AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Assemblée nationale-Maurice Kakou Guikahué, président du groupe parlementaire Pdci-Rda ferme: «S’il n’y a pas de bulletin unique nous ne participeront pas au vote…sinon, nous ne nous respectons pas nous-mêmes»

3 min read
DSC 0108 1

Assemblée nationale-Maurice Kakou Guikahué, président du groupe parlementaire Pdci-Rda ferme: «S’il n’y a pas de bulletin unique nous ne participeront pas au vote…sinon, nous ne nous respectons pas nous-mêmes»

Nous ne sommes pas en train de parler de notre participation aux travaux de l’Assemblée nationale. Nous sommes des élus du peuple, nous représentons le peuple et nous faisons notre travail de représentation. Après la démission du président Soro Guillaume, il faut qu’il y ait un nouveau président, l’exposé (déclaration) a été clair et une première réunion s’est tenue. Le président intérimaire lui-même a convoqué une réunion et au cours de la réunion, un certain nombre de décisions ont été prises, entérinées et c’est en fonction de ces décisions qu’on a une période de dépôt de candidatures, les critères d’éligibilité. On a tout respecté et on a commencé à exécuter toutes les décisions que nous avons prises. Le président intérimaire vient à une réunion dont l’ordre du jour ne porte même pas sur la modalité, il déclare que c’est désormais les bulletins multiples. Le bureau s’oppose et il dit qu’il a décidé, alors que la réunion n’est pas consensuelle. Nous disons que nous déplorons cette façon de faire. Nous protestons et nous disons que si les décisions du 26 février ne sont pas respectées, nous ne prenons pas part au vote, sinon ça voudrait dire que nous-mêmes, nous ne nous respectons pas. Les conséquences, après, on va les tirer ensemble. Ce qu’on veut que vous transmettiez à l’opinion publique, c’est que s’il n’y a pas de bulletin unique, les députés des groupes parlementaires Pdci, Vox-populi et Rassemblement plus d’autres députés non apparentés, parce qu’il y a des députés libres, ne participeront pas au vote…. Ce n’est pas parce que c’est l’Assemblée nationale, mais c’est le principe de vote et le président par intérim, il est comme le président de la Cei. C’est comme si on va organiser des élections en Côte d’Ivoire. Le président de la Cei convoque tous les états-majors. Ils font une réunion et ils disent, c’est le bulletin unique. On diffuse ça dans toute la Côte d’Ivoire et à 48h des élections, le président de la Cei fait une déclaration pour dire que lui, il a décidé que ce n’est plus bulletin unique, mais c’est bulletin multiple. Vous faites quoi ? Quelle est votre attitude ? C’est la rupture du consensus. C’est pour ça qu’on dit que si le consensus qu’on avait eu est rompu… D’autant plus que le 26 février, c’est le président intérimaire lui-même qui a convoqué la réunion, il l’a présidée et c’est lui-même qui a proposé au bureau, le bulletin unique. Il y a eu débat et ça été retenu. Pourquoi le 5 mars, il revient pour dire qu’il revient sur sa décision. Ce n’est pas sa décision, c’est la décision du bureau de l’Assemblée nationale.
Propos retranscrits par Gilles R. O. et DS

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading