Incroyable! Grand-Lahou: Le député-maire affame délibérément un entrepreneur et plusieurs familles, Ouattara appelé au secours

By: Africa Newsquick

Djaya Jean_Grand LahouIncroyable! Grand-Lahou: Le député-maire affame délibérément un entrepreneur et plusieurs familles, Ouattara appelé au secours

L’affaire est sue du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Hamed Bakayoko et son administration qui l’ont interpelé, mais le maire Djaya Angbomi Jean reste sourd aux cris du cœur de son créancier et aux injonctions de la tutelle qu’il semble défier.

Arrivé en 2013, à la tête de la commune de Grand-Lahou, Djaya Angbomi Jean, le nouveau Député-maire, semble méconnaître cruellement le sacro-saint principe régissant l’Administration et selon lequel: «l’Administration est une continuité». Badoussi N’guessan Nicolas, un entrepreneur, qui défile depuis près de 3 années maintenant, auprès de ce nouvel élu local en vue de l’apurement de sa créance, ne dira pas le contraire. Et pourtant, il semble que cette dette aurait déjà été réglée par l’Etat de Côte d’Ivoire, par virement au Trésor public de ladite localité, depuis un peu plus de 2 ans.

L’origine de la créance

Suite à une convention signée le 23 mars 2010 entre la mairie de Grand-Lahou, autorité contractante, représentée par son maire d’alors, Laga Tano Joseph et la Société Soleil d’Afrique-Sarl, représentée par son directeur général, Badoussi N’guessan Nicolas, il a été convenu entre les deux parties: «l’exécution des travaux de construction de trois classes plus un bureau à Grosso dans l’îlot 53 et dans la commune de Grand-Lahou» par la société suscitée, l’entrepreneur. Le montant de cette convention a été chiffré à 20 millions de francs CFA. C’est donc sur la base de cet accord que l’entrepreneur entame les travaux de construction de l’école primaire publique de trois classes et du bureau du directeur de l’école, située au quartier Grosso. Les modalités de paiement de l’entrepreneur sont précisées par l’article 13 de ladite convention qui stipule que: «Les travaux seront rémunérés après les décomptes établis par les Services Techniques

Un premier paiement et plus rien, par la suite!

Sur la base des modalités de paiement retenues dans le contrat, Badoussi N’guessan Nicolas, le directeur général de la Société Soleil d’Afrique-Sarl verra, au fur et à mesure de l’avancement des travaux de construction, sa créance partiellement réglée par l’ancienne municipalité dirigée par Laga Tano Joseph, soit au total dix millions cinq cent trente six mille huit cent soixante quinze (10536875) francs CFA. Mais l’apurement du reliquat de sa créance sera contrarié par la survenance de la crise postélectorale. A la fin de cette crise en avril 2011, le maire et son équipe, malgré leurs avis favorables (trois au total) donnés et les mandats de paiement donnés au Trésorier principal de leur commune pour l’apurement du reliquat de la créance de l’entrepreneur d’un montant de neuf millions quatre cent soixante trois mille cent vingt cinq (9463125) francs CFA, ne parviendront pas à éponger cette dette avant leur départ. À l’arrivée de la nouvelle équipe municipale dirigée par Djaya Jean en 2013, le directeur général de la Société Soleil d’Afrique-Sarl, malgré la fin des travaux de construction de l’école suivie de son inauguration et les nombreuses preuves apportées au nouvel élu pour attester de l’existence de sa créance, continue désespérément d’attendre l’apurement de celle-ci. Le maire a-t-il oublié que l’Administration est une continuité?

Tout ce qui est dette, je ne paierai pas…!

Les nombreuses tentatives menées par le chef d’entreprise auprès du nouveau maire de la commune de Grand-Lahou en vue du règlement définitif du reliquat de sa créance se sont avérées infructueuses. La raison? A en croire cet entrepreneur, le nouvel élu, lui a confirmé ouvertement lors d’une rencontre, que: «Tout ce qui est dette, je ne paierai pas! Le Président actuel, lui-même, ne paie pas les dettes.» Impuissant face à la volonté ferme affichée par son débiteur de ne pas apurer le reste de sa facture, Badoussi N’guessan Nicolas sollicite l’intervention de plusieurs autorités de la localité dont des chefs religieux, des têtes couronnées et le 2ème adjoint au maire de la ville, madame Haïdara, en vue de faire fléchir ce dernier. Mais à en croire notre interlocuteur, Djaya Jean est resté campé sur sa position malgré l’implication de ces autorités. Face à la forte pression de ses employés qui accusent plusieurs mois d’arriérés de salaire et à certains engagements non honorés, le responsable de la société saisit finalement, à deux reprises, par courrier, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, l’autorité de tutelle du maire, pour lui faire part de son problème.

L’injonction de la tutelle royalement ignorée par le Maire

C’est par le courrier n°58 du 9 décembre 2013 ayant pour objet «Paiement de créance due par la commune de Grand-Lahou» que le directeur général de la Société Soleil d’Afrique-Sarl a saisi la tutelle de la commune de Grand-Lahou. Réagissant à la requête du responsable d’entreprise, la tutelle a adressé, à son tour, un courrier à celui-ci et parallèlement, un autre au Maire de cette localité. Concernant l’élu local, il s’agit du courrier n°6151/MEMIS/DGDDL/DTEF, en date du 19 décembre 2013 dans lequel le directeur de cabinet du ministre Hamed Bakayoko, Daniel Cheick Bamba, écrit ceci: «Monsieur le Maire, J’ai l’honneur de vous faire parvenir, sous le présent pli, pour m’en fournir de plus amples informations, photocopie de la lettre en date du 09 décembre 2013 du Directeur Général de la société Soleil d’Afrique Sarl, relative au non paiement du reliquat de sa créance d’un montant de neuf millions quatre cent soixante trois mille cent vingt cinq (9463125) francs CFA due par la Commune de Grand-Lahou au titre de la construction d’une école primaire de trois classes et des bureaux. Au cas où cette dette ne soulève aucune objection de votre part, je vous invite à prendre les dispositions utiles en vue de son règlement en vous accordant avec l’intéressé sur un calendrier d’apurement de sa créance et me tenir informé. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de ma considération distinguée.» Mais Djaya Jean, ne semble pas avoir été réceptif à ce courrier de sa hiérarchie. Pour preuve, le chef d’entreprise saisit une nouvelle fois la hiérarchie de l’autorité locale, à travers le courrier n°01/dg/2sda du 4 février 2014. L’objet de cette lettre, une «Demande d’audience» au ministre Hamed Bakayoko. Se rendant compte que l’entrepreneur n’a pas été effectivement désintéressé par la mairie, le collaborateur du ministre adresse à nouveau un courrier à cette autorité. Dans celui en date du 24 mars 2014, sous le numéro 1276/MEMIS/DGDDL/DTEF, le préfet hors grade mentionne expressément ceci: «Monsieur le Maire, J’ai l’honneur de vous faire connaître que face à votre refus de payer le reliquat de votre dette vis-à-vis de la société Soleil d’Afrique Sarl relativement à la construction d’une école primaire publique de trois (03) classes et des bureaux, je vous invite à inscrire d’office, cette dépense dans le programme triennal 2014-2016 de votre collectivité territoriale ainsi que dans le budget 2014 y afférant sous réserve de la non approbation desdits documents. Je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de ma considération distinguée.» En dépit de cette injonction faite au maire par sa hiérarchie, celui-ci continue de faire la sourde oreille. «Ces mandats (de paiement, Ndlr) sont rejetés de façon provisoire pour manque de disponibilité au compte d’investissement BNI. Le déficit étant interdit en investissement, ils (ces mandats) ne sauraient être pris en charge». Telle est la réponse donnée par Gueye Michel, le Trésorier principal à l’entrepreneur, suite au dépôt de ses mandats de paiement auprès de celui-ci. Badoussi N’guessan Nicolas continue autant que faire se peut, d’apaiser ses employés privés de salaires depuis plusieurs mois. Mais pendant combien de temps cette situation va-t-elle perdurer?

La vaine attente de «Africanewsquick.info»

En vue de recueillir la réaction du Maire «incriminé» dans cette affaire de non paiement du reliquat de créance, la rédaction du cyberjournal, www.africanewsquick.info, a tenté en vain, à plusieurs reprises, de joindre au téléphone l’élu local. Ce dernier, avec sa double fonction de Député-maire est plus occupé à gérer les affaires relevant de l’échiquier national en tant que député de la nation qu’à gérer les «micros» affaires de la municipalité de Grand-Lahou, en tant que maire. Le cumul des postes montre encore, ici, ses limites.

C’est finalement suite à un message téléphonique envoyé à cette autorité dans lequel la rédaction a mentionné: «Bonjour Honorable, je suis…de la rédaction de Africanewsquick.info. J’ai été saisi d’une affaire d’impayé de créances de la mairie de Grand-Lahou, vous concernant. Je souhaiterais, dans le cadre d’un souci d’équilibre de l’information, vous rencontrer pour avoir votre version des faits. J’ose espérer que malgré votre calendrier chargé, vous m’accorderez un temps pour vous prononcer sur cette affaire ou désigner un collaborateur sachant pour nous recevoir», que celle-ci a enfin cru bon de réagir. Il charge dès lors, son mandataire, qui n’est autre qu’un de ses adjoints en vue d’avoir de plus amples informations sur cette affaire-là. Après un bref échange téléphonique, il porte à la connaissance de «africanewsquick», après avoir consulté certains documents envoyés par la rédaction, comme preuves, que: «Monsieur le député-maire vient de donner des instructions pour que cette affaire soit réglée au plus tôt.» Avant d’ajouter: «Dites à Nicolas de chercher à nous rencontrer, le 3e et le 4e adjoints au maire.» Et ben, plus d’un mois après cette assurance donnée par ce mandataire, l’entrepreneur et ses employés broient du noir, préposés à la famine et ne savent plus à quel saint se vouer. Seul le Président de la République, Alassane Ouattara, semble leur dernier recours.

Ange Nicaelle LYRANE

2 Comments

  • SOLEIL:

    Hi, this is a comment.
    To delete a comment, just log in and view the post's comments. There you will have the option to edit or delete them.

  • YUNUS:

    Hi, this is a comment.
    To delete a comment, just log in and view the post's comments. There you will have the option to edit or delete them.

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE