Guiglo-Fermeture de Thanry de Danané: «Dans la forme comme dans le fond, rien n’a été respecté», selon les travailleurs

By: Africa Newsquick

Employés TanryGuiglo-Fermeture  de Thanry de Danané: «Dans la forme comme dans le fond, rien n’a été respecté», selon  les travailleurs

Les travailleurs de la société Thany  vivent chaque  jour la peur au ventre.

Depuis la fermeture  de l’unité de Danané, les travailleurs  de cette société française vivent dans la peur et l’angoisse. Ils craignent la tournure actuelle des événements. Conscients que la fermeture de l’unité de Danané aura de lourdes conséquences sur l’ensemble des usines Thanry, ces pères de familles vivent la mort dans l’âme. Ils ont exprimé Cette crainte, le mercredi 25 mai  dernier au cours,  d’une conférence de presse tenu à la Thanry de Guiglo. Au nom des différents syndicats de travailleurs de la société thanry, Sery Hyacinthe, (syndicaliste chargé des revendications à l’union régionale des travailleurs du Cavally), n’est pas passé par le dos de la cuillère. Il a dressé le tableau de la situation aux journalistes venus. Pour le représentant de l’union des travailleurs du Cavally, la fermeture de THanry Danané est une décision arbitraire.

«Dans la forme comme dans le fond rien n’a été respecté. Nous travailleurs, considérons que cette fermeture est arbitraire. Cette fermeture a été faite avec brutalité et dans la précipitation totale. Les agents des eaux et forets sont venus les âmes au point pour dissuader les agents de sécurité. Ils ont fait usage de la force pour entrer dans l’usine. Nous déplorons cet état de fait. Pour nous, un homme qui est dans la vérité ne fait pas preuve de violence. Le procès verbal de fermeture confirme que les agents des eaux et forets étaient eux-mêmes dans le doute.  En réalité,  ils n’avaient pas les vrais chiffres. Leur  procès verbal mentionne environs 12.500 billes de bois. C’est la preuve qu’ils sont dans le faut. La petite unité de Danané ne peut contenir un tel nombre de bois. Et, le même procès verbal stipule que des discussions devaient avoir lieu jusqu’à la date du 30 mai. Et nous nous demandons pourquoi ces agents ne respectent pas leur propre procès verbal.  Cette situation met de nombreux pères de familles au chômage.  Nous savons tous qu’un travailleur  nourrit plus de 20 personnes en Afrique. Lorsqu’on   est au service et aux l’ordres de l’Etat,  on ne peut pas fermer une entreprise sous la base d’un pv qui comporte l’adverbe « environ ». Dans la précipitation ils n’ont pas pu compter le nombre de billes et ont nous dit environs 12.500 billes de bois. Je ne défends pas l’entreprise mais, je dis pour ma part, qu’on ne peut pas mettre 254 pères de familles au chômage de la sorte.  La vie est déjà trop insupportable qu’on évite d’agir ainsi au nom de l’Etat.  Si rien n’est fait, le nombre de chômeurs va augmenter. Nos avons un rôle social nous les syndicalistes. Nous  voulons la réouverture sans délai de l’unité de Danané pour qu’on puisse éviter le pire. Thanry Guiglo, ne pourra pas fonctionner si les autres unités sont fermées.  La situation est catastrophique, il faut faire quelque chose. Nos agents ont voulu faire le point pour   payer les 11 jours pendant lesquels le personnel de Danané a pu travailler mais ils ont été empêchés et c’est grave. Si rien n’est fait, plus de 1400 travailleurs seront au chômage. Nous demandons au Président Alassane Ouattara de sauver la situation. Que nos camarades de Danané reprennent le travail. Il n’y a que lui qui peut le faire.  Chaque jour,  les travailleurs perdent leurs emplois. La réouverture doit se faire et la procédure va suivre son cours. Pour l’heure,  les travailleurs de la société Thanry ne savent pas de quoi demain sera fait et c’est dommage.  Mais nous comptons sur le Président Alassane Ouattara» a –t-il terminé.

Depuis plus de 02 semaines les 234 agents de Danané sont au chômage technique. La situation que connait Danané aura dans un bref délai de graves répercutions sur le rendement des usines de Duekoué et Guiglo. Inéluctablement,  cela va favoriser des vagues de licenciement. Il convient  d’agir maintenant.

Une correspondance particulière de KEF, à Guiglo

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE