Primes aux agents du ministère des Transports: Le silence, la nouvelle philosophie du ministère, Gaoussou Touré viole à double vitesse son propre arrêté

By: Africa Newsquick

Gaoussou-tourePrimes aux agents du ministère des Transports: Le silence, la nouvelle philosophie du ministère, Gaoussou Touré viole à double vitesse son propre arrêté

Le mardi 9 août 2011, en présence du Président de la République Alassane Ouattara, le ministre des Transports, Gaoussou Touré, s’était librement engagé à respecter les dix (10) valeurs cardinales de bonne gouvernance contenues dans la «Charte d’éthique du gouvernement», en apposant courageusement, à l’instar de ses collègues ministres, sa signature au bas de ladite charte. Atteint probablement par une amnésie passagère, il a balayé du revers de la main son engagement, en violant son propre arrêté relatif à la prime d’incitation en faveur des agents du ministère des Transports qu’il dirige désormais avec un bras d’acier.

Une clé de répartition apparente comme un feu tricolore, mais…

Le ministère des Transports constitue, sans aucun doute, l’un des ministères qui engrangent des ressources financières importantes au profit des caisses de l’Etat ivoirien. Pour encourager les fonctionnaires et agents en service dans ce ministère à demeurer toujours dévoués dans l’accomplissement de leur travail, leurs premiers responsables ont jugé bon de faire profiter à tous, les redevances de concession perçues par la trésorerie principale des Transports terrestres et maritimes, en matière de transport routier. Pour faire le partage de cette manne financière, selon les règles, l’arrêté interministériel n°263/MT/MPMEF/DGTCP/DEMO déterminant les taux de répartition et l’affectation des redevances de concession perçues par la trésorerie principale des Transports terrestres et maritimes, en matière de transport routier, sera conjointement signé le 13 octobre 2014 par les ministres auprès du Premier ministre, chargé de l’Économie et des Finances KabaNialé,  et des Transports, Gaoussou Touré. Aux termes de l’article 2 dudit arrêté, 40% des redevances de concession perçues sont destinées au budget de l’Etat et 60% au ministère en charge du transport routier. S’agissant de la part affectée au ministère des Transports, une partie de ces ressources financières doit servir à la lecture de l’article 3, à la motivation des fonctionnaires et agents de tous grades de l’Administration en charge du transport routier. Pour rendre tangible cette disposition légale, le ministre Gaoussou Touré prendra par la suite, quelques mois plus tard, soit le 9 juillet 2015, l’arrêté n°011/MT/CAB instituant une prime d’incitation en faveur des agents en service au ministère chargé du transport routier. Ladite prime comprend une prime de base fixe par catégorie et une prime de responsabilité. La répartition de la première prime à chaque groupe d’agents bénéficiaires donne ceci: la catégorie A4 à A7 et assimilée, la somme de 400 mille francs Cfa; la catégorie A1 à A3 et assimilée, la somme de 250 mille francs Cfa; la catégorie B et assimilée, la somme de 150 mille francs Cfa; la catégorie C et assimilée, la somme de 125 mille francs Cfa et la catégorie D et assimilée, la somme de 100 mille francs Cfa par trimestre. Quant à la seconde prime, la prime de responsabilité, les bénéficiaires sont clairement cités ainsi que le montant de la prime allouée à chaque bénéficiaire. Le montant plafond de cette prime a été fixé à 200 mille francs Cfa pour le fonctionnaire occupant les fonctions de directeur général ou ayant rang de directeur général. Le montant planché à 25 mille francs Cfa pour le fonctionnaire occupant les fonctions de chef de Service ou ayant rang de chef de Service. Cette prime est perçue par les agents du ministère des Transports chaque trimestre. En dépit des dispositions très claires de cet arrêté ministériel, l’on constate, dans sa mise en œuvre, à des violations graves qui font le bonheur du ministre et des membres de son Cabinet.

Gaoussou Touré et son Cabinet se taillent la part du lion sans aucune base légale

Alors que l’arrêté signé des propres mains de Gaoussou Touré, farouche partisan de la bonne gouvernance devant les transporteurs, est assez clair, non seulement sur la liste des bénéficiaires mais également sur le montant alloué à chaque bénéficiaire, une nouvelle compréhension de cet arrêté va surgir au moment de la répartition de la prime trimestrielle. Le ministre Gaoussou Touré et ses proches collaborateurs que sont le directeur de Cabinet, le directeur de Cabinet adjoint, le chef de Cabinet et le directeur du Service juridique, qui ne sont pas nommément cités sur la liste des bénéficiaires, sont, ceux qui perçoivent des primes au montant exorbitant. Gaoussou Touré qui percevait, dès les premiers trimestres, une prime de responsabilité à hauteur de 5 millions de FCfa, serait passé du simple au double. Désormais, il percevrait pour la même prime, depuis le dernier trimestre de 2015, la «modique» somme de 10 millions de FCfa chaque trimestre. Une prime qui dépasse doublement son salaire mensuel de ministre. Quant aux membres de son Cabinet, ils profitent également et copieusement de cette manne financière. Son directeur de Cabinet empoche trimestriellement la somme de 1 million 200 mille FCfa au titre de la prime de base fixe et de la prime de responsabilité. Le directeur de Cabinet adjoint reçoit chaque trimestre la somme de 1 million 100 mille FCfa. Le chef de Cabinet, un parent du ministre, nous apprend-on, empoche la somme de 1 million, chaque trois mois. Et enfin, le directeur du Service juridique se console avec la somme de 900 mille FCfa chaque trimestre. Le ministre et ses proches collaborateurs se sont fixés, sans aucune base légale, de façon discrétionnaire, des montants de prime pharaoniques, en violation de son propre arrêté. Contrairement au ministère des Transports où une opacité autocratique sévit dans la répartition de la prime de motivation du personnel, le ministère du Tourisme a préféré jouer la voie de la transparence, en donnant  dans l’annexe de l’arrêté n°004/MINTOUR/CAB du 02 juin 2015 relatif aux modalités de répartition des recettes propres du ministère du Tourisme, la liste exhaustive des bénéficiaires de la prime relative à l’intéressement de son personnel ainsi que l’indice personnel de chaque bénéficiaire, y compris celui du ministre et des membres de son Cabinet. Gaoussou Touré a certainement son entendement personnel de la bonne gouvernance, pour se récompenser lui-même de la sorte!

Des agents du ministère de l’Économie et des Finances récompensés pour le service rendu

Les ressources financières générées par les redevances de concession perçues par la trésorerie principale des Transports terrestres et maritimes, en matière de transport routier sont tellement abondantes que le ministère des Transports, qui ne sait pas comment distraire ses fonds, se permet des largesses incroyables à l’égard de certaines personnes, étrangères à la liste des bénéficiaires figurant sur son arrêté. C’est le cas de deux agents en poste à la trésorerie principale des Transports terrestres et maritimes en tant que Trésoriers principaux. Ils perçoivent, chacun, la somme de 1 million de franc Cfa au titre de la prime trimestrielle. Deux autres personnes, un Contrôleur financier et un Chargé d’étude empochent également, au titre de la même prime trimestrielle, le même montant. La générosité du ministre n’a donc pas de frontière!

Les agents syndicalistes trop curieux, éjectés du ministère

Il ne fait pas du bon, en ce moment, d’appartenir à un syndicat, au ministère des Transports! Le ministre Gaoussou Touré qui fait, en ce moment, la pluie et le beau temps peut sceller, d’un coup de frein automatique, le sort des agents syndicalistes qui tentent de voir plus clair dans la répartition de la part des redevances de concession affectées au ministère des Transports.  Les membres du Renouveau syndical des agents des structures transversales du ministère des Transports (RESAST-MT) en savent quelque chose. En effet, lors d’une rencontre qu’ils ont eu le mercredi 2 mars 2016 avec le directeur de Cabinet du ministre, Benjamin Daufanguy B. Soro, ils ont soulevé, en présence de celui-ci, deux préoccupations majeures: la revalorisation significative de la prime accordée jusque-là au personnel du ministère, au regard du flux financier engrangé par la trésorerie, et le dysfonctionnement dans l’attribution des primes; en l’occurrence l’octroi d’une prime de 1 million de FCfa à certains agents du Trésor en poste à la trésorerie principale des Transports terrestres et maritimes. Pour ce faire, le secrétaire général dudit syndicat a souhaité la mise en place d’un Comité de suivi pour le règlement de leurs préoccupations soulevées. Eh bien, la réaction musclée du ministère ne se fera pas attendre trop longtemps!  Le 30 mars 2016, 31 agents, tous membres du RESAST-MT se verront notifier une lettre émanant du directeur de Cabinet du ministre et ayant pour objet: «Attestation de cessation de service.» En clair, le ministre a décidé de se séparer de ces agents insatiables, sans même prendre la peine de les informer sur la faute qui leur est reprochée. Il les met tout simplement à la disposition du ministère de la Fonction publique. Paradoxalement, en même temps que Gaoussou Touré se sépare de 31 agents, une vingtaine de personnes sont recrutées par le ministère sur la période de décembre 2015 à février 2016, et plusieurs structures du ministère ,dont le Cabinet, ont également recours à des contractuels. Jusqu’au 30 mars 2016, la date à laquelle Benjamin Daufanguy B. Soro, le directeur de Cabinet du ministre, a discrétionnairement décidé de se séparer des agents syndicalistes, 72 personnes contractuelles ont été employées par le ministère des Transports. Quel «délit» ces fonctionnaires ont-ils pu commettre? Nul ne le sait pour le moment! L’argent n’aime pas le bruit dit l’adage… Et le ministre Gaoussou Touré semble ne pas badiner avec cet adage! Les autres syndicalistes sont doublement avertis. Gare donc au syndicat qui tentera de voir clair dans la répartition de la part des redevances de concession affectées au ministère des Transports.

Le silence, la nouvelle philosophie du ministère

«La Bonne gouvernance: Chaque membre du Gouvernement s’engage à cultiver l’excellence et à promouvoir les pratiques de bonne gouvernance au sein de son département ministériel et dans les structures placées sous son autorité. Le respect strict des lois et règles de la République est une nécessité d’intérêt national dont dépendent, à la fois le relèvement moral de notre pays et son développement intégral et durable. Dans le respect du droit à l’information du peuple souverain, chaque membre du Gouvernement s’engage également à rendre compte des actions de son département dont les résultats lui sont imputables», énonce la cinquième valeur cardinale de la «Charte d’éthique du gouvernement». Fortifié par ce noble engagement auquel Gaoussou Touré a librement consenti, «L’Eléphant» a tenté d’approcher le Cabinet de celui-ci  en vue d’être éclairé sur les bases légales des primes octroyées au ministre Gaoussou Touré, aux membres de son Cabinet ainsi qu’à quatre autres  personnes, toutes absentes de la liste des bénéficiaires énumérés par l’arrêté n°011/MT/CAB du 9 juillet 2015; et sur les motifs qui ont poussé le ministère à se séparer de plusieurs de ses agents. Les tentatives du pachyderme, pour joindre au téléphone le directeur de Cabinet, Benjamin Daufanguy B. Soro,  sont restées vaines. Contacté à deux reprises, ce dernier, probablement occupé par la prochaine répartition des primes, n’a pas jugé opportun de répondre au coup de fil matinal de l’infernal quadrupède, encore moins de le rappeler. Finalement, c’est vers le chef de Service communication et Relations publiques du ministère que «L’Eléphant» va se diriger. «Bon là, pour l’instant,… malheureusement,…chose…, on n’a pas de réaction particulière hein! On n’a pas de réaction particulière! Vraiment, je n’ai pas de réaction», a réagi, en cogitant, l’interlocuteur du pachyderme suite à la question relative aux 31 agents mis à la disposition du ministère de la Fonction publique. «Il n’y a pas de réaction particulière en fait. Voilà! Ça, c’est une décision administrative, il n’y pas de réaction particulière, voilà! », s’est-il arc-bouté à répondre. Sur la seconde question de «L’Eléphant» relative à l’octroi de primes faramineuses sans aucune base légale, au ministre Gaoussou Touré, aux membres de son Cabinet ainsi qu’à quatre autres  personnes, voici la réponse du chef de Service communication et Relations publiques: «Bon, ce que je veux dire, il n’y a pas de réaction! En tout cas, je n’ai pas de réaction. Comme je l’ai dit, c’est une décision administrative. Vraiment, je n’ai pas de réaction là-dessus.» L’insistance du pachyderme ne fera pas fléchir le collaborateur de Gaoussou Touré. «Vraiment, je n’ai pas de réaction! » s’est-il obstiné à ressasser. Le silence pour expliquer les actes de gestion d’un ministre, se disant farouche partisan de la bonne gouvernance, c’est la nouvelle philosophie de Gaoussou Touré et de ses Collaborateurs. Ainsi va donc la bonne gouvernance au ministère des Transports!

N. KONAN, in L’Eléphant déchainé n°440

Agenda

avril 2018
D L M M J V S
« Mar    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 15 483 autres abonnés

Retour vers Haut