CIV-Patrick Achi prévient, depuis Bianouan: «Le plus grand danger qui nous guette… c’est l’usure du pouvoir»

By: Africa Newsquick

Achi_Golf (11) (Large)CIV-Patrick Achi prévient, depuis Bianouan: «Le plus grand danger qui nous guette… c’est l’usure du pouvoir»

En 2008 sur  invitation du Dr Aka Aouélé, alors président du Conseil général d’Aboisso, le ministre Patrick Achi est allé s’imprégner des calvaires des populations de Bianouan en matière d’eau potable. Samedi 16 juillet 2016, envoyé par le président Alassane Ouattara, il a inauguré le château d’eau et la station de traitement, construits. En sa qualité également de président du Conseil régional de La Mé, il a saisi cette occasion pour rendre hommage à son ainé Aka Aouélé, actuel président du Conseil régional. Sans oublier le ministre Jean Claude Brou. « Je voudrais remercier mon ami Aka Aouélé. Nous sommes des compagnons de lutte de longues dates. Tu as été en politique bien avant moi et tu y es toujours, mais je voudrais ici auprès de tes populations, te traduire avec une grande sincérité, mon admiration. Mon admiration de jeune frère car, tu fais partie de ceux qui nous ont donné l’envie de faire la politique, pas pour chercher un poste, pas parce qu’on veut s‘entendre appeler député, maire ou ministre, mais envie de faire la politique, parce que quelque part après  avoir reçu tant de nos parents, on estime que si par la grâce de Dieu, nous aussi, on a réussi, on leur doit quelque chose. Tu fais partie de ces cadres qui ayant réussi, de temps en temps regardent derrière eux, et n’oublient jamais d’où eux-mêmes viennent et en regardant ses parents qui pour beaucoup sont encore dans les problèmes, ils  ont le sentiment qu’il faut quelque chose pour ceux-là. Tu ne fais pas partie des personnes qui viennent uniquement pour les funérailles et retournent rapidement de peur que quelqu’un les rencontre en chemin pour leur expliquer leur problème, mais de ceux qui ont véritablement le sentiment que servir est un devoir et que quelque part, c’est une grâce que Dieu nous a fait en nous mettant sur le chemin du service de nos populations. Merci de me donner l’occasion aujourd’hui de te rendre gloire et de te rendre tout cela à sa juste mesure. Il y a encore quelques temps, c’était l’année dernière, j’ai rencontré madame le ministre de l’Education nationale et je lui ai dit madame, j’entends dans chaque conseil de gouvernement que vous avez investi dans de nombreux collèges de proximité en réhabilitation, mais dans ma région, je n’ai encore rien vu. Elle m’a dit : les ressources sont faibles, beaucoup d’endroits ont de nombreux besoins. Mais je te conseil de faire comme ton collègue Aka Aouélé qui lui seul m’a invité à inaugurer 10 collèges de proximité en 2 ans, sans que l’Etat de Côte d’Ivoire ne donne un sou. Mais je dis : on a à peu près le même budget du conseil régional, où il est allé chercher pour lui, mais depuis l’année dernière, moi-même j’ai fait 5 collèges déjà. Merci Aka, tu m’as inspiré, en tout cas, je marque des points là-bas auprès des populations. Je voudrais donc te remercier et dire également qu’on ne dure pas en politique si véritablement, on ne le fait pas pour le bien des populations. Tu es un élu et tu es un élu de longues dates. Mais je vois que les populations continuent de t’aimer or le plus grand danger qui nous guette en tant que politicien, c’est l’usure du pouvoir. Au bout d’un ou deux mandats, on ne veut plus te voir, dès qu’on prononce  ton nom, on dit de changer. Mais je vois que toi,  plus on prononce ton nom, plus on veut encore de toi. Il faut que tu nous donnes le secret parce que nous aussi, on commence à durer dedans, on commence à avoir peur que les gens soient fatigués de nous. Donc, donnes- nous le secret pour qu’on dure aussi. En tout cas de ta proximité légendaire des populations, merci pour tout ce que tu fais pour tes parents. Et je suis témoins parce que quand Aouélé a besoin de régler une affaire avec toi, tu ne dors pas. Il téléphone… Je suis là aujourd’hui et tu as bien fait d’insister, c’est un plaisir de voir ce magnifique château d’eau. Tu as tant souffert, des fois ce n’est pas facile. Tu te bats, mais ce n’est pas toujours qu’on fait l’unanimité. Les gens vous attaquent, les gens ont des choses à dire. Tous ceux qui font du bien, il y a toujours des gens pour dire du mal d’eux. Mais ce n’est pas ce que les hommes disent qui est important, parce que dans l’œuvre et dans la tâche, même si personne ne voit, même si les gens ne font que te critiquer, Dieu, lui qui est au-dessus de tout, lui, il voit. Dans la nuit obscure, il voit, que grâce te soit rendu.

Mon cher frère Jean Claude Brou, fallait que tu sois là aujourd’hui… Merci pour tout ce que tu fais pour nous, merci pour ta fraternité au Gouvernement… Bien que tu ais fait un long séjour dans la communauté internationale et après avoir servi au poste de directeur de cabinet du Premier ministre, tu es revenu et tu n’as pas mis tes colles devant tes grades, tu as retroussé tes manches. Tu n’es pas seulement au Gouvernement, mais tu es aussi au village et je te vois tous les week-ends aussi soucieux que les cadres comme Aka Aouélé. Toi aussi tu veux donner ta part…. Je suis heureux de te voir dans ce combat. Chers parents soutenez votre frère. Soutenez vos enfants… chacun peut apporter quelque chose. Jean Claude Brou m’interpelle toujours pour le bitumage de la route Aboisso-Abengourou… Le président est venu, il l’a promis. Vous connaissez Alassane Ouattara, il ne parle pas beaucoup, mais quand il dit, il fait. C’est aussi une préoccupation du Premier ministre. Quand une route a beaucoup de défenseurs comme vous voyez, ça va venir. Donc, la route est sur la route, on est sur la route de la route, la route arrive… n’ayez pas d’inquiétudes. Ce que je vous demande, c’est que vous apportez le soutien à vos enfants, le ministre Jean Claude Brou, le ministre Aka Aouélé, le député, les cadres. On est là-bas, il y en a qui voient dans la marmite. Il y en a qui sont à côté de la marmite, mais leur mainne la touche pas. Il y en a dont la main touche. Celui qui est au gouvernement et qui touche la « marmite », si vous le poussez un peu, c’est le gros morceau de viande même qu’il va vous apporter. Donc, vos enfants sont là, vous voyez qu’ils sont assis à côté de la marmite, mais poussez-les un peu…. C’est-à-dire quand ils viennent, qu’ils vous parlent, il faut écouter. Parce que c’est eux qui connaissent la route qui va vous envoyer d’autres infrastructures. Quand vous êtes derrières eux, ils sont forts… A bientôt, on reviendra pour d’autres projets », a dit le ministre Patrick Achi.

DS

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE