Opérations « Abidjan Ville Propre » : La DG de l’ANASUR dénonce Allah Kouadio à Ouattara, De graves accusations contre le ministre du PDCI

By: Africa Newsquick

DG ANASUROpérations « Abidjan Ville Propre » : La DG de l’ANASUR dénonce Allah Kouadio à Ouattara, De graves accusations contre le ministre du PDCI

Une directrice générale qui écrit directement à la Présidence de la République pour dénoncer son ministre de tutelle, en l’occurrence, le ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, Allah Kouadio Remi. Voilà qui est assez inédit pour être souligné.

C’est le jeu « nouveau » auquel s’est livrée la dégé  de l’Agence nationale de la salubrité urbaine (ANASSUR),  Gaoussou Sarrahnn Teinin Ouattara…une nièce directe, paraît-il, de notre président.

« L’Eléphant » qui a mis une patte sur ce courrier s’est effondré de saisissement, après avoir parcouru son contenu.

 

Une opération « Abidjan ville propre » vous manque et…

La deuxième opération « Abidjan ville propre » a eu lieu du 17/8 au 31/10. Le Trésor public devait rémunérer les acteurs toutes les deux semaines. Dans ce cadre, le ministère de l’Environnement et du Développement durable a mis en place une plate forme pour gérer l’opération, avec le concours du Bureau national d’études et de travaux de développement (BNETD), choisi comme «consultant » dans le cadre de ce projet. Les opérateurs ont proposé au ministère de continuer le projet, puisque leur contrat avec l’Anasur était arrivé à son terme et qu’il fallait du temps pour le signer à nouveau; autant donc, continuer avec l’existant, jusqu’à la fin de l’année. Ce à quoi accède Allah Kouadio qui prolonge l’opération jusqu’en décembre. Une décision que n’a pas appréciée la dégé de l’Anasur…

 

« Dis tonton, pourquoi tu tousses » ?

C’est que, en réalité, les décisions du ministre ont placé la dégé de l’Anasur dans une position de «Reine d’Angleterre». Elle n’avait plus aucun contrôle sur l’opération  «Abidjan ville propre ».

Pour démontrer son mécontentement, sans tenter au préalable un dialogue direct avec son ministre de tutelle, elle adresse directement un courrier à ses « tontons » au Palais Présidentiel, le chef de l’Etat et son petit frère, Birahima Ouattara dit «photocopie ».

Dans cette lettre, la «nièce» ne passe pas par une montagne d’ordures pour charger Allah Kouadio Rémi. Allez, parcourons un peu ce courrier. «(…) Je viens respectueusement porter à votre attention des dysfonctionnements graves engendrés par les opérations «Abidjan ville propre».  Le Ministre de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement durable a entrepris des opérations dénommées « Abidjan ville propre » le 31 décembre 2014 et 17 août 2015. Ces opérations sont présentées comme pouvant résoudre les retards de paiement subis par les opérateurs de la filière grâce à un paiement à la quinzaine. En réalité, ces paiements à la quinzaine n’ont pas eu lieu et les opérateurs s’en sont plaints…» Commence-t-elle. Et pour que « tonton » comprenne bien de quoi il s’agit, la dégé de l’Anasur rentre dans les détails.

 

« Suspension illégale des Marchés »

Sous ce titre, Allah Kouadio Rémi est accusé d’avoir suspendu de façon unilatérale, les marchés que les opérateurs en question ont signés avec l’Anasur. Et pourtant, ces marchés auraient été passés selon la dégé, dans un respect scrupuleux des règles « de bonne gouvernance », c’est- à dire suivant des appels d’offres. Il se croit où, ce ministre ? Ce n’est pas tout !

Alors que la dégé dit qu’elle n’agit que dans un cadre strictement réglementaire, le ministre lui, se comporte comme dans une jungle, en cooptant « de façon discrétionnaire sans appel d’offres », des opérateurs qui « viennent s’ajouter à la liste des opérateurs existants dont les marchés ont été suspendus ». Et, pour étayer ses dires, la dégé explique à « tonton » que dans la dernière opération «Abidjan ville propre », Allah Kouadio aurait coopté discrétionnairement « 8 sur 20 opérateurs ». Pour charger la barque à ordures de son ministre, la dégé l’accuse affreusement de se livrer à « une gestion désordonnée et redondante des prestations avec plusieurs opérateurs sur la même zone».

 

Colère de femme !

Il faut qu’elle en est de dents dures contre le ministre pour aller jusqu’à ce niveau. La dégé l’accuse carrément, sous le titre « détournement de domiciliation bancaire », d’avoir mis en place pour le règlement des factures des opérateurs, une « régie ad hoc » qui se chargerait-sans doute en prélevant une « taxe » au passage ?-, d’ordonner les virements sur des comptes nouvellement ouverts et indiqués au ministre par les opérateurs. Et la dégé de dénoncer le caractère illégal de ces virements  sur des comptes qui ne figureraient pas dans les contrats signés dans le cadre de l’attribution des marchés. Une situation qui, selon elle, exposerait l’Etat à des poursuites de la part de certaines banques vu que les domiciliations bancaires dans le cadre de la collaboration entre l’Anasur et les opérateurs qu’elle connait engageraient la responsabilité de l’Etat par leur caractère irrévocable.

Et ce ministre qui vient exposer l’Etat à des poursuites bancaires…

 

Le coup de grâce !

Pour finir, Allah Kouadio est accusé de traiter le décret fixant les attributions de l’Anasur, comme sa première paire de basket. En effet, selon Sarrahn Tenin Ouattara, le ministre aurait détourné toutes les prérogatives de l’Anasur à son profit.

Il n’en faut pas plus pour que cette terrible conclusion soit tirée : « Pour des raisons tant professionnelles que personnelles que vous comprendrez, je ne peux rester muette et inactive face à de tels montages dont le réel dessein est d’avoir un accès direct aux fonds et un pouvoir discrétionnaire de disposer de ces fonds. Ceci est la mise en œuvre d’une volonté de contourner le filtre technique, légal et légitime que constitue l’entité Anasur que je dirige. Ces opérations « Ville Propre » ne sont que des artifices à caractère extraordinaire afin de s’affranchir des règles de gouvernance régies par les appels d’offres. En conséquence, la troisième opération « Ville Propre », objet de la Communication en Conseil des Ministre de ce jour, ne doit pas être exécutée. Je me tiens à votre disposition pour toute information sur le sujet. »

 

« Tonton et ses histoires de respect de la procédure »

C’est que cette violente lettre adressée au chef de l’Etat avait pour objectif de l’amener à geler la Communication que le Ministre Allah Kouadio entendait faire pendant le premier conseil des ministres d’après investiture pour le deuxième mandat, afin que la troisième opération « Abidjan Ville Propre » ne soit pas conduite sous la seule responsabilité d’Allah Kouadio, mais plutôt sous le contrôle exclusif de la dégé de l’Anasur.

Mais, manifestement, le chef de l’Etat, le 4 novembre 2015, n’a pas tenu compte (pour le moment ?), de la lettre de dénonciation de la dégé de l’Anasur.

Aussi, au sortir de ce premier conseil des ministres, l’on a pu lire dans le communiqué final, au titre du ministère dirigé par Allah Kouadio Remi : «Au titre du Ministère de l’Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, en liaison avec le Ministère d’Etat, Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité, le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé de l’Economie et des Finances et le Ministère auprès du Premier Ministre, chargé du Budget, le Conseil a adopté une communication relative à la poursuite de l’Opération Abidjan Ville Propre II. Face à la situation d’insalubrité récurrente du District Autonome d’Abidjan, le Gouvernement a organisé une opération «Abidjan Ville Propre», la deuxième du genre, sur la période du 17 au 31 Octobre 2015, avec l’objectif de rendre satisfaisant le niveau de salubrité de notre capitale économique.  Les dépôts sauvages de déchets ont été supprimés, les caniveaux des voies principales curés et libérés des déchets qui les encombraient, les voies et places publiques sont jour après jour plus propres et plus belles. Aussi, en vue de maintenir, voire  d’améliorer l’état  actuel de salubrité des treize (13) communes du District Autonome d’Abidjan, le Conseil a-t-il décidé de la poursuite de l’Opération Abidjan Ville Propre II. Ainsi, cette opération est prorogée jusqu’au 31 Décembre 2015. Le Conseil a instruit les ministres concernés à l’effet de prendre toutes les dispositions en vue de consolider les acquis et de  permettre aux populations de disposer  d’un cadre de vie sain et agréable.» Lit-on dans ce communiqué. La vie n’est pas juste !

Le chef de l’Etat a donc ignoré le cri de détresse de la dégé de l’Anasur au point de permettre la poursuite de l’opération « Abidjan Ville Propre » pour la deuxième fois ? Non ! Selon les sources de « L’Eléphant », Ouattara n’aime pas que des personnes placées sous l’autorité directe d’un ministre sautent le Premier Ministre pour lui adresser des courriers qui évoquent des problèmes avec leur ministre de tutelle. Bravo !

Aussi, après le conseil des ministres, précisent nos sources, a-t-il imputé le courrier de la dégé au Premier ministre pour « traitement ».

 

Le « jugement de Salomon »

Le Premier ministre Daniel Kablan Duncan, s’empresse d’exécuter les instructions du chef de l’Etat. Le vendredi 7 novembre, il convoque et reçoit Allah Kouadio pour entendre sa version des faits, sur chacune des accusations portées contre lui par la dégé de l’Anasur. La rencontre qui commence à 19 heures, se termine deux heures plus tard.

Après les explications verbales du ministre, le Premier Ministre, histoire de ne fâcher aucun camp, décide de placer la gestion du dossier des ordures dans le cadre de la troisième opération « Abidjan Ville Propre », directement sous son autorité. En attendant que soit installée la nouvelle structure devant gérer ce secteur.

C’est que lors du conseil des ministres qui s’est tenu à Séguéla le 23/7, le Président Alassane Ouattara a décidé de diminuer le nombre des EPN, de 30%. Ainsi dans le secteur des ordures, il est de plus en plus question de fondre en une seule entité, l’Anasur et le Fonds de la filière déchets, FPPSU. On peut découvrir cette volonté dans le communiqué de ce conseil des ministres tenu hors d’Abidjan : «(…)Dans le cadre de la gestion durable des déchets solides ménagers et assimilés, le Conseil a adopté diverses mesures: 1. le relèvement d’environ 10 milliards de francs CFA de la quote-part affectée à la gestion des DSMA en matière d’impôts fonciers;  2. la fusion du Fonds de Financement des Programmes de Salubrité Urbaine (FFPSU) et de l’ANASUR en vue de limiter les dépenses de fonctionnement des structures du secteur; 3. Le renforcement du recouvrement des taxes affectées au financement de la gestion des DSMA. Ces mesures permettront de renforcer le système de financement du secteur de la salubrité et de préserver au mieux le cadre de vie et la santé des populations dans le District d’Abidjan et dans les villes de l’intérieur du pays».

 

Un « défendeur » pugnace nommé Allah Kouadio

Rentré chez lui après la rencontre avec le Premier ministre, Allah Kouadio, bouillant de colère,  met à profit le weekend du 8 au 9 novembre pour rédiger une note de 8 pages. Qu’il expédie au « juge » Duncan. Dans cette note que « L’Eléphant » a consultée, le ministre balaie du revers de la main toutes les accusations portées contre lui par la dégé de l’Anasur. Entre autres arguments, il nie l’existence d’une régie au sein de son ministère et précise que les opérateurs traitent directement avec le Trésor Public. Il rejette l’accusation de cooptation d’opérateurs sans passer par l’appel d’offres.

Selon le ministre, ces opérateurs que Sarrahn Ouattara qualifie de « cooptés », seraient des opérateurs des communes de l’intérieur du pays venus prêter mains fortes à la faveur de l’opération « Abidjan ville propre», pour renforcer les secteurs névralgiques le long de celle-ci. Et Allah Kouadio de préciser qu’alors que les opérateurs habituels revenaient à l’Etat à 2 milliards de FCFA mensuellement durant cette opération, «ses» opérateurs, eux, ne coutaient que 29 millions de FCFA, aux caisses de l’Etat. Concernant la nouvelle domiciliation de comptes, le ministre indique que le contrat entre les opérateurs et l’Anasur est différent de celui effectué dans le cadre de l’opération « Abidjan ville propre». Ce nouveau contrat, selon le ministre en colère, donne la liberté aux opérateurs de domicilier leur compte où bon leur semble.

 

Accusations contre accusations

Après avoir répondu point par point aux accusations de la dégé, le Ministre porte la charge contre elle. Il révèle à Duncan que pendant les visites d’Etat, la dégé de l’Anasur n’aurait retenu que seulement deux opérateurs (« Etablissements Coulibaly » et « Moya ») qui se seraient  relayés dans les localités visitées. Mais peut-être que moins les entreprises sont nombreuses, plus les ordures représentent de l’or pour tous et pour chacun, non ?

Ce n’est pas fini ! Dans sa si longue lettre, le ministre dénonce la signature d’un contrat entre l’Anasur et 5 consultants, qui percevraient 5 millions de FCFA mensuellement, chacun. Soit 300 millions de FCFA l’année. Alors que la convention aurait été paraphée à hauteur d’un milliard de FCFA.

Quoi ? On oserait faire des surfacturations, même dans le secteur des déchets ?

Enfin, pour boucler la boucle, le ministre accuse la dégé de ne pas assister aux réunions convoquées par son cabinet ou y arriverait toujours en retard, au point où il lui aurait demandé de ne plus assister aux réunions si elle n’était pas capable d’être à l’heure. Résultat, la dégé ne viendrait plus aux réunions.

Avec de telles amabilités échangées entre un ministre de l’Environnement et une dégé d’une structure placée sous sa tutelle et chargée de lutter contre l’invasion des déchets, on comprend mieux pourquoi certains opérateurs non payés ont piqué des «AVC » et ont quitté ce monde…des « déchets ménagers et solides ».

Qui aurait la peau de l’autre dans cette «guerre» pour le contrôle de la troisième opération « Abidjan Ville Propre »?

W.A, in L’Eléphant déchaîné n°400

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE