Voie ferrée Abidjan-Ouaga: Cafouillages sur les modalités financières, le Burkina, la Côte d’Ivoire et Bolloré annoncent une nouvelle concession

By: Africa Newsquick

Sitarail-592x296Voie ferrée Abidjan-Ouaga: Cafouillages sur les modalités financières, le Burkina, la Côte d’Ivoire et Bolloré annoncent une nouvelle concession

En marge de la visite officielle de Roch Marc Christian Kaboré en Côte d’Ivoire (du 27 au 29 juillet), les gouvernements des deux pays et le Groupe Bolloré ont signé la nouvelle mouture de la convention de concession révisée pour la gestion et l’exploitation du chemin de fer Abidjan-Ouaga, a fait savoir le groupe français dans un communiqué lundi.

Reportée à maintes reprises, la signature de la nouvelle convention d’exploitation de la ligne ferroviaire Abidjan-Ouagadougou a eu lieu finalement en fin de semaine dernière entre la Côte d’Ivoire, le Burkina et Sitarail (filiale de Bolloré Transport & Logistics selon la nouvelle organisation annoncée le 30 mars 2016), lors de la première visite du président burkinabè, Roch Marc Christian Kaboré, à Yamoussoukro.

« Sitarail et les gouvernements du Burkina Faso et de la Côte d’Ivoire [les deux États sont actionnaires minoritaires, ndlr] ont officiellement signé une convention de concession révisée pour la gestion et l’exploitation du réseau de chemin de fer reliant Abidjan à Kaya via Ouagadougou (1 260 kilomètres de voie ferrée) », s’est félicitée la filiale du groupe français dans un communiqué parvenu à Jeune Afrique le mardi 02 août.

Un chantier de modernisation sur 852 kilomètres engagé en septembre

Le texte explique en outre que la refonte de ce partenariat public-privé consiste essentiellement à confier à Sitarail la responsabilité des investissements de renouvellement et de maintenance des infrastructures du réseau. « Cette extension de la responsabilité de Sitarail porte non seulement sur la voie ferrée et les ouvrages d’art mais aussi les ateliers industriels de maintenance et les gares de passage », indique le document.

En revanche ni les deux gouvernements, ni Sitarail, n’ont communiqué sur les modalités de la concession révisée ainsi que le coût et la durée des investissements.

Seuls « le renouvellement complet de 852 km de voies ferrées et la rénovation de nombreuses gares du parcours » sont évoqués dans le document, sans que ces chantiers, qui doivent débuter en septembre, ne soient chiffrés. Des travaux de réhabilitation, censés s’étaler sur cinq ans, avaient déjà été annoncés en septembre 2015.

Contacté par Jeune Afrique, une source proche du dossier au Burkina évoque une signature plutôt symbolique. « Nous attendons de recevoir l’accord signé par voie diplomatique. En tous les cas, les experts doivent encore renégocier et finaliser les textes relatifs aux annexes de l’accord », a-t-il dit.

Cafouillages sur les modalités financières de la nouvelle concession

Les négociations des experts des deux pays et du groupe Bolloré avaient abouti en début d’année à un projet de concession révisée.  Sur cette base le groupe français devait réhabiliter la ligne à hauteur de 400 millions d’euros, soit 262 milliards de F CFA sur cinq ans…Lire la suite sur jeuneafrique.com

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE