70 ans du PDCI-RDA, Parti (ré)unifié, «liste noire rejetée»-Kakou Guikahué, S.E du PDCI-RDA, sans détour: «Le Président Bédié va nous donner la nouvelle orientation…Voici ce que le Directoire va faire»

By: Africa Newsquick

Guikahué itw_700070 ans du PDCI-RDA, Parti (ré)unifié, «liste noire rejetée»-Kakou Guikahué, S.E du PDCI-RDA, sans détour: «Le Président Bédié va nous donner la nouvelle orientation…Voici ce que le Directoire va faire».

Après la 64ème Session du Secrétariat Exécutif du PDCI-RDA, réunion hebdomadaire du Secrétariat Exécutif, qui s’est tenue ce mardi 2 février, Pr Maurice Kakou Guikahué a échangé avec la presse. Il répond sans faux-fuyants aux questions que les militants et les Ivoiriens se posent sur la célébration des 70 ans du PDCI-RDA, la tournée d’installation des Grands Conseils Régionaux du PDCI, le parti réunifié et il revient sur la formation du nouveau gouvernement Duncan.

Vous venez de finir un secrétariat exécutif qui s’est tenu sur 2 semaines. De quoi a-t-il été question ?

Nous avons discuté d’un certain nombre de point. Le premier est l’installation des membres des Grands Conseils régionaux dont le calendrier devrait  être adopté. Le deuxième point, c’est le 70e anniversaire du Pdci-Rda. Là-dessus, après la première réunion du mardi 26 janvier et l’avis du président Bédié, aujourd’hui acquis, nous avons pris des décisions. D’abord l’installation des Grands Conseils régionaux va se tenir sur une période qui va de ce mercredi 3 février 2016 par Yopougon et qui se termine lundi 4 avril 2016 par Bongouanou. Ce sont les chefs-lieux de région qui seront visités. Nous avons les 30 régions à l’intérieur du pays, le district de Yamoussoukro et Abidjan qui a 3 régions. Abidjan 1 regroupe Yopougon, Songon. Abidjan 2, ce sont  Abobo et Anyama et Abidjan 2 Attécoubé, Plateau, Adjamé, Cocody et Bingerville. Nous commençons ce mercredi (Ndlr : aujourd’hui) par Yopougon pour finir par Bongouanou. Donc le principe, c’est de regrouper tous les membres du Grand Conseil d’une région dans un endroit et  la plupart du temps, le chef lieu de région, pour dire aux uns et aux autres le rôle du Grand Conseil régional et installer les bureaux. Chaque bureau comporte 5 membres: Le Coordinateur, un Secrétaire, un Secrétaire adjoint, un Rapporteur et un Rapporteur adjoint. Les réunions du Grand Conseil régional sont des Assemblées générales. Tous les cadres ont été mobilisés. Tous les délégués départementaux et communaux qui ne sont pas coordinateurs du Grand Conseil régional sont tenus de participer aux réunions de leurs zones. Le Grand Conseil régional comporte des secrétaires de sections  et des militants d’une région non membre du Bureau politique et du Comité des sages.  Le second point est l’organisation du 70 e anniversaire du Pdci.

Comment va-t-il se tenir ?

Comme le Pdci Rda est né  le 9 avril et a été autorisé le 30 avril  1946, nous prenons tout le mois d’Avril pour organiser l’anniversaire du Pdci-Rda. Donc le 9 avril, c’est la cérémonie d’ouverture et le 30 avril, c’est la clôture qui se termine par un gala à l’hôtel Ivoire. Le président a déjà mis en place le Comité d’organisation. Le Secrétaire exécutif du Pdci que je suis est le Coordonnateur de l’organisation. Et le Secrétariat technique  est tenu par Aminata Diop et l’organisation pratique est tenue par le Secrétaire exécutif chargé des organisations Akossi Bendjo. Nous avons également un Comité scientifique qui est présidé par le professeur Jean-Noel Loucou. Nous avons un commissariat du gala qui est une organisation spécifique. Il y a le commissaire du gala qui a été nommé, c’est Fofana Siandou. Maintenant, les autres membres du Comité d’organisation seront nommés ultérieurement. Le président va prendre une décision pour compléter le Comité d’organisation.

Quel est l’objectif visé par l’installation de ces Grands conseils régionaux?

Guikahué itw_7022Le message particulier, c’est de leur dire leur rang. Historiquement, le Grand conseil a été créé  au 10e Congrès du Pdci. C’était une organisation centralisée nationale qui comportait 6.000 personnes. Vous voyez qu’il est difficile d’encadrer 6.000 personnes. Le 11e Congrès a reconduit les mêmes choses. Nous avons vu que cette expérience était inopérante et peu efficace. Parce que les membres du Grand conseil ne se réunissaient jamais. Et ils devenaient un problème comme s’ils ne servaient à rien au Pdci. C’est la raison pour laquelle, le 12e congrès a fait une réforme en  régionalisant le Grand conseil. En général, chaque département  donne entre 40 et 50 membres du Grand conseil en fonction de la population. Si vous avez une région de 2 départements, cela vous fait 100 conseillers. Si vous avez une région de 4 départements, cela fait 200 conseillers. Nous avons découpé le district d’Abidjan en 3 régions. Et la région du Gbêkê en 2 régions. Le reste, ce sont les régions administratives. Donc nous partons pour dire que cet organe est très important pour le Pdci. Parce que lorsque le Président Bédié mettait en place le Grand conseil lors du 10e congrès, il a dit que c’était le parlement du Parti. C’est là que se retrouvent tous les cadres, les responsables, les secrétaires de sections qui se forment à exercer les fonctions de membres du Bureau politique. Le Bureau politique comprenait 800 personnes qui a été ramené à 650 au dernier congrès. Avec la multitude de cadres et de militants que nous avons, tout le monde ne peut pas rentrer au Bureau politique. Donc le Grand conseil est l’antichambre pour apprendre le parti. On l’a régionalisé et le Président Bédié compte beaucoup là-dessus. Et ce sont 8000 personnes sur toute l’étendue du territoire national. Et parmi ces personnes, il y a 5600 cadres, c’est-à-dire des personnes dont des diplômés, des fonctionnaires. Si ces personnes travaillent leur terrain, dans les villages et partout,  ce sera une grande mobilisation qui va booster le Parti. Nous allons leur demander  de payer leurs cotisations, parce que les partis vivent des cotisations de ses militants. Sur le terrain, nous allons leur expliquer la différence entre le Délégué et le Coordinateur du Grand conseil pour ne pas qu’ils se marchent sur les pieds. C’est une mission qui va faire des clarifications sur le parti.

Quel est le nombre d’installations que vous aller faire ?

Il  y a 36 installations.

Vous serez seul à installer toutes ces installations ?

Oui, parce que dans les attributions, le Secrétaire exécutif du parti est chargé des relations avec les Organes centraux. Donc je suis chargé des relations avec le Président du parti, avec  la Convention, avec le Comité des sages, avec le Bureau politique et les Grands conseils.  Donc ce sont mes prérogatives.  C’est l’une  de mes fonctions.

Les cotisations sont-elles exigées pour cette première assemblée des Grands conseils?

Dans un premier temps, c’est pour aller dire leur rôle, droit et devoir. Ceux qui ne sont pas à jour peuvent rentrer. Mais les prochaines Assemblées, la carte de militant sera exigée.

Qu’est-ce qu’on a au menu pour les 70 ans du Pdci ?

Il y a la cérémonie d’ouverture le 9 avril, un grand gala le 30 avril à l’Ivoire. Sur cette période nous allons organiser des journées. Il aura des journées consacrées aux femmes, aux jeunes, aux élus, celle des anciens, aux formations. Et, il y aura des colloques, des portes-ouvertes. Ces manifestations seront éclatées. Dans cette période chaque région organisera sa fête.

Pendant que le Pdci va fêter ses 70 ans, qui va discuter du parti unifié ?

Ce n’est pas tout le Pdci qui discute. Le parti unifié se discute dans le directoire du Rhdp et le directoire comprend un certain nombre de membres. Nous avons mis en place une commission de mise en œuvre de parti unifié qui est présidé par l’UDPCI. Je peux vous informer que lundi dernier, le 1er février, nous avons eu la réunion du présidium du directoire. C’est-à-dire le président du directoire et les 4 vice-présidents que sont les autres Secrétaires généraux des partis politiques. Nous avons fait le point, nous avons fait le bilan de nos activités, depuis ma prise de fonction le 30 Avril 2014 jusqu’au 1er février 2016. Nous avons dressé aussi l’agenda 2016 et le lundi 15 février, nous avons un rendez-vous avec le Président de la Conférence des présidents du Rhdp, le Président Bédié, à Daoukro, pour lui faire le point de nos activités et il va nous donner les orientations pour l’année 2016.

Avez-vous passé la main à quelqu’un d’autre ?

C’est ce qui est écrit dans nos textes, sauf si les présidents en décident autrement. Sinon, dans nos textes, c’est écrit que nous devons faire une présidence tournante d’un an. Mais moi, j’ai eu la chance de faire 2 ans. Donc, en tant que démocrate, moi-même, je pense à passer la main. Maintenant, si les présidents acceptent, c’est une bonne chose parce qu’il faut faire jouer la démocratie comme nos textes l’indiquent.

Donc, vous n’avez pas été débarqué, comme certains ont voulu le faire croire?

On n’est jamais satisfait de soi, le terme débarqué, on ne peut pas le dire, parce que j’ai fait un mandat très brillant et je suis fier de le dire. Quand le président Bédié me confiait la direction du directoire, le Rhdp était mourant, il n’existait plus parce qu’on s’est séparé aux élections législatives, aux municipales et régionales couplées. Chacun est allé de son côté. On ne parlait plus de Rhdp. On nous demandait de réorganiser. Mon rôle, c’était de quitter l’informel pour aller dans le formel. Premier acte, on a mis en place un règlement intérieur. N’importe qui ne venait plus aux réunions du directoire. On a mis des quotas, ensuite le point d’honneur, a été la mise en place des Coordinations locales du Rhdp. On l’a fait. Ensuite, il y a eu la légalisation du Rhdp sous ma gouvernance, on a transformé l’alliance en groupement politique, le 3 août 2015. Donc aujourd’hui, j’ai participé pendant que j’étais le président du Rhdp à asseoir le Rhdp non comme une force informelle, mais comme une force bien organisée et légale qui lui a permis d’avoir un candidat. Ma mission était aussi de travailler pour avoir un candidat unique, ça a été un succès. Nous avons organisé une convention qui a été brillante. Nous avons battu la campagne et le président a été élu au premier tour avec 83%. Je pense que c’est le repos du guerrier, donc, le moment est venu pour moi de passer la main à d’autres personnes pour qu’elles fassent aussi  leurs preuves. Excusez-moi, si je n’ai pas été modeste.

La rencontre du 15 février va-t-elle déclencher véritablement la mise en route du parti unifié ?

On a fait une gestion. On sort d’une élection présidentielle, il faut qu’on aille faire le bilan au président Bédié. Et le président Bédié qui est le président de la conférence des présidents va dire : voici la nouvelle orientation. Parce que, quand il nous a reçus le 30 Avril 2014, il nous a donné une ligne précise. Quand il va nous recevoir le 15 février 2016, il va nous donner d’autres instructions. Désormais, on a des documents. Si on passe la main, on peut aussi transmettre des documents. Tous les partis politiques, sans en parler à la presse, ont commencé à travailler sur l’unification du parti, mais le directoire va s’en saisir officiellement.

La situation des plaintes et complaintes que l’on connaissait après la formation du Gouvernement s’est-elle atténuée au Pdci Rda?

Etre ministre relève du pouvoir discrétionnaire du président. Il faut le laisser choisir ses collaborateurs.

Des gens vous accusaient d’avoir une liste noire?

Quand vous lisez l’article vous voyez que c’était du n’importe quoi. Comment moi qui est lutté pour que Séry Bially qui était contre l’Appel de Daoukro, qui battait campagne contre nous soit exclu du secrétariat, et après je le propose comme ministre. Pour ce seul fait, je peux dire que tout le reste du dossier publié est nul.

N’y a-t-il pas une main obscure…?

Je suis en politique, les mains obscures, il y en a toujours ainsi que des peaux de bananes. Il y a même des régimes de bananes qui sont sur mon passage pour que je glisse.

Les « mauvaises » langues vont jusqu’à dire que des personnalités vous avaient proposé de l’argent pour devenir ministre?

Vous me connaissez. Si j’aimais autant l’argent, il y a longtemps que j’étais parti au Fpi. Ça, ce n’est pas mon fort, ce n’est pas ma culture politique.

Quel message allez-vous livrer aux militants pendant la tournée?

Quel que soit l’organe auquel on appartient, si on peut aller, c’est une bonne chose. C’est un seul jour. Je vais expliquer les fondements du parti et les textes. Chaque membre du Bureau politique, du Comité des sages, de la Jpdci, de l’Ufpdci ait son document de statuts et règlement intérieur. Nous allons partir si possible avec ces documents-là pour que les gens se les procurent. Ce n’est pas cher, c’est 5000F Cfa. Parce qu’il faut connaitre le parti. Le pays se développe de plus en plus, donc, il y a une autre façon de gérer le parti. Quand le Secrétaire Exécutif agit, vous devez être capable de vérifier. Mais comment allez-vous juger les actes des dirigeants, si vous ne connaissez pas vos textes. Si vous ne connaissez pas la différence entre le Coordonnateur du Grand conseil et le Délégué, mais vous allez créer des problèmes inutiles sur le terrain. Nous comptons beaucoup sur cette tournée. Ça sera une tournée de formation politique.

Propos recueillis par Guy TRESSIA, D.S et C.M (photo : Victorine SOKO)

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE