se réconcilier donc le président Henri Konan Bédié, doyen de la politique en Côte d’ivoire a tendu la main, sa main à son jeune frère Laurent Gbagbo pour que nous tous on se mette ensemble. Mais ça va comme sur des rails à chacun de faire son mea culpa si le président Henri Konan Bédié, lui-même, aujourd’hui, a quelques regrets par rapport au soutien qu’il a apporté à Alassane Ouattara et le comportement d’Alassane Ouattara avec ses propos vis à vis du président Henri Konan Bédié nous, à notre niveau, ce que nous pouvons faire, c’est de soutenir le président Bédié. Et les jours à venir, je suis en contact permanent avec la jeunesse de EDS. Les jours à venir, en tout cas, notre objectif est que nous soyons ensemble pour mener des actions communes parce qu’à un moment donné, on ne pouvait plus se parler, donc nous avons créé les conditions, nous nous sommes parlés avant même que les ainés ne se retrouvent. A ce niveau-là nous souhaitons une plateforme forte parce que aujourd’hui les gens en parle, ils disent ‘’non Pdci veut faire alliance, non le Pdci veut faire ceci avec le Fpi’’, non Bédié dit qu’il faut qu’on se mette ensemble, et se mettre ensemble-là, c’est pour combattre l’ennemi commun et l’ennemi commun des ivoiriens, du Pdci du Fpi et de tous les autres partis politiques, c’est Alassane Ouattara et le RHDP unifié avec tout ce qui suit comme corolaire. Par conséquent, en 2020, quel que soit le cas de figure, l’objectif est que tous les ivoiriens se mettent ensemble, en tout cas, pour chasser le RHDP unifié du pouvoir.

A ce propos vous êtes d’accord avec Valentin Kouassi qui disait à Agboville que l’alliance Pdci et Fpi est le rassemblement des ivoiriens contre les autres ?
Les ivoiriens contre les autres c’est-à-dire ?

Vous avez dit tout à l’heure que, à travers cette plateforme, le Pdci et le Fpi se retrouvent et que quand un mur est fissuré c’est le cafard qui s’y introduit facilement et donc cette alliance est mise en place pour chasser les autres qui ne sont pas de ce pays ?
Non les autres qui ne sont pas de ce pays, c’est trop dire. Non, vous savez, il y a des enfants qui ne sont pas de sang pour employer les mots du président Bédié à Daoukro le 26 janvier, les enfants adultérins d’Houphouet-là, ils se réclament enfants légitimes non, les enfants adultérins la ça veut dire que c’est un enfant d’un père qui triche et c’est ce qui est arrivé à la Côte d’ivoire. Aujourd’hui les gens vont dire non ils sont xénophobes, ils sont ceci ils sont cela, mais nous, ça ne nous intéressent pas. Je le dis pour emboiter le pas de mon frère Valentin Kouassi, il faut que les enfants de Côte d’ivoire se retrouvent et mettent hors d’état de nuire ceux qui ne méritaient pas de gérer la Côte d’ivoire et qui sont venus gérer la Côte d’ivoire en défigurant, en tout cas, toutes les bases de développement de notre pays.

Votre mot de fin ?
Je demande à tous les militants du PDCI RDA de garder leur sérénité, de garder leur sérénité parce que ce qui se passe ne nous inquiète pas en aucun cas. Il y en a qui se promène pour dire ‘’non en 2000, on a fait ceci, en 95 on a fait cela, en 90 on a fait ceci pour Houphouet, pour Bédié. Mais ceux qu’ils ont combattus en 90, en 95 sont des gens qui créaient des dissidences dans le PDCI. Aujourd’hui, ceux qui sont au RHDP unifié là ils ont l’âge de ces personnes-là en 95, et en 2000 nous on a leur âge et la force pour les combattre. Mais les jours à venir, la réplique sera proportionnelle à l’attaque. En tout cas, si vous suivez bien, cela fait un bon moment que les gens n’attaquent plus le président Bédié, parce qu’on se connait, que ce soit les ministres, que ce soit les Dg, que ce soit les président d’institutions, on se connait en détail. Là où tu as mangé-là, faut pas cracher dedans parce que, en politique, il n’y a pas de variable fixe. Le moment viendra en 2020… on dit que la peur habite en celui qui ignore son destin. Nous, on n’ignore pas notre destin, on n’a pas peur, on croit au peuple de Côte d’ivoire parce que quand tu as 50 ans, tu as 60 ans, tu as 70 ans et ce que tu dis aujourd’hui que tu changes, demain qu’est-ce que tu veux que tes enfants retiennent de toi? Mais, l’histoire retiendra quoi de toi ? C’est pourquoi je demande à mes camarades de garder leur sérénité. Dans la pauvreté, dans la dignité, nous allons parcourir les villages, les campements pour donner l’information aux ivoiriens, les gens appauvrissent la zone rurale, ils appauvrissent nos villes et on n’a plus de routes. Et aujourd’hui, ils se promènent dans des avions, dans des hélicoptères, ils se lèvent un matin et disent ‘’nous sommes en train de faire les châteaux, les pompes et autres’’, mais quand tu n’étais pas président de la république, tu ne faisais pas de pompes, tu ne faisais pas de châteaux, aujourd’hui nous avons un problème de réconciliation, les ivoiriens se regardent en chien de faïence, c’est la méfiance, c’est des choses qu’on a accumulées. Mais, tout ça va finir en 2020, et je vous rassure pour le moment que nous sommes en tournée pour toutes les questions politiques au moment venu, en tout cas, nous aurons la réponse appropriée et nous allons nous donner les moyens de revenir au pouvoir d’état en 2020.
SINALY OUATTARA, CORRESPONDANT NOUVEAU RÉVEIL GAGNOA

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading