Après la SONATT et l’AGETU : Gaoussou Touré veut enterrer une autre entreprise ivoirienne. Ouattara, en route pour se faire avoir une 2ème fois?

By: Africa Newsquick

Gaoussou-toureAprès la SONATT et l’AGETU : Gaoussou Touré veut enterrer une autre entreprise ivoirienne. Ouattara, en route pour se faire avoir une 2ème fois?

Il l’avait promis, juré! Avec sa réforme du secteur des transports, tous les pays du monde allaient accourir dans notre beau pays pour s’inspirer du système d’établissement des documents afférant à la circulation des véhicules. Mais pour faire adopter sa réforme par le gouvernement, Gaoussou Touré, ci-devant inamovible ministre des Transports, avait essuyé plusieurs défaites tant devant le Conseil de gouvernement que devant le Conseil des ministres.

Finalement, en son absence, et aussi incroyable que cela puisse paraître, c’est le Premier ministre Duncan, en personne, qui portera la voix de Gaoussou Touré devant le chef de l’Etat. Résultat, la réforme de Gaoussou Touré sera adoptée. Il avait donné l’assurance au chef de l’Etat qu’aucune concession détenue par une entreprise ivoirienne ne serait piétinée et qu’aucune entreprise ivoirienne ne sortirait du système. Faux !

La réforme entraînera le démantèlement de la Sonatt, de l’Agetu, le chômage pour des centaines d’agents de sociétés créées par des Ivoiriens telles que Interflex et Starten.

Plus d’un an après avoir confié tout aux Colombiens de « Quipux », quel est le bilan de la Réforme révolutionnaire de Gaoussou Touré ? Echec total, comme « L’Eléphant » l’a déjà conté. La corruption, le racket, le faux et le désordre n’ont jamais autant régné dans l’établissement des documents liés aux véhicules en Côte d’Ivoire que depuis l’entrée en vigueur de la Réforme de Gaoussou Touré. « Nous allons combattre les faux permis de conduire », a-t-il tonné récemment. Tiens donc ! Et dire qu’il avait promis qu’avec sa réforme, l’on ne parlerait plus jamais de « faux permis ». Un Audit de l’impact de la Réforme des Transports de Gaoussou Touré donnerait sans doute des résultats ébouriffants…

Mais, comme si cela ne suffisait pas, revoilà notre Gaoussou national dans un nouveau combat. Le démantèlement d’une autre société ivoirienne et, cette fois-ci, avec la mise en chômage de plus de 1000 personnes. Pour le bonheur de qui ? Eh bien, de « Quipux », encore.

Et quelle est cette société qui est dans le collimateur du grand réformateur Gaoussou Touré? « Côte d’Ivoire Logistique », concessionnaire du Guichet Unique Automobile.

 

Un rapport m’arrange, un rapport ne m’arrange pas!

Le Ministre des Transports ivoirien est un spécimen plutôt rare dans son genre. Il y a deux ans, l’Inspection générale d’Etat (IGE) avait, après enquête, pondu un rapport accablant contre la Réforme qu’il entendait fourguer aux Ivoiriens. Mais Gaoussou Touré a jeté ce rapport dans les poubelles, estimant qu’il est ministre et que l’Inspection Général d’Etat ne peut pas avoir une compréhension plus profonde de la réforme que son initiateur. Pourtant, ce rapport dont « L’Eléphant », à l’époque, s’était procuré une copie, mettait en garde le chef de l’Etat contre ce qui est justement constaté aujourd’hui sur le terrain, l’amplification de la corruption, du faux, du racket et, surtout, de la non-fiabilité de l’entreprise colombienne à qui Gaoussou Touré entendait tout arracher aux Ivoiriens. Bref, il a passé outre les recommandations de l’Inspection Générale d’Etat et a fait un passage en force pour mettre en application sa Réforme.

Mais voilà que, ironie du sort, la même Inspection Générale d’Etat, l’année dernière, pond un autre rapport sur la concession liant l’Etat de Côte d’Ivoire à la société de droit ivoirien (« L’Eléphant » en a déjà parlé), « Côte d’Ivoire Logistique », dans le cadre du dédouanement et de l’immatriculation des véhicules et autres engins roulant, entrant en Côte d’Ivoire.

Ce rapport dont « L’Eléphant » s’est encore procuré une copie, soulève en de nombreux passages, de sérieux dysfonctionnements dans l’application de la convention liant l’Etat à cette société et dont l’objectif premier est la collecte des droits de douane de l’Etat et la sécurisation desdits droits.

Etrangement, ici, lorsque Gaoussou Touré obtient une copie du rapport provisoire, il pousse un grand cri de joie. Enfin, il tient le moyen de démanteler une autre société ivoirienne afin de transférer ses activités – encore – à «Quipux ». C’est qu’au moment de sa réforme sur les transports routiers, il n’avait pas trouvé d’arguments assez solides pour attaquer la concession liant « Côte d’Ivoire Logistique » à l’Etat. Et voilà qu’un rapport provisoire de l’Inspection Générale d’Etat (une institution pour qui il n’a eu aucune espèce de considération quand elle s’en est prise aux limites élémentaires de sa réforme), lui donne les cartouches pour abattre enfin « Côte d’Ivoire Logistique ». C’est d’une justice…

Quand un rapport de l’Inspection Générale d’Etat ne l’arrange pas, il estime que cette institution est inutile. Et quand la même institution pond un rapport qui peut lui permettre d’agrandir ses business personnels, il convoque tout de suite les têtes à penser de son ministère. Pour mettre en place la meilleure stratégie à adopter.

 

« Je veux récupérer les activités de cette société avant fin mars 2016 »

Dès qu’il parcourt quelques lignes de la conclusion du rapport, Gaoussou Touré prend immédiatement sa décision et convoque les têtes d’huile de son ministère qu’il invite à mettre rapidement en place une stratégie pour qu’il récupère l’activité de dédouanement et d’immatriculation des véhicules en Côte d’Ivoire avant fin mars 2016.

C’est que depuis le 8 mars 2015,  Gaoussou Touré, par courrier, avait demandé aux responsables de «Côte d’Ivoire Logistique » d’arrêter leurs activités de dédouanement et d’immatriculations des véhicules à l’intérieur du pays et, notamment, dans les villes de Bouaké, Korhogo, Man, San Pedro et Daloa ? Motif d’une décision aussi incongrue ? Selon sa compréhension à lui de la convention qui lie l’Etat de Côte d’Ivoire à « Côte d’Ivoire Logistique », cette société doit mener ses activités uniquement sur le territoire de la ville d’Abidjan. Ce qui est assez extraordinaire comme lecture de la part d’un ministre des transports arrivé seulement en 2011 alors que la convention dont il fait une lecture dans le sens de ses propres projets est entrée dans sa phase d’exécution pleine en 2009. Et qu’il tombe sous le bon sens simplement qu’on ne peut pas demander à des usagers vivant à Korhogo, à Man, à San-Pedro, à Daloa, à Bouaké, de conduire leur véhicule ou leur moto nouvellement acquis, de ces endroits jusqu’à Abidjan, pour leur dédouanement et leur immatriculation. D’où la déconcentration de l’activité de «Côte d’Ivoire Logistique» dans ces villes éloignées d’Abidjan.

Mais lorsque les responsables de « Côte d’Ivoire Logistique » lui expliquent cela par courrier, le ministre jette leurs explications dans sa poubelle en leur répondant simplement, dans un autre courrier daté du 28 avril 2015 : « Je ne partage pas votre lecture et compréhension des documents de la Concession.» Fin de débat. Plus d’activités dans les zones concernées. Sentence de Gaoussou Touré.

 

Une injonction de l’Inspection d’Etat à la poubelle!

Devant tout le tort que leur cause les agissements du ministre des Transports, les responsables de « Côte d’Ivoire Logistique » saisissent l’Inspection Générale d’Etat qui fait office également de régulateur dans ce genre de conflits.

Après étude du dossier, et après avoir pris connaissance des arguments du ministre Gaoussou Touré, l’Inspection Générale d’Etat lui adresse, sous la plume du ministre Niamien N’Goran, une lettre ayant pour objet: « Levée des suspensions des activités des Guichets Uniques de l’Intérieur. »

Dans cette correspondance dont une copie est tombée sous la patte de «L’Eléphant », l’Inspecteur Général d’Etat dit à Gaoussou Touré : «Vu que, vous demandez  à  Côte d’Ivoire Logistique de surseoir à sa décision de relancer ses activités à l’intérieur du pays, alors qu’elles n’ont jamais été suspendues depuis six ans, l’Etat lui ayant demandé de l’accompagner dans la mise en œuvre du projet d’unicité de ses caisses ; vu que votre lettre d’injonction ne propose pas de préavis au concessionnaire alors que depuis six ans, il est en relation avec les usagers qui ont payé des frais de dédouanement et d’immatriculation dont certains n’ont pas encore reçu totale satisfaction, vu que dans votre lettre…vous indiquez ne pas avoir la même lecture des documents de la convention de Concession (…) Considérant que dans la convention de Concession au point 2.2 paragraphe 2, il est stipulé que « le concédant s’engage notamment à apporter son assistance et sa protection au concessionnaire, dans le cas où ce dernier subirait de la part de toute autorité de fait ou de droit, une ingérence ou des nuisances injustifiées et de nature à perturber la bonne exploitation du Guichet Unique Automobile », l’Inspection Générale d’Etat voudrait par la présente, vous demander de surseoir à votre injonction de voir les activités de Côte d’Ivoire Logistique arrêtées ; et ce, afin d’éviter des conflits qui peuvent déboucher sur des mécontentements des populations ; ce qui perturberait le climat social. »

Mais Gaoussou Touré jettera à la poubelle cette lettre, portant, « levée des suspensions des activités des Guichets Uniques de l’intérieur ».

C’est que, tenant compte de cette position de l’Inspection Générale d’Etat, les responsables de « Côte d’Ivoire Logistique » reprennent leurs activités dans les villes concernées. Sauf qu’on ne joue pas avec Gaoussou Touré. Il va harceler les préfets de ces villes pour obtenir la mise à sa disposition des forces publiques qui débarqueront chaque jour sur les sites concernés pour empêcher les délégués locaux de «Côte d’Ivoire Logistique » d’avoir accès à leurs bureaux. Bloquant de ce fait, la poursuite des activités.

L’affaire, courant fin 2015, prend des proportions inquiétantes. Les responsables de « Côte d’Ivoire Logistique » saisissent la Primature, laquelle leur conseille d’essayer d’expliquer la situation aux usagers de ces zones, le temps que passe la période électorale pour que la question soit étudiée dans le fond.

L’arrêt des activités sur ordre de Gaoussou Touré dans les villes concernées a eu pour conséquence aujourd’hui, le blocage du traitement des dossiers de 25 mille usagers. Et, désormais, tous les usagers des villes concernées sont obligés de se déplacer avec leur véhicule jusqu’au seul point d’immatriculation et de dédouanement encore ouvert, celui d’Abidjan, avec une souffrance et des tracasseries intolérables pour lesdits usagers.

 

Deux ministres, deux ambitions différentes

Le rapport auquel Gaoussou Touré s’accroche aujourd’hui date de 2014. Il a fait l’objet de contestation de la part des responsables de « Côte d’Ivoire Logistique ». Lesquels ont argué qu’il n’a pas fait l’objet de confrontation avant sa remise aux autorités, d’autant plus que selon eux, ils auraient les justificatifs pour tous les points soulevés dans le rapport d’Audit.

Au gouvernement, le même rapport avait fait l’objet d’une réunion interministérielle. Ses conclusions ont fait l’objet de débats. Au sortir de cette réunion, aucune décision de dénonciation de la convention n’a été prise. Le Ministre auprès du Premier ministre, chargé du Budget qui est le plus concerné par le contenu de ce rapport, vu qu’il s’agit de garantir et de sauvegarder les recettes de l’Etat liées au contenu de la Concession, avait décidé lui – rationnel – de convoquer les responsables de « Côte d’Ivoire Logistique » afin qu’ils s’expliquent et proposent le cas échéant, des correctifs pour améliorer le fonctionnement du Guichet Unique Automobile.

C’est que, après lecture du rapport d’Audit, le ministre du Budget avait relevé 27 points de dysfonctionnement qui, selon lui, méritaient un éclairage, documents à l’appui.

Convoqués le 11 décembre 2014, les responsables de « Côte d’Ivoire Logistique » avaient été soumis à une série de questions sur les 27 points relevés par le ministère du Budget. Ces derniers ont fournis, selon une source proche du ministère, « des réponses appuyées souvent par des documents et, au final, le ministre a été satisfait ».

C’est que, au terme de cette séance de travail, poursuit notre source,  le ministre du Budget a simplement instruit les responsables de cette entreprise, au titre des investissements, de réaliser dans l’immédiat, « la peinture de tout le Guichet Unique et la construction de l’infirmerie du Guichet Unique Automobile. Ce qui a été fait. Il n’a jamais été question de dénoncer la convention. Nous sommes donc surpris que le ministère des Transports soit aujourd’hui, comme vous le dites, dans cette logique… » C’est que, peut-être, les deux ministres ne défendent pas les mêmes intérêts.

Gaoussou Touré lui, jamais, n’a mis les pieds au Guiche Unique pour se faire une idée de par lui-même de ce qui s’y passe. Et, il n’a jamais convoqué les responsables de l’entreprise en question pour les entendre.  Bien au contraire, alors que son collègue du Budget avait pris toutes les dispositions pour que les dysfonctionnements relevés soient corrigés, lui, va préparer son plan d’attaque. Dénoncer purement et simplement la convention, retirer l’activité à « Côte d’Ivoire Logistique » et la confier aux Colombiens de « Quipux».

 

Les armes de Gaoussou Touré

Avec le Ministère du Budget, les questions de déperdition des recettes de l’Etat ont été réglées. Mais au ministère des Transports, en s’appuyant sur le même rapport, Gaoussou Touré veut retirer l’activité à « Côte d’Ivoire Logistique ». Dans la seconde moitié du mois de février 2016, il a multiplié les réunions avec les têtes à penser de son ministère. Objectif ? Trouver des éléments dans le rapport pour rédiger une communication à présenter au Chef de l’Etat, au cours de ce qu’on appelle un « Conseil Présidentiel », afin que ce dernier l’autorise à dénoncer la concession et à mettre fin à l’activité. Une source de « L’Eléphant » au sein dudit ministère lui a soufflé quelques arguments utilisés par Gaoussou Touré : «Le ministre va dire au Président, et c’est pour ce jeudi 3 mars, que les usagers se plaignent du racket et de la corruption, que les véhicules sont dépouillés de tous leurs accessoires dans les parcs, que les véhicules sont conservés au-delà du délai afin d’augmenter les frais de magasinage qui seraient plus élevés que le prix d’achat des véhicules, qu’il y aurait 4000 véhicules stockées aujourd’hui chez Côte d’Ivoire Logistique, qu’il y aurait des fraudes fiscales, que les investissements ne seraient pas réalisés, que de faux chiffres d’affaires sont déclarés par cette société, que les grilles tarifaires ne sont pas affichés, etc. En somme, il entend utiliser tous les dysfonctionnements relevés dans le rapport pour arriver à ses fins. Retirer la concession pour la confier à qui vous savez. Alors qu’il lui suffit de convoquer les responsables de cette structure pour leur demander de corriger sous peine de sanction, ce qui leur est reproché dans le rapport d’audit. »

C’est qu’il n’a pas les mêmes intentions que son collègue du Budget. L’un s’est arrangé avec les responsables de « Côte d’Ivoire Logistique » pour qu’ils fassent les corrections nécessaires afin de mieux protéger les recettes de l’Etat liées à l’activité des Guichets Uniques, l’autre veut récupérer purement et simplement le business. Il agit pour son propre compte et non pour le bonheur de l’Etat.

Ce jeudi 3 mars, selon notre source, Gaoussou Touré entend obtenir gain de cause et réaliser son plus grand rêve : Récupérer et confier à ses amis de « Quipux », l’activité du Guichet Unique Automobile concédée par l’Etat de Côte d’Ivoire, à une société ivoirienne qui emploie des centaines de personnes. Ouattara va-t-il céder encore à ce énième caprice de Gaoussou Touré?

DANIEL SOVY, in L’Eléphant déchainé N°426

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE