AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Affaire une femme meurt à l’accouchement à Yaou (Grand Bassam) faute d’ambulance: Le ministère de la Santé réagit et donne sa version des faits…

3 min read
aka aouélé

Affaire une femme meurt à l’accouchement à Yaou (Grand Bassam) faute d’ambulance: Le ministère de la Santé réagit et donne sa version des faits…

Affaire une parturiente décède à Bassam
Une information diffusée sur la page facebook ‘‘Police secours’’ pointe du doigt le système sanitaire ivoirien suite au décès d’une dame dans la matinée du mercredi 29 mai 2019 à Yaou, localité rurale située à 3 km de la ville de Bonoua. Selon la publication, une femme enceinte est décédée ce mercredi et a perdu son enfant à l’accouchement parcequ’elle n’a pu être évacuée à temps sur Grand-Bassam. Poursuivant son argumentaire, l’auteur de cette information soutient que l’ambulance de Yaou n’a pu être utilisée parceque n’ayant pas encore été inaugurée.
Le ministère de la santé et de l’hygiène publique vient par cette note, après témoignages, mettre en lumière ce qui s’est véritablement passé.
Ce lundi 29 mai 2019, Mme Assi est arrivée en compagnie de son époux au centre de santé rural de Yaou pour un accouchement. Elle a été reçue par une sage-femme qui l’a ensuite examinée. Le résultat de l’examen indiquait que la parturiente n’était pas entrée en phase de travail, il n’y avait donc pas de dilatation complète pour faire l’accouchement. Sur sa demande la sage femme a aidé la parturiente a se posée par terre, une position qui lui permettrait de supporter la douleur. C’est donc de cette position que la sage-femme a constaté qu’elle bavait. Au regard de la gravité de la situation, le corps médicale a décidé de l’évacuer à Grand-Bassam à 8 km du village. L’ambulance de Yaou étant en panne depuis quelques jours, c’est l’ambulance de Grand-Bassam qui a été sollicitée pour évacuer la parturiente. Sur insistance des parents de la parturiente, elle a été conduite à la clinique Siloé de Grand-Bassam, où les agents de santé en service ont constaté son décès à l’arrivée dans le centre.
Le ministère de la santé et de l’hygiène publique présente ces sincères condoléances à la famille de la défunte. Le Dr Jean Claude Koffi, directeur départemental de la santé de Grand-Bassam et son équipe continuent leurs recherches pour situer les responsabilités.
Le département ministériel en charge de la santé et de l’hygiène publique tient à indiquer que l’ambulance de Yaou est opérationnelle depuis 1 an et gérée par le Coges qui lui a même affectée un chauffeur. La parturiente devrait être évacuée à l’hôpital général de Grand-Bassam. C’est donc sur insistance de son époux le sieur Assi Serges qu’elle a été menée vers une clinique privée.
Le ministère de la santé et de l’hygiène publique dénonce cette publication qui ne traduit pas véritablement ce qui s’est réellement passé à Yaou et à Grand-Bassam concernant cette affaire. Ces services sont disponibles pour vous apporter des réponses sur d’éventuelles interrogations.
Source : Ministère de la Santé et de l’Hygiène publique

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading