AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

ORANGE Côte d’ivoire : Un audit fait trembler le réseau interne, d’étranges pratiques découvertes par des «Dakarois»- Les menaces à peine voilées de «Orange CI»-Mais que fait l’ANSUT sur les 3%?

5 min read
orange

ORANGE Côte d’ivoire : Un audit fait trembler le réseau interne, d’étranges pratiques découvertes par des « Dakarois »- Les menaces à peine voilées de « Orange CI »-Mais que fait l’ANSUT sur les 3% ?

L’information ne sature pas encore le réseau interne de « Orange Côte d’Ivoire ». Elle a été quasiment mise sous le sceau de la confidentialité et ne risquait pas de faire des vagues. C’était sans compter avec les grandes oreilles d’un empêcheur d’étouffer des informations en rond, affreusement appelé «L’Eléphant Déchaîné ».

Une dénonciation anonyme et c’est la colère à Paris
Des mécontentes au sein de la boîte à Abidjan, ont anonymement dénoncé au Siège à Paris, des pratiques riantes qui selon eux, sont de nature à plomber la gouvernance du groupe et à hypothéquer, à terme, de nombreux emplois.
Et hop ! Sur la base de ces dénonciations, la « maison mère » a décidé de faire réaliser, via des auditeurs venus de Dakar, une opération de contrôle du système de compliance (règles d’ensemble pour une bonne gouvernance en entreprise), afin de se faire une idée de la sincérité des rumeurs de mauvaise gouvernance qui traversent la filiale abidjanaise.
L’opération, menée par les « Dakarois », selon les informations de « L’Eléphant », a mis les doigts sur des scandales internes qui ont stupéfait les « Auditeurs ».
Après près de huit ans aux manettes du groupe à Abidjan (une longévité pour le moins exceptionnelle au niveau du Groupe Orange), le Directeur Général Mamadou Bamba, devrait avoir quelques comptes à rendre à la « maison mère » à Paris.

Un cas emblématique et d’autres cas…
Les relations entre Orange Côte d’Ivoire et une entreprise dénommée « Jighi », ont intrigué au plus haut point, les vérificateurs. Fondée en 2015 par Mack Coulibaly, entrepreneur ivoirien prospérant aux Etats-Unis, cette société, par la force des relations entre son fondateur et la haute direction de Orange CI, est devenue le fournisseur exclusif de matériels « WIFI » à des tarifs qui ont fait s’étrangler d’étonnement, les « Auditeurs ». Une filiale d’installation de ce matériel, créé par « Orange Ci », travaillerait en synergie avec « Jighi ».
Ce n’est pas tout.
Pour organiser sur deux jours chaque année, un salon sur la cybercriminalité » à Abidjan, les « Auditeurs » ont découvert que c’est une « subvention » d’environ 700 millions de FCFA, qui est versé à « Jighi ». De quoi épouvanter tous les escrocs qui sévissent sur internet en Côte d’Ivoire ou arroser des soirées de débriefing à l’hôtel Le Marly, propriété du patron de « Jighi » ?
Autre curiosité découverte par les « Auditeurs », le fournisseur exclusif de consommables à Orange CI, serait une structure dirigée par une très proche du directeur des Moyens Généraux. « Confusion des genres », se sont exclamés les « hommes » arrivés de Dakar.
Une autre curiosité, le cas de la société « Neurones », attributaire de contrats grassement payés, et dont l’épouse du fondateur, Rosemonde Kouadio, n’est autre que la collaboratrice directe de Serges Kouakou, directeur « Orange Business »…

Taxes non contrôlées
Il ne s’agit pas ici, d’une situation spécifique à Orange Côte d’Ivoire, même si la confusion et le laisser aller de l’Etat lui profite aussi, mais d’une situation qui concerne tous les opérateurs du secteur en Côte d’Ivoire.
Des taxes de 3% sur les chiffres d’affaire des opérateurs Télécom doivent être reversées, annuellement, à l’Etat, via « L’ANSUT » (Agence Nationale du Service Universel des Télécommunications-TIC créée par l’ordonnance 2012-293 du 21 mars 2012). Ces taxes dans les faits, doivent permettre à l’Etat, d’améliorer l’accès des populations aux services de base dans le secteur. Mais les règlements faits par les opérateurs, interviennent sur la base de simples déclarations de la part desdits opérateurs qui, ricanent nos sources « sont heureux de pouvoir payer sur la base de chiffres d’affaires affreusement minorés ».
Dans de nombreux pays africains tels que le Gabon, le Tchad, le Sénégal, des solutions de contrôle des flux/chiffres d’affaires des opérateurs Télécom, ont été mises en place pour éviter les fausses déclarations éventuelles. Ce qui n’est pas encore, on se demande bien pourquoi, le cas en Côte d’Ivoire.
Mais que fait « L’ANSUT » ?

Les menaces à peine voilées de « Orange CI »
Histoire d’avoir la réaction de la direction de Orange Ci, «L’Eléphant » leur a transmis, après un déplacement physique au siège, un petit questionnaire dont le contenu suit :
« HISTORIQUE
Orange Paris (le siège) aurait demandé à un cabinet d’audit de Dakar d’auditer les comptes d’Orange Côte d’Ivoire. Il en serait ressorti, une anomalie portant sur une subvention annuelle de 700 millions versée par Orange Côte d’Ivoire à la Société JIGHI dans le cadre des rencontres sur la cybercriminalité.
QUESTIONS
I-Orange Côte d’Ivoire reconnait-il qu’il y a eu un audit de ses comptes à la demande du Siège ?
II- Quid des 700 millions de subvention versée régulièrement à JIGHI?
III- Orange Côte d’Ivoire « trafiquerait » ses comptes. Qu’en dites-vous?
IV- Quelle relation commerciale entre Orange Côte d’Ivoire et JIGHI?
V- Quel lien entre le Directeur Technique Didier Kla et Monsieur Marc Coulibaly, propriétaire de l’hôtel Marly et de JIGHI ? »
Une semaine plus tard, la réaction de la direction du groupe est tombée :
« Nous connaissons Jighi en tant que partenaire avec qui nous collaborons dans le cadre de « Africa Cybersecurity Conference » qu’Orange sponsorise depuis 3 ans. Jighi est également un de nos prestataires techniques sur certains aspects de couverture réseau notamment le Wifi. Notre collaboration avec Jighi se fait selon les normes d’éthique et de déontologie en vigueur dans le Groupe Orange et nous nous réservons le droit de poursuivre en justice toute entité qui diffuserait des informations fausses portant atteinte à l’image d’Orange.
Cdt, Emmanuel »
D’effroi, « L’Eléphant » tremble depuis.
MAHI M., in L’ELEPHANT DECHAINE N°636

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading