AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Côte d’Ivoire-Limogeage sans limite des cadres du PDCI-RDA: Ange DAGARET-DASSAUD crache ses vérités à Ouattara et au Rdr-Rhdp unifié…

7 min read
PSX 20181218 074436

Côte d’Ivoire-Limogeage sans limite des cadres du PDCI-RDA: Ange DAGARET-DASSAUD crache ses vérités à Ouattara et au Rdr-Rhdp unifié…

Entre-nous, franchement, sans se voiler la face, parlons en! Le régime actuel du président de la République, Sem Alassane Ouattara, n’est pas celui du RHDP parti unifié. Il est celui du groupement politique RHDP. Et voici les raisons qui militent dans le sens de la vérité qu’aucun homme politique ne veut dire. Alors que nous devons dénoncer ce genre d’attitude politique qui frise l’escroquerie morale et politique. Et dont les effets négatifs n’encouragent plus aux alliances politiques futures â contracter. Pourquoi?
Le processus pour parvenir au pouvoir nous avait tous emballés, dans l’alliance politique entre des partis houphouétistes, entre 2005 et 2010. Nous y avions tous cru individuellement et collectivement et avec une ferme foi qu’ensemble, nous y parviendrons dans la camaraderie, l’amitié et la fraternité politique. Entre, d’abord, tous les leaders politiques qui prétendaient être des héritiers politiques du président Félix Houphouët-Boigny et ensuite, entre tous les militants des partis partageant ce rêve de privilégier l’union et l’unité politique dans la diversité.
Cette ambition, nous l’avions aussi portée. En croyant fermement que c’était possible et qu’il serait même possible qu’il soit durable entre-nous. Mais c’était aussi ignorer que d’autres parmi nous avaient d’autres objectifs. Ils avaient des agendas cachés, des attitudes inavouées d’instaurer une hégémonie politique à relents ethnocentristes et religieux que celui de resserrer nos rangs. Et qu’entre-nous, des arrangements politiques internes seraient-ils aussi envisageables pour demeurer longtemps au pouvoir. Nous y avions naïvement cru et nous sommes engagés corps et âme sans même tenir compte que les hommes sont des hommes.
Ainsi, dans le respect de la lettre et de l’esprit de la signature de la plateforme des partis houphouétistes, à Paris, le 18 mai 2005 ; le PDCI-RDA, l’UDPCI et le MFA ont apporté un soutien franc au candidat du RDR, le parti dont le candidat Alassane Ouattara est arrivé au second tour de l’élection présidentielle du 28 novembre 2010. En ne tenant pas compte du rejet par la CEI de monsieur Youssouf Bakayoko de ne pas admettre la candidature du candidat du RDR à ce second tour en tant que candidat du RHDP. Conformément aux textes en vigueur qui stipulaient qu’un candidat ayant participé à un premier tour d’une élection quelconque en qualité de candidat d’un parti politique ne peut se qualifier au deuxième tour ou à une partielle sous une autre bannière politique (autre parti ou groupement politique).
À cet effet, pendant que nous discutions sur la procédure ou sur la stratégie à adopter pour y arriver, dans l’une des salles d’un hôtel qui nous servait de QG, un certain cadre militant du PDCI-RDA, professeur Maurice Kacou Guikahué, alors, secrétaire général adjoint du PDCI-RDA chargé de l’organisation et de la mobilisation, a proposé de mettre sur les affiches du candidat Alassane Ouattara, en lieu place de candidat du RDR, candidat du RHDP. Nous en étions tous heureux d’avoir trouvé la solution. Nonobstant le refus, d’ailleurs, juridiquement et administrativement, justifié de la CEI de monsieur Youssouf Bakayoko, d’accepter officiellement le candidat du RDR, Alassane Ouattara, comme candidat du RHDP. Contrairement à la candidature de Sem Laurent Gbagbo qui avait été au premier tour candidat de la LMP et qui le demeurait toujours.
Des efforts, des sacrifices les plus incroyables ont été consentis pour parvenir au pouvoir à la succession du régime FPI. Puis, après, pour le deuxième mandat du président de la République sortant, Alassane Ouattara, ayant retenu la leçon du second tour de l’élection présidentielle du 28 novembre 2010, le RHDP s’est empressé de devenir, administrativement, un groupement politique, le 5 août 2015. À la suite de ce que tous les partis membres du groupement RHDP ont décidé de ne pas présenter de candidats à l’élection présidentielle du 25 octobre 2015. Et le clou de leur volonté affichée et affirmée à divers congrès ordinaires ou extraordinaires de leur parti, fut l’appel de Daoukro du 17 septembre 2014 du président du PDCI-RDA, Henri Konan Bédié et par ailleurs, le président de la conférence des présidents des partis membres du RHDP. Qui recommanda, malgré l’existence de la résolution du 12ème congrès ordinaire du PDCI-RDA, du 3 au 6 octobre 2013, de présenter un militant actif à la présidentielle du 25 octobre 2015, la candidature unique du président de la République sortant, Alassane Ouattara, à cette élection présidentielle dans le cadre (spécifique) du RHDP groupement politique.
C’est sur cette base politique de confiance observée et admise entre les leaders des partis houphouétistes que le président de la République sortant, Sem Alassane Ouattara, candidat à sa propre succession, fut élu au premier tour de cette élection, à plus de 86 %.
Donc, entre-nous, au vu de ce qui se passe contre le PDCI-RDA et ses cadres, si ce n’est pas pour faire mal, d’une part, au PDCI-RDA, le bienfaiteur, devenu inflexible à cette volonté d’hégémonie politique du RDR, et de sa mutation politique programmée, et d’autre part, de faire plier son président Henri Konan Bédié si clairvoyant, vigilant et prudent face à l’aventure politique et devenu un rempart intraitable contre la disparition du seul vrai héritage politique cher au père fondateur. Le régime actuel du président de la République Sem Alassane Ouattara n’est pas du tout le régime du parti unifié RHDP. Qui, même très unifié n’a pas encore gagné une élection présidentielle en Côte d’Ivoire à ce que nous sachons, en dehors du RHDP groupement politique.
Le gouvernement actuel, en place, est le gouvernement du RHDP groupement politique et non celui du RHDP parti unifié. Il est donc autant le régime du PDCI-RDA, que celui du RDR, de l’UDPCI, de l’UPCI et d’autres.
Alors, le PDCI-RDA y a encore sa part jusqu’à son terme et les cadres militants du PDCI-RDA y ont aussi leur part. Dans la mesure où c’était ensemble que nous avions remporté l’élection du deuxième mandat du président Alassane Ouattara, le 25 octobre 2015. Sans un RHDP parti unifié constitué.
Ce qui se passe actuellement sous nos yeux dépassés par tant d’incongruités politiques nous interpelle et il n’est pas du tout digne de la gratitude, de la générosité humaine et même politique inhérente aux hommes reconnaissants. Félix Houphouët-Boigny n’aurait jamais agi ainsi. Il allait tout faire pour sauvegarder l’unité des houphouétistes dans le groupement politique au lieu d’en rajouter à sa peine de ne pas réussir à réconcilier les Ivoiriens.
Dans la vie, tout court, lorsque quelqu’un ou d’autres vous ont aidés à obtenir ce que vous avez obtenu grâce à leur concours, et c’en était effectivement le cas pour le PDCI-RDA dans le RHDP groupement politique, le minimum humain exige que celui qui en a bénéficié ou qui continue d’en profiter leur soit reconnaissant.
Qu’on le reconnaisse ou non, le PDCI-RDA est l’un des acteurs majeurs du deuxième mandat constitutionnel du président Alassane Ouattara. En limogeant, jour après jour, les ministres et les cadres militants du PDCI-RDA de leurs postes de responsabilité à cause de leur refus d’adhérer ou de faire allégeance à un parti unifié dit RHDP ; d’ailleurs, pas encore fondé mais en pleine gestation, depuis le lundi 16 juillet 2018, dans un hôtel de Cocody et dont l’accouchement est programmé pour le 26 janvier 2019 dans un stade de football, c’est la preuve supplémentaire d’une inacceptable ingratitude et d’un manque criant de reconnaissance envers le PDCI-RDA.
Et, DIEU seul et Tout-Puissant sait et les Ivoiriens savent, combien de fois, le président Henri Konan Bédié et son parti se sont fortement engagés pour ce deuxième mandat du président Alassane Ouattara, au nom d’une alliance politique pour la paix et la stabilité politique dans notre pays, pour qu’aujourd’hui, ils en payent le prix fort de l’ingratitude et de la mauvaise foi. Ce qui se passe actuellement en Côte d’Ivoire contre le PDCI-RDA et ses cadres est une vraie ingratitude honteuse.
DIEU Tout-Puissant que je prie et je loue n’aime pas les ingrats et les injustes!!! Car la gratitude, la reconnaissance et la justice doivent habiter l’homme, en toute circonstance, quel que ce soit son statut social et son rang dans la société. S’il est un enfant de DIEU, bien sûr.
En 1 Jean, chapitre 3, verset 10, il écrit : “C´est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n´est pas de Dieu, non plus que celui qui n´aime pas son frère.”
Parole du Très-Haut. Que Son Saint Nom soit Glorifié! À bon entendeur ! Salut !
Fait à Cocody, le 13 décembre 2018.
Ange DAGARET-DASSAUD
Membre du Bureau Politique du PDCI-RDA
Ex-président de la commission communale communication du RHDP de Cocody, 2005-2016.

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading