Côte d’Ivoire: Houphouët-Boigny a dû se retourner dans sa tombe! Un de ses mécaniciens ʺspoliéʺ de son immeuble! 20 ans de loyer encaissé par un étrange ʺphilanthropeʺ

By: Africa Newsquick

HOUPHOUETCôte d’Ivoire: Houphouët-Boigny a dû se retourner dans sa tombe! Un de ses mécaniciens ʺspoliéʺ de son immeuble! 20 ans de loyer encaissé par un étrange ʺphilanthropeʺ

Notre premier Président n’est vraiment plus! En témoigne ce que vient de subir un de ses anciens collaborateurs…

De l’achat de la maison

Se loger dans la capitale économique est un casse-tête chinois, en ce moment. Mais par anticipation, certaines personnes se sont jeté corps et âme dans l’immobilier. Parce que croyant fort que c’était un investissement durable et profitable. C’est le cas de Sampah Assamoi Georges, cet illettré de 85 ans maintenant, technicien auto à la retraite, qui travaillait au Palais pour le compte de notre premier Président de la République, Félix Houphouët-Boigny. De par son génie, il était mécanicien et pilotait les nombreux engins qui se trouvaient au Palais. En 1979, auprès de la Société générale des Banques de Côte d’Ivoire (SGBCI), filiale du groupe français, Société générale, il contracte un prêt de 36 millions de F Cfa, en vu de poursuivre la construction de son immeuble sur un terrain sis à Treichville Arras Cabane Bambou, ayant pour titre foncier N° 8184. Après l’achèvement des travaux, suite au prêt octroyé par la banque, l’immeuble de l’actuel nonagénaire trouve locataire. Les salariés de la LOGEMAD – une structure qui était chargée de loger les fonctionnaires et agents de l’Etat – s’y installent. Mais les intempéries au niveau de cette entreprise ne permettent pas à Sampah George de percevoir régulièrement les loyers pour honorer ses engagements au niveau de la banque. En 1995, la LOGEMAD ne paie plus les beaux administratifs pendant près d’un an, et la banque sort ses griffes et menace de saisir l’immeuble si elle ne rentre pas dans ses fonds. C’est qu’une banque quand ça fait souvent des erreurs envers ses clients ça s’excuse; mais ça ne badine pas avec, quand on lui doit! Bonjour donc les agios, et autres taxes dues au non respect des engagements pris! La créance monte à 73 millions de F Cfa. Et Sampah s’époumone comme un beau diable et efface 54 millions de F Cfa de l’ardoise.

On fait appel à un «philanthrope»

Face à ses difficultés financières et à son incapacité de faire face aux engagements vis-à-vis de la banque, Sampah Georges se résout à prendre langue avec Abobi Severin, responsable au service du cadastre, et ami personnel de son cousin Feu Sampah Louis, ex-dirigeant de l’Africa Sport National, afin qu’il intervienne auprès de la banque. Toute chose qui a eu une oreille attentive auprès de Abobi Severin. Il accède donc à la doléance avec philanthropie (!?) en conduisant le couple en difficulté chez son notaire du nom de Maître Tanoe Viviane, commise par Abobi Séverin aux fins de trouver une issue heureuse auprès de la banque. Après des négociations avec la banque qui ne voulait que renter dans ses fonds, Séverin Abobi, par le truchement de dame Sandra Barbara, libère un chèque de 36 millions au nom de Sampah Assamoi Georges pour régler la dette. Le 14 septembre 1995, en présence de Maître Tanoe Vivane, le couple dépose le chèque à la banque. Ensuite l’homme de droit (le notaire Maître Tanoe Viviane) prie le couple de se rendre à son cabinet pour des documents afférents, après le dépôt du chèque.

Un «esprit malin» plane dans les airs

Une fois au cabinet de la notaire, «une feuille vierge» est présentée au couple pour signature. Motif: cette signature lui permettrait (Me Tanoe Viviane) de ʺretirer les mains levées de Me  Williamsʺ, le notaire du couple. Sampah Georges et son épouse n’y trouvent pas d’inconvénients. Surtout son ʺsauveurʺ, l’ami de son frère et cousin Sampah Louis, venait de les sortir d’une grosse huche. Par reconnaissance, le couple décide de se rendre chez son bienfaiteur pour lui dire merci. Tiens! Ils ne s’arrêteront pas là. Conscient de cet effort ʺsurhumainʺ et de ce ʺdon de soiʺ de Abobi Severin, ils lui font la proposition d’encaisser le loyer de l’immeuble d’une valeur de 800.000 F Cfa/mois, en 1995, à l’époque, jusqu’à ce qu’il atteigne les 36 millions de F Cfa déboursés pour les tirer d’affaire.

L’idée de reprise fleurit, la «guerre» commence!

En 2010, un des fils de Sampah Georges, devenu grand et vivant sur le sol français, expédie 36 millions de F Cfa à son géniteur pour tirer au clair cette affaire d’immeuble. La somme de 36 millions de F Cfa devrait donc servir à éponger la dette contractée auprès de Abobi Séverin afin que l’immeuble revienne le plus naturellement possible à son propriétaire. C’est en ce moment que de grandes surprises qui donnent froid dans le dos seront connues! Abobi Séverin lâche sèchement que l’immeuble lui été vendu. Par qui? Sampah louis le propriétaire, lui, n’en revient pas! De 2010 à 2014, la bataille va se poursuivre et même s’intensifier. On se trimballe devant les tribunaux. Une décision est rendue en faveur de Sampah Georges: «La vente ne s’est jamais faite». La «feuille vierge», signée en 1995 qui devrait selon les dires de Me Tanoe Viviane permettre de ʺretirer les mains levées de Me Williamsʺ, est brandie comme une attestation de vente. Pardi! Pour un immeuble, la vente peut-elle se faire comme celle des oignons au marché Gouro d’Adjamé? Chose étrange, c’est que depuis le 15 janvier 2015, et en dépit du verdict du tribunal, Abobi Séverin refuse de rétrocéder l’immeuble, malgré le fait que Sampah Georges ait renoncé aussi aux 20 ans d’encaissement de loyer, soit 192 millions  de F Cfa. La vie continue… Et Abobi Sévérin perçoit les loyers, impunément. Surtout qu’on est en Côte d’Ivoire, et que le ciel ne lui est pas tombé sur la tête!

Du côté de Abobi Severin

Dans une notre adressée à Mr Abobi Severin pour avoir sa version des faits, le 18/11, «L’Eléphant» reçoit une lettre datée du 24/11, du Cabinet Juris Fort, et signée des mains de Me Coulibaly Fotienworo Mathias. Ecoutons-le. «…C’est à tort que le tribunal de première instance d’Abidjan-Plateau a décidé que l’acte notarié du 20 août 1997, constatant des conditions suspensives, devrait être annulé pour défaut de signature des parties contractantes. Ce, d’autant plus que chaque feuillet dudit acte, ainsi que l’acte lui-même a été signé par le mandataire de celles-ci, et ce, conformément à l’Article 28 de la loi numéro 69-372 du 12 août 1969 portant statut du notariat, modifié par la loi numéro 97-513 du 4 septembre 1997. Je reste convaincu que, le moment venu, la Cour d’Appel n’aura donc aucune peine à infirmer purement et simplement le  jugement numéro 22/CIV 1F A F modifié par l’ordonnance numéro 1771/2015. Qu’enfin, il y a lieu de relever que, si tant est que les époux Sampah étaient aussi sûrs de leur bon droit, avec le jugement contestable et critiquable rendu en leur faveur, ils n’auraient pas à rechercher par tous les moyens, l’acquiescement de ma cliente à ce jugement. Qu’il est pourtant facile de comprendre que, si ma cliente n’a pas daigné réagir aux démarches et propositions inacceptables et indécentes des époux Sampah, c’est bien parce qu’elle n’entend pas acquiescer au jugement dont il s’agit. L’appel étant une voie de recours offerte par le Code de Procédure  Civile qui a fait grief au jugement, c’est donc avec raison et à bon droit que ma cliente, ainsi que Monsieur Abobi Severin et l’agence immobilière Kalimba ont interjeté l’appel contre le jugement auquel monsieur Sampah Georges fait allusion. De plus, ledit jugement n’étant pas assorti de l’exécution provisoire, l’appel interjeté a un effet suspensif. Par conséquent, ma cliente n’a pas à exécuter les termes d’un jugement frappé d’appel. Pour ma part, je vous recommande de rester à l’écoute pour vous en tenir à la décision que viendra rendre la Cour d’Appel d’Abidjan saisie de l’appel interjeté par ma cliente et les autres. Tel est la réaction que suscite  votre demande du 18 novembre 2015». On se croirait au prêchoir! Ouf! Promis juré. L’infernal quadrupède se fera fort de suivre la suite dans les menus détails…

ALI TOURE, in L’Eléphant déchaîné n°405

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 558 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE