AFRICANEWSQUICK

Plus qu'une Agence de communication, un journal en ligne

Pdci /Guikahué révèle aux journalistes : «Ils ont vendu nos voix… on s’étonne de façon générale avec des résultats qui ne sont pas justes»

5 min read
DSC 1286

Pdci /Guikahué révèle aux journalistes : «Ils ont vendu nos voix… on s’étonne de façon générale avec des résultats qui ne sont pas justes»

Après son propos liminaire de la conférence de ce dimanche, Pr Guikahué a répondu aux questions des journalistes.

Selon votre analyse, il y a donc fraude au Plateau ?
Oui. C’est la même chose qui a lieu à Port-Bouet. Nous avons une avance de 2000 voix. Et il y a la tension. A Koumassi, avec des urnes cassées. Dans la région du Gontougo avec des PV parallèles que transportait une dame qui a été arrêtée. Dans l’Indénié-Djuablin ou nos représentants ont été chassés dans le village du président sortant, à Tanguelan et dans bien d’autres zones d’Agnibilékrou ou il a été interdit à nos représentants d’assister au déroulement du dépouillement. Ce sont les chiffres de 2000 voix qui font la différence. Si nous les ajoutons, nous avons gagné les élections. A Divo, dans la région du Lôh-Djiboua, actuellement, le Pdci est en tête et on demande de retirer des voix au Pdci pour que le président de Région qui est du Rdr puisse passer devant, ne serait-ce que de 100 voix. Jusqu’ à présent, il est 15h la Cei tarde à donner les résultats.

Pensez-vous que le président Aboudrahamane Sangaré du Fpi a eu raison de dire à ses militants de ne pas aller à ces élections ?
Il peut avoir raison relativement d’autant plus que c’était bien que le Pdci-Rda participe. C’est une leçon que nous tirons, parce que le Pdci veut être candidat en 2020. C’est l’entrainement donc de ce qui va se passer en 2020. Donc, nous remercions le président Bédié et le Bureau politique qui ont autorisé que nos candidats participent à ces élections. Et après ces élections, nous allons aborder le combat pour la réforme de la Cei, c’est la priorité après le congrès extraordinaire. Le Pdci a eu de très bons résultats, il y a des communes que nous avons gagnées. Ces élections nous ont permis de voir le comportement de ceux qui sont en face de nous. C’était donc un bon entrainement pour se préparer pour 2020. On a bien fait. Nous allons donc nous organiser pour faire face lors des élections présidentielles de 2020. C’était une bonne occasion de voir les techniques de fraudes.

Allez-vous faire des recours en justice ?
Bien sûr, nous sommes un parti démocratique. Les recours sont déjà prêts, nous sommes prêts à les déposer à la justice pour ces résultats qui ne sont pas bien. Il faut reconnaitre que dans certaines zones, les gens ont triché avec la complicité de nos représentants dans les Bureaux de vote. Là, nous devons nous en prendre à nous-mêmes. C’est le cas de la région dont je suis originaire : le Gôh ou on a gagné partout, c’est-à-dire dans toutes les localités dans les sous-préfectures et les communes sauf dans la commune de Gagnoa et précisément à Dioulabougou, nous avons été battus de 10 000 voix, avec un taux de participation extraordinaire qui contraste avec le taux de participation de toute la région. Mais avec des signatures en bonne et dues formes de nos représentants.

Donc le taux de participation n’a pas été élevé ?
Quand le Fpi a décidé de ne pas aller à ces élections, c’est donc normal. Et on s’étonne que de façon générale, le taux de participation soit faible et que dans cette petite zone, il soit très élevé. Ça veut dire qu’il y a quelque chose qui ne va pas. Il y a des zones j’admets. Le Gôh, c’est la région, c’est le manque de vigilance de nos représentants qui ont signé des Pv avec des résultats qui ne sont pas justes. Donc, ils ont vendu nos voix. Là, on voit la faute, mais c’est comme si nous avons participé. A Bondoukou, les gens ont arrêté une dame qui avait des Pv parallèles. Alors qu’à Bondoukou, donc dans le Gontougo, on a gagné les élections. Tout comme à Koun-fao, Transua, Tanda, chez l’adversaire, on a gagné et c’est à Bondoukou qu’il y a eu problème. A Divo, on gagne, la différence n’est pas importante mais ils tentent d’annuler des votes pour que l’autre devance de plus de 100 voix. Au moment où je vous parle, il est 15h, la Cei local, n’a pas encore proclamé les résultats de Divo. Pire, elle n’a pas encore transmis les résultats à la Cei centrale. Alors que le Gôh qui est plus vaste a déjà transmis ses résultats. San-Pedro qui est très étendu a déjà donné ses résultats, tout comme Tabou. La Nawa (Soubré) qui est très vaste a également transmis ses résultats. Pourquoi, le Lôh-Djiboua qui est à côté, tout près jusqu’ à 15h, ne transmet pas ses résultats? Ce n’est pas normal.

Monsieur le secrétaire exécutif, à Grand-Bassam également les résultats tardent à être donnés. Est-ce que vous êtes saisi de cette situation?
C’est une tentative de tricherie. Nous, on sait qu’on a gagné les élections à Bassam et il faut que les gens transmettent les résultats à la Cei départementale et que les résultats soient donnés. Mais nous restons vigilants. Tout comme au Plateau, à Cocody, dans le Lôh-Djiboua, le Gontougo et à Port-Bouet. En ce qui concerne Por-Bouet, il y a également deux Cei. Au niveau de la première, le dépouillement a été fait et les résultats consolidés. Nous sommes en avance et au moment ou je rentrais en salle, ils étaient en train de faire le dépouillement de la deuxième Cei. Mais grosso modo, on a 7000 voix de différence. A Cocody, nous gagnons avec 43%.

Propos recueillis par D. Sory

About The Author


En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Subscribe to get the latest posts sent to your email.

En savoir plus sur AFRICANEWSQUICK

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading