Affaire «Le patron du Glacier « Amoré » pousse une ivoirienne au suicide»- L’indignation gagne les Ivoiriens : La Présidence, le ministère de la Justice et le Parlement s’en mêlent

By: Africa Newsquick

Logo Amore Patis-Resto-SnackAffaire «Le patron du Glacier « Amoré »  pousse une ivoirienne au suicide»- L’indignation gagne les Ivoiriens : La Présidence, le ministère de la Justice et le Parlement s’en mêlent

Les fidèles lecteurs de l’infernal «Eléphant Déchaîné» ont été profondément choqués par la mésaventure vécue par mademoiselle Karamoko Madamba et qui a été contée avec un luxe insolent dans notre édition du mardi 26 janvier. Ils sont nombreux à avoir appelé la rédaction du pachyderme pour crier leur indignation devant de tels actes posés dans un pays dont on dit qu’il est sur le chemin de l’émergence.

Sur les réseaux sociaux où l’article, avec l’autorisation de la Direction du journal, a été publié, les internautes se sont déchaînés et faisant pour la plupart preuve de beaucoup d’imaginations. Ils ont proposé des solutions qui, il est vrai, sont radicales mais qui, si elles étaient mises en route, pourraient rapidement conduire à un dénouement d’une affaire qui paraît tellement simple aux yeux de beaucoup de personnes y compris des magistrats que tous ont du mal à expliquer l’attitude de l’occupant, le propriétaire du glacier «Amoré» situé en zone 4. Sur quoi ou sur qui compte cet homme? Ou bien quel genre d’activités secrètes mène-t-il dans cet appartement au point d’y être si attaché? Quelqu’un a suggéré sur les réseaux sociaux que la police fasse une descente dans cet appartement pour une perquisition et qu’elle y découvrirait sans doute des choses qui n’auraient sans doute aucun lien avec les glaces.

 

A l’Inspection des Services Judiciaires

Mais les lecteurs de «L’Eléphant Déchaîné» et les internautes ne sont pas les seuls à s’émouvoir de cette triste affaire. Au sommet de l’Etat, il y a en ce moment quelques frémissements. Sur instruction du nouveau ministre de la Justice, Mademoiselle Karamoko a été reçue le mardi (jour de parution de l’article) par l’Inspecteur des Services Judiciaires et selon nos sources, ce dernier aurait annoncé l’ouverture d’une enquête pour comprendre les conditions dans lesquelles la première décision de Justice a été rendue et pourquoi plus de trois ans plus tard, la Justice ivoirienne n’a pas encore tranché cette affaire et que Ahmad Ghaddar continue d’occuper un bien qui ne lui appartient pas au détriment de la propriétaire qui est à la rue avec sa fille de trois ans.

 

A la Présidence de la République

Après le ministère de la Justice, c’est la Présidence de la République qui s’est manifestée. Le mercredi 27 janvier, Mademoiselle Karamoko y a été reçue par le Directeur de cabinet du ministre chargé des Affaires présidentielles, Téné Birahima, alias «photocopie». Lequel a donné des instructions pour qu’elle soit auditionnée – avec les éléments en sa possession – pour une meilleure compréhension de l’affaire. Ce qui a été fait. Que va faire le ministre chargé des Affaires présidentielles? En référer au Président de la République ou au ministre de la Justice pour un règlement rapide de cette affaire qui semble témoignée d’une faillite du système? Dans tous les cas, il devrait faire très attention Téné Birahima. Ahmad Ghaddar prétendrait avoir de grands copains au Palais présidentiel.

 

La Police économique a ouvert une enquête

De son côté, la police économique, sur instruction du ministre d’Etat, ministre de la Sécurité et de l’Intérieur a ouvert une enquête et a auditionné Mademoiselle Karamoko et le notaire Angoua Olivier. L’affaire a-t-elle un volet pénal pour que la police économique s’en mêle? Difficile de répondre à cette question. Selon nos informations, le ministère de l’Intérieur voudrait comprendre comment une telle chose puisse être possible dans ce pays et savoir si quelque part, quelques délits n’auraient pas été commis dans cette affaire. Promis juré, vous serez informés de la suite de cette procédure qui devrait se poursuivre avec l’audition des héritiers Ablé et de Ahmad Ghaddar, l’homme qui se maintient de force dans l’appartement depuis trois ans sans rien payer à la propriétaire.

 

Des Députés émus entendent réagir…

Dans la journée du jeudi 28 janvier, selon nos sources, ce sont des Députés de la Commission des Affaires sociales du parlement ivoirien qui, émus par cette affaire, ont contacté Mademoiselle Karamoko, à qui un rendez-vous a été donné pour une audition ce vendredi 29 janvier au sein de l’Assemblée nationale. Ces Députés qui n’en croient pas leurs yeux après lecture de l’article, voudraient interroger directement Mademoiselle Karamoko avant d’engager une action, si ce qu’elle dira corrobore les écrits de «L’Eléphant Déchaîné». Afin de l’aider à récupérer son bien. Voilà qui est réconfortant…

 

Une manifestation d’ampleur contre le glacier «Amoré»?

Toujours selon nos sources, à Marcory, des femmes et des jeunes s’organiseraient en ce moment pour mener une action d’envergure sur le glacier «Amoré» afin d’amener son propriétaire à comprendre que de moins en moins, les Ivoiriens vont accepter ce genre d’abus et le contraindre à libérer un appartement dont il n’est pas le propriétaire mais dans lequel il se maintient on ne sait au nom de quel droit.

Ces femmes et ces jeunes n’attendraient que le feu vert de la victime qui, déjà contactée par les plus hautes autorités du pays, n’entend pas explorer pour le moment cette voie pour récupérer son bien. Elle n’a pas acheté sa maison dans la violence, elle ne veut pas y accéder, pour le moment, en usant de la violence. «Mais si rien ne bouge, si toutes les voies que je suis en train d’explorer échouent, je me verrais bien dans l’obligation d’user en dernier recours le moyen que comprend peut-être le mieux cet homme pour récupérer mon bien. Et alors la justice et la police ivoirienne, sur plainte de Ahmad Ghaddar, pourront se mobiliser pour me jeter en prison, moi et toutes les personnes qui m’aideront et qui sont prêtes à m’accompagner sur cette voie pour récupérer mon bien. Mais j’espère qu’on ne m’obligera pas à arriver à cette extrémité, même si je suis à bout…», déclare Mademoiselle Karamoko, jointe par «L’Eléphant».

Par ailleurs, alors que Ahmad Ghaddar occupe depuis trois ans l’appartement sans payer de loyer (il prétendrait verser le loyer largement dépassé depuis longtemps de 300 mille FCFA entre les mains d’un greffier), la « SCI LATTITUDE IMMOBILIER » – qui a vendu l’appartement à Mademoiselle Karamoko – continue à lui servir par voie d’huissier des factures pour sa contribution aux dépenses effectuées dans l’immeuble où se trouve son appartement.

Ainsi, «L’Eléphant» a pu mettre la patte sur un document daté du 15 octobre 2015 ayant pour objet: «Présentation de la situation de votre compte dans nos livres», un document qui est le récapitulatif des sommes que doit à ce jour Mademoiselle Karamoko depuis l’acquisition de l’appartement il y a trois ans: «Nous venons par la présente vous informer de votre situation d’arriérés de charges de copropriétés…» Ecrit la gérante de la «SCI LATTITUDE IMMOBILIER»: « Arriérés charges communes, impôts fonciers, quotte par pour le changement de l’ascenseur, etc.», le tout pour un total de 6,3 millions de FCFA (voir notre document).

Alors que Ahmad Ghaddar se maintient de force dans l’appartement, aujourd’hui c’est la somme de 6,3 millions qui est réclamée à Mademoiselle Karamoko y compris les impôts fonciers sur trois ans (2013-2015).  Elle n’est pas belle la vie dans ce pays?

De son côté, alors qu’il n’a donné aucune suite au courrier que «L’Eléphant» lui a adressé pour avoir sa version des faits, Ahmad Ghaddar, via un individu qui s’est présenté comme étant son avocat, a joint au téléphone «L’Eléphant» pour se plaindre de ce que la parole n’a pas été donnée à son client qui détiendrait des documents et a souhaité parler directement à l’auteur de l’article. Une faveur supplémentaire qui ne lui a pas été accordée. Il a plutôt été invité à se présenter dans les locaux de «L’Eléphant» avec ses documents pour donner la version de son client. Rendez-vous a été pris pour 11 heures ce jeudi 28 janvier. Mais l’homme, à l’heure prévue et au-delà, n’a pas donné signe de vie. Sans doute un excès de modestie. A moins qu’il ait été retenu au glacier «Amoré» par le goût d’une nouvelle variété de glace appelée «occupation sans droit du bien d’autrui».

 

ASSALE TIEMOKO, in L’Eléphant déchaîné N°417

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 558 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE