Maurice Kakou Guikahué, Coordonnateur des festivités des 70 ans du Pdci : «J’irai dans le village paternel du président Houphouët pour décorer des membres de sa famille»

By: Africa Newsquick

Guikahué 70 ansMaurice Kakou Guikahué, Coordonnateur des festivités des 70 ans du Pdci : «J’irai dans le village paternel du président Houphouët pour décorer des membres de sa famille»

Coordonnateur des festivités des 70 ans du Pdci Rda, Pr Maurice Kakou Guikahué a fait un point à la presse, mardi. 

M le ministre, que doit-on retenir de la réunion de coordination qui a eu lieu, lundi dernier, et celle de ce mardi?

Nous avons organisé une série de réunions, effectivement le lundi et le mardi. D’abord, la réunion de la coordination, c’était pour faire le bilan de la première semaine des festivités. Vous savez que l’anniversaire se déroule sur trois semaines. Et préparer en même temps, les activités des deux semaines restantes qui sont marquées par le pèlerinage à Yamoussoukro, le samedi 23, la journée des jeunes, le 22 avril, la journée des élus, le 29 avril et surtout par les missions à l’intérieur du pays dans le cadre des célébrations éclatées. Donc, à partir du dimanche 24 avril, jusqu’au 30 avril, nous passons des journées nationale aux activités éclatées. C’est la raison pour laquelle, nous avons rencontré les chefs de mission pour échanger avec eux, pour leur donner le kit qui est composé d’un document qui est une note d’orientation concernant l’anniversaire, un message du président du parti et puis les décorations, parce qu’il y a des militants qui seront honorés dans toutes les délégations départementales et communales.

 

S’agissant du bilan à mi-parcourt, que pouvez-vous dire ? Etes-vous satisfait du résultat obtenu ?

Pour l’instant, ce que nous retenons, c’est l’engouement autour des activités. A la fin des festivités, nous ferons le bilan pour voir les détails, ce qui n’a pas marché, ce que nous devons améliorer, mais le premier constat, notre satisfaction, c’est la mobilisation exceptionnelle autour de toutes les journées. Que ce soit le 9 avril, le 13, journée des anciens ou la journée des femmes à Bassam, il y a eu une mobilisation exceptionnelle qui nous réjouis.

 

Concrètement comment vont se dérouler les journées éclatées ?

D’abord, il y a des délégués départementaux et communaux qui ont voulu faire des manifestations isolées, c’est-à-dire par délégation. Mais, nous avons envoyé des chefs de mission par région et beaucoup de régions se regroupent. Par exemple, le Gôh : Oumé, Gagnoa se sont déjà retrouvés. Egalement, le Lôh-Djiboua, s’est retrouvé. Si je prends la Nawa : Gueyo, Buyo, Méagui, Soubré, se sont retrouvés. C’est la même chose pour le Tonkpi depuis Man, Danané, Zouan-hounien, Biankouma, Sipilou, ils se sont tous retrouvés pour faire des fêtes populaires. Pour que dans la région, on voit que le Pdci vit. Donc, le programme dépend des délégués sur place. En liaison avec les chefs de mission.

 

Etant donné que Yamoussoukro, fête vendredi et le même jour, l’on a droit à la journée des jeunes. Est-ce qu’il n’y aura pas un problème de coordination ou d’organisation ?

La journée des jeunes, n’a rien à voir avec la fête éclatée. La preuve, la semaine dernière, Attécoubé, Cocody et Yopougon ont fait leur fête. Donc, le 22 avril, journée des jeunes, ne gêne pas du tout. Pendant ce temps, Yamoussoukro fête et le lendemain, samedi, nous nous retrouvons tous à Yamoussoukro pour le pèlerinage. Je voudrais profiter de l’occasion que vous me donnez pour dire aux cadres de venir nombreux au pèlerinage parce que c’est très important. Il y a un circuit qui a été établi sur les traces d’Houphouët Boigny. C’est-à-dire que de sa naissance, où il est parti à l’école, ce qu’il a réalisé comme activités. Nous allons visiter toutes ces structures là. Donc, c’est toute la journée de samedi de 9h à 18 heures. Après cela, à partir du 24, beaucoup de délégations seront en fête. Parce que tout le monde transite par Yamoussoukro, donc, il est bon de venir faire le pèlerinage et de là, ils peuvent aller faire leur fête éclatée.

 

Vous avez parlé d’un message du président Bédié que vous avez remis aux chefs de mission, quel est le contenu de ce message ?

Je ne vais pas donner le contenu avant même qu’ils arrivent où ils doivent aller. Mais le message reprend un peu le discours que le président a prononcé le 9 avril à l’Etoile du Sud. On n’a pas la possibilité de faire une édition spéciale pour qu’on montre à la télévision, le discours intégral du président Bédié, donc, nous avons récupéré le discours et indépendamment des salutations et civilités, le corps du discours, les messages importants, nous les avons traduit en un message que le président a validé, signé. Et c’est ce message qui sera lu dans toutes les délégations. On a demandé que les chefs de délégation fassent le discours parce qu’ils sont en mission, ils parlent aux militants. Mais dans leur intervention, on doit retrouver intégralement le message du président. Ils interviennent et à un moment donné, ils disent : voici le message du président. Et ils lisent intégralement le message. C’est ce qu’on leur a demandé.

 

Les militants devront-ils faire attention à quels aspects   du discours du président ?

Tous les aspects sont importants dans le discours du président. Quand les militants découvriront, ils comprendront. Il a parlé du parti, de sa renaissance, de son renouveau, il a parlé du Rhdp, il a parlé de la façon dont on a perdu le pouvoir et il a parlé du coup d’Etat. Tous ceux qui étaient le 9 avril à Treichville ont suivi le discours. C’est ce discours qu’on exploite.

 

Avez-vous un appel à lancer à l’endroit de tous les militants ?

Oui, c’est de dire aux militants de rester toujours mobilisés et que la période est longue, parce que c’est un anniversaire exceptionnel. Ce n’est pas tous les jours qu’un parti a 70 ans. On aurait pu faire cet anniversaire le 9 avril et on se quittait ou bien, on attendait le 30 pour faire un gala et c’était tout. Mais, on a voulu occuper la période du 9 avril au 30 avril. C’est harassant, c’est fatigant, mais quand on voit la mobilisation autour des manifestations, on voit que les militants sont très contents et actuellement, les gens nous attendent dans les régions pour les missions éclatées.  Nous avons travaillé avec les élus, ils sont à pied d’œuvre pour leur cérémonie du 29 avril, les jeunes sont également mobilisés. Nous avons reçu le délégué de Yamoussoukro pour parler  du pèlerinage et moi-même, je me déplacerai dans le village paternel du président Houphouët dans le département de Didiévi, pour aller décorer des membres de sa famille. Pour tout cela, nous voulons une mobilisation. Nous voulons aussi dire aux militants que les décorations, c’est de façon symbolique, mais le président Bédié a pris la décision que désormais, il y aura au moins 1000 personnes qui seront décorées. C’est donc, un début. On ne va pas décorer tout le monde. Nous avons eu au moins 7000 demandes, nous avons 1350 médailles. Nous allons donc, faire des choix, des choix peuvent être parfois douloureux, mais ce que je peux dire c’est le changement qui s’opère. Avant, on ne décorait personne, on était dans cette situation et on ne décorait qu’à titre posthume. Aujourd’hui, le président inverse la tendance en décorant les gens de leur vivant. Donc, les 1350 médailles, prenons les d’abord, prions Dieu que le président ait plus d’argent pour faire plus de médailles l’année prochaine. Nous remarquons que c’est la joie au sein des familles. Il y a des gens qu’on avait perdus de vue, mais qui, à la faveur des décorations, sortent à nouveaux. Ça a été aussi une occasion de découvrir des gens. Il y a beaucoup d’anciens qui ne peuvent plus se déplacer, qui sont chez eux. Aujourd’hui, le président a décidé que nous allions les décorer chez eux à la maison. Il s’agit entre autres, des doyens : Ano Koutoua, Brou Aka Gustave, Kassy Georges, Lamine Ouattara, le père du ministre Amichia François. Parce que chaque année désormais le mois d’avril, sera le mois réservé aux décorations des militants. Et déjà, toutes les listes que les délégués, nous ont envoyées, constituent une banque de données. Et c’est dedans que nous allons puiser au fur et à  mesure pour décorer les militants. Donc, c’est un processus qui a commencé. Ceux qui ne vont pas être décorés, faut pas qu’ils se découragent, ils seront décorés l’année prochaine, parce que maintenant, le président a décidé de décorer le maximum de personnes.

Propos recueillis par Gilles Richard OMAEL

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE