Affaire: «Mandat d’arrêt contre Soro Guillaume» : La vie est parfois si injuste!

By: Africa Newsquick

guillaume-soroAffaire: «Mandat d’arrêt contre Soro Guillaume» : La vie est parfois si injuste!

Le gouvernement ivoirien, dans l’affaire du mandat d’arrêt international lancé par la Justice militaire burkinabé contre le deuxième personnage de l’Etat ivoirien, Soro Guillaume, président de l’Assemblé nationale, a clairement manifesté son mécontentement à travers un communiqué publié il y a quelques jours.

Pour une affaire qui n’intéresse que la Justice, la réaction du gouvernement, si elle avait pour objectif de soutenir le président de l’Assemblé nationale, était plutôt mal venue. Et, pour un pays qui n’extrade pas ses ressortissants et dont chacun sait que jamais il ne remettra Soro Guillaume au Burkina, une invitation à la Justice burkinabé à faire la lumière sur cette affaire suffisait amplement, au lieu de parler «d’us et de coutume» et d’une volonté de régler une affaire judiciaire par la voie «diplomatique».

Mais pour mieux comprendre ce qui précède, un petit exercice est nécessaire.

Si l’on s’en tient à la définition de « us et coutumes », on évoque les habitudes, les traditions d’un peuple!

On peut se poser la question: de quels us et coutumes est-il question? Le Burkina et la Côte d’Ivoire ont-ils dans leurs traditions de se déstabiliser mutuellement? Un passé plus lointain laisse penser que la Côte d’Ivoire d’Houphouët aurait, selon les historiens, eu un rôle discret de « promoteur » dans la disparition de Sankara au bénéfice d’un certain Blaise Campaoré. Un passé plus récent laisse penser que ce même Campaoré a généreusement renvoyé l’ascenseur en donnant une base arrière et des moyens logistiques au chef rebelle de l’époque, un certain Guillaume Soro, qui avait décidé de déstabiliser les institutions ivoiriennes et qui, du haut de sa volonté de réparer des injustices, s’activait en employant déjà le pluriel de majesté pour s’exprimer. Donc le score était à ce moment de « un partout »

Puis survint des événements purement internes au Burkina; le peuple, courageux et intègre, a exprimé son ras-le-bol de voir un Président, au-dessus des lois, s’accrocher à son fauteuil; le peuple énervé a viré l’intouchable en trois jours, montre en main. (La rébellion ivoirienne aura mis, avec des moyens armés que n’avait pas le peuple burkinabé, huit années avec une aide  à la fois militaire et politique extérieure très conséquente pour arriver au même résultat).

Celui qui venait de chuter de son piédestal, aidé par les militaires français venus l’extraire des griffes populaires, s’est réfugié, le plus naturellement du monde, en Côte d’Ivoire où il compte beaucoup de copains.

Pour faire bonne mesure, le viré a ruminé sa vengeance et s’est défendu bec et ongles d’avoir actionné ses partisans armés pour une reprise hypothétique d’un pouvoir disparu; pour mieux réussir ce challenge non avoué mais organisé à la va-vite, une bande sonore diffusée sur internet sera authentifiée par un certain Yacouba Zida comme la preuve de l’implication de Soro Guillaume dans cette tentative de déstabilisation du régime de la transition au Burkina. On sait à présent que l’ancien Premier ministre de la transition a juré d’avoir la peau de Soro Guillaume, vu, comme «L’Eléphant» l’a déjà conté, qu’il entend revenir lui-même dans quelques cinq petites années, en sauveur du Burkina Faso et qu’il ne souhaite pas avoir en Côte d’Ivoire, un ennemi qui s’appelle Soro Guillaume qui pourrait bien compromettre certains plans dont il est parfaitement au courant. Soro Guillaume est-il impliqué dans l’opération de déstabilisation du Burkina? Il nie les faits et parle de complot. Apparemment au Burkina Faso, ils sont nombreux qui ne partagent pas cette version. Mais, et si ce qui est reproché à Soro était avéré, on pourrait dire que cela ne relève-t-il pas de la logique? On pourrait facilement comprendre cette attitude bienveillante puisque d’un côté on a notre Président qui compatit aux douleurs de son «ami» déchu qu’il ne livrera jamais à la Justice burkinabé et de l’autre, notre président de l’Assemblée nationale qui veut aider ses amis d’hier et surtout protéger ses biens restés ou stockés au Burkina.  D’autres ex-chefs de guerre n’ont-ils pas, discrètement, eu la même attitude pour protéger dans ce pays, leurs biens?

Mais toute entreprise de déstabilisation n’étant pas une science exacte, les résultats attendus n’ont pas été à la hauteur de ce qui était attendu par les uns et les autres! Et, aujourd’hui, ce sont des traces auditives qui sèment la discorde entre le Burkina et la Côte d’Ivoire. Et, pour ne rien arranger, sur la base de ces traces auditives récemment (seulement) versées au dossier d’instruction alors qu’elles n’ont toujours pas fait officiellement l’objet d’une authentification scientifique indépendante, le Burkina Faso veut voir le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire arrêté, menotté et jeté dans l’une de ses prisons à Ouagadougou. Pourtant, avant le lancement du mandat d’arrêt, le Président Ouattara qui devrait se rendre à Ouagadougou pour assister à la cérémonie d’investiture du nouveau Président, avait promis régler la question par la voie diplomatique.

Mais, ne voilà-t-il pas que le nouveau Président burkinabé, dans son discours d’investiture, indique clairement que ceux qui sont la cause ou qui ont participé aux maux du pays, devront rendre des comptes?

Quel «insolent», ce nouveau Président! En effet, en présence de notre Président, il prétend que la Justice doit faire son œuvre et refuse même de s’y mêler en déclinant le poste de Président du Conseil supérieur de la Magistrature.

Cette Justice, récoltant les éléments nécessaires pour se forger une opinion, envoie un mandat d’arrêt contre leur ancien Président pour diverses raisons qui semblent bien établies, puis, dans la foulée, contre Soro Guillaume qui, jusque-là, n’a pas réagi, ce qui est à son honneur. Mais ces collègues députés, du moins une partie, se sont réunis pour pondre un communiqué qui ne résout en rien la question de fond. On ne s’immisce pas dans les affaires de justice d’un pays, si les autorités judiciaires au-dessus des juges qui ont lancé le mandat d’arrêt prétendent que leur Justice est indépendante. Et lorsqu’un gouvernement a déclaré qu’il usera de la voix diplomatique pour résorber ce problème, en principe, tout autre bruit est superflu.

D’autant plus que les autorités burkinabè elles-mêmes auront du mal à donner des leçons à la Côte d’Ivoire quand on sait que la plupart de ceux qui sont au pouvoir en ce moment dans ce pays étaient bien avec Blaise Compaoré et n’ont pas hurlé quand ce pays servait de base arrière pour attaquer le régime de Laurent Gbagbo.

Exercice de comptabilité: CI/Burkina: deux déstabilisations (Sankara et Diendéré). Burkina/CI: une seule (Gbagbo).

Dans ce domaine d’us et coutumes, la Côte d’Ivoire aussi n’a pas à donner de leçons.

Pour ce qui concerne les coutumes judiciaires, on notera que, bien que des accords internationaux existent (loin des arrangements diplomatiques), la Côte d’Ivoire, avec un certain détachement, refuse d’exécuter toute demande d’assistance judiciaire.

Soro Guillaume peut donc dormir tranquillement tant qu’il est sur le sol ivoirien. Mais Dieu, quelle histoire de se voir emprisonner dans son propre pays bien que libre de tout mouvement, par la faute d’un pays qui aujourd’hui à ce niveau de «développement» en raison des avantages tirés de la déstabilisation de la Côte d’Ivoire, ce qui a permis toutes sortes de trafics des richesses de ce pays via le Burkina dont les caisses étatiques ont connu une embellie comme jamais elles ne l’ont été. Et voilà que le Burkina Faso veut voir à présent Soro Guillaume derrière les barreaux, à Ouagadougou.

Elle est décidément injuste, la vie!

ALEX KASSY, in L’Eléphant déchaîné N°415

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE