Jumia- Côte d’Ivoire: E-commerce, E-licenciement, Le vrai visage du leader de commerce en ligne

By: Africa Newsquick

jumiaJumia- Côte d’Ivoire: E-commerce, E-licenciement, Le vrai visage du leader de commerce en ligne

Le commerce en ligne – E-commerce – a grimpé à un rythme exponentiel. Les entreprises qui exercent dans le domaine se frottent les mains à vue d’œil. Et les premiers responsables en tirent une fierté au point où ils n’hésitent pas à affirmer sur le toit d’Abidjan que le marché est «très demandeur». Sauf que les travailleurs, eux, ne sont jamais à la fête…

Pour ce qui est de notre beau et grand pays où tous les indicateurs montrent que le marché du E-commerce est florissant, les emplois dans le secteur sont d’une précarité absolue. Dans l’une des entreprises du domaine, sinon le leader en Côte d’Ivoire, comme on peut bien le lire sur son site Internet: «Jumia est la boutique en ligne N°1 en Côte d’Ivoire», c’est avec la peur au ventre, que les employés travaillent. La rapidité de licenciement est à la mesure de la commande sur Internet et de la livraison. Sous le prétexte en béton des difficultés économiques, le site (l’entreprise) qui compte 367 employés contre 50 un an plus tôt, avec un chiffre d’affaires de 1 milliard 248 millions 110 mille 566 FCFA, procède à des licenciements à tours de commandes.

Déjà en une année, plus de 09 licenciements ont été réalisés, plus 30 contrats à durée déterminée (CDD) arrêtés (le chiffre est constamment dans une tendance haussière). Il s’agit, soit de départs négociés, soit de départs « involontairement » volontaires. Alors que l’entreprise serait en plein essor aux dires de son Directeur général, Francis Dufay. En Côte d’Ivoire, le marché de l’E-commerce est «très demandeur», se réjouit-il, évoquant une croissance «exponentielle» de son chiffre d’affaires. (In La Croix du 15 juillet 2015). Le hic dans l’affaire, c’est que les licenciements interviennent assidument parmi le «Top mangement».

 

Licenciés pour raison économiques et…remplacés ?

Lancée officiellement le 13juin 2013 en Côte d’Ivoire et dont le business model est de créer une start-up liée à Internet, ensuite l’incuber et la développer à une vitesse exponentielle avec de gros soutiens de financier, Jumia s’était fendue une vision claire. Dans la première année selon le business plan, l’entreprise avait plus besoin de visibilité à grand renfort publicitaire. Mais on a droit à de nombreux licenciements dans le grand mutisme total. Porté au départ par douze Ivoiriens et deux développeurs business expatriés, précisément des Français, presqu’aucune des douze ne figure dans le «Top management». Ils sont au mieux, dans les seconds rôles, en ce moment. Ils ne sont peut-être plus compétents! Le souci de sauvegarder les emplois à Jumia est la dernière des préoccupations de la Direction.

«L’Eléphant» a fait quelques vérifications de routine au niveau du «Top mangement». Et voilà ce qui en ressort. Au plus haut niveau, ça donne ceci: Francis Dufay, Directeur général depuis avril 2014 (Français), poste anciennement occupé par Fatouma Ba qui a eu plus de chance en se retrouvant au Nigéria en tant que Directrice Générale de Jumia Nigéria. Le responsable des achats électroniques, lui, est Roland Deehere (Français). Le responsable des achats lifes style, Richards Philippe (Français). Ces deux postes – le tout en un – étaient tenus par Laurence N., en tant que responsable des achats GM (Moyens généraux). Elle a été priée d’aller pouponner ailleurs.

Marc Meroué (Libanais d’origine) est le responsable du centre d’appel, poste anciennement occupé par Pascal A. (Ivoirien à qui la direction a proposé un départ négocié, qu’il a fini par accepter en août dernier). Après son départ, Marc Meroué est passé Directeur des opérations de la boîte. Shery Toif, (Libano-autrichienne), responsable de la communication, poste occupé par Marie B. (Ivoirienne), priée aussi d’aller «ivoiriser» ailleurs.  Nadia Dosh, (Libanaise d’origine), Directrice des achats. Un poste anciennement occupé par Lena G. (Togolaise). Elle aurait démissionné…involontairement. Moussa G., responsable de la distribution, licencié, et ses activités confiées à son stagiaire Français. C’est beau !

 

« Jumia » a des arguments à vendre…

Face à ces exploits, l’infernal quadrupède a approché la Direction de l’entreprise, histoire d’avoir ses explications. Allez, écoutons le Directeur général de « Jumia »  Côte d’Ivoire, Francis Dufay: «J’ai bien reçu et lu avec intérêt votre lettre de demande de réactions. Vous savez que nous sortons d’un épisode difficile de plan social (qui a concerné une dizaine d’employés sur plus de 350). C’est un événement pénible pour toute la société, bien sûr plus encore pour les personnes concernées, et je m’attendais malheureusement à retrouver dans la presse des récriminations déjà entendues de certaines personnes. La vérité est toujours quelque part au milieu, et j’aimerai vous apporter le point de vue de Jumia, notamment face à certaines accusations très graves soulevées dans votre courrier. Pouvez-vous s’il vous plaît m’envoyer par e-mail une liste de quelques questions auxquelles je répondrai le plus sincèrement possible. Nous sortons d’un processus légal très réglementé, et vous comprendrez que nous devons faire attention à notre communication extérieure. Si cela est utile, je vous proposerai par ailleurs volontiers de venir visiter notre activité dans les jours qui viennent.»

Après une telle réponse, on a tout compris !

ALI TOURE, in L’Eléphant déchaîné n°400

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE