Côte d’Ivoire-Concours administratifs: Interdit de faire des réclamations, «ça ne se fait pas!»

By: Africa Newsquick

Cissé BACONGOCôte d’Ivoire-Concours administratifs: Interdit de faire des réclamations, «ça ne se fait pas!»

Il y a deux cas qui pourraient susciter la production d’une affirmation si énergique dans une situation donnée: soit l’on fait allusion à un acte naturellement anormal vis-à-vis du bon sens soit l’on parle de quelque chose de légalement prohibé. Dans quel cas se trouve-t-on cher lecteur pour la situation suivante?

Un candidat, au récent concours de l’Ecole Normale Supérieure, sorti des salles de composition avec une bonne assurance d’avoir bien travaillé, réalise à sa grande surprise que son nom ne figure pas sur la liste des résultats d’admissibilité. Un concours, nous renseigne le dictionnaire encyclopédique Encarta, est un examen destiné à choisir les meilleurs candidats. Si l’on se réfère à cette définition du terme concours, on peut dire que notre candidat a peut-être  produit un bon travail certes, mais pas assez bon pour être compté parmi les meilleurs. Ou peut-être que le candidat s’est carrément égaré dans son travail tout en croyant être sur le bon chemin. Dans tous les cas, comment le savoir si ce n’est qu’à travers un retour au travail produit par ce dernier? Tout en acceptant donc malgré lui le «verdict» de l’examen, si l’on peut l’appeler ainsi, notre candidat souhaite en avoir le cœur net. Il se rend donc au lendemain des résultats le vendredi 16 Octobre précisément dans ladite école avec une lettre de réclamation bien rédigée, adressée au Directeur et demandant juste l’accès à ses copies. Et la réponse que lui crache la secrétaire à la Direction générale est: «ça ne se fait pas ! C’est un concours! Je ne reçois pas ce courrier! » Devant ce rejet catégorique, notre candidat, tout serein, réplique: «Merci Madame, ce n’est pas que je réclame l’admissibilité mais si vous dîtes que cela (les réclamations) ne se fait pas, c’est certainement sur la base des textes régissant le concours, je voudrais au moins les voir ». La réponse à cette noble demande est un ordre de se rendre plutôt à la Direction des Examens et Concours (DECO). Bien… En se rendant à ladite direction, notre candidat rencontre un administrateur à qui il expose poliment sa demande. Ce dernier, un gentleman, lui fait savoir que « ce n’est qu’après les résultats d’admission que le candidat a la possibilité d’avoir accès à son dossier voire ses copies ». Consultation après la mort, pas bien grave… Suivant ces recommandations, notre candidat patiente et se rend à nouveau sur les lieux le jeudi 05 novembre. Conduit par le même administrateur à la Direction des Examens et Concours, il présente sa requête et la réponse est plus triste: «En effet, ça se fait pas… » En guise de justification, l’administrateur sexagénaire pose la question suivante: «Qui peut fouiller à travers cet amas de papiers pour retrouver vos copies ? Les copies de l’examen sont là, dans ce bureau, on n’attend plus que quelques temps pour les mettre au feu! » Désolé, cher lecteur, si vous êtes candidat malheureux à ce concours, mais c’est apparemment là la véritable destination de vos efforts. La preuve que ʺça ne se fait pasʺ, c’est le programme de délibération affiché avant les résultats par l’école:

-Admissibilité

  • Délibération Mercredi 14 Octobre
  • Résultats Jeudi 15 Octobre

-Admission :

  • Composition Lundi 19 au Mardi 20
  • Mercredi 21 au Vendredi 23
  • Délibération définitive Jeudi 29 Octobre 2015.

C’est clair ! Ça ne se fait pas!

Maintenant qu’il est clair que ça ne fait pas, peut-on au moins en savoir la véritable raison? Elément de réponse, l’ordonnance de la secrétaire à notre candidat: « Ça ne se fait pas ! C’est un concours ! » Il y a très certainement une définition du terme ʺconcoursʺ  différente de celle fournie par le dictionnaire et que notre candidat ignore. A notre dame de nous l’expliquer… Mais il n’y a pas qu’elle seule dans cette conception des choses dans la mesure où cette façon de faire semble bien éperdument partagée par les candidats eux-mêmes. C’est un lavage de cerveau bien réussi.

En réalité, permettre aux candidats de poser des réclamations n’a rien d’un péché. Bien au contraire, c’est un geste de bon sens et de droit (…) La décision de non-réclamation doit certainement provenir d’une loi, laquelle ? Nos recherches sur Internet n’ont pas été fructueuses. Mais déjà, il est prévisible que l’existence d’une telle loi donnerait beaucoup à désirer en ce qui concerne sa pertinence vis-à-vis de la Justice ? Lisons Montesquieu: « Une chose n’est pas juste parce qu’elle est loi (…) mais elle doit être loi parce qu’elle est juste.» Cahiers, p. 125.

La loi sur les concours en Côte d’Ivoire semble ne pas du tout admettre les réclamations. Pendant ce temps, à travers la plupart des concours en Occident d’où ce type de compétition est originaire, on consacre toujours un article aux réclamations qui durent généralement une semaine après la sortie des premiers résultats. En Côte d’Ivoire, les membres de jury de nos concours doivent certainement être des saints anges capables de jugement ou délibération sans appel.

Sans pourtant faire partie de ce jury, nous pouvons en savoir de ce qui se fait dans le bois sacré à travers la question réflexive de l’administrateur de la Direction des examens, à savoir: «Qui peut fouiller à travers cet amas de papiers pour retrouver vos copies ?» Il est clair que fouiller la masse de copies de ces milliers de candidats ne serait pas chose aisée. Mais il convient de rappeler aux organisateurs que cela devrait faire partie de leur organisation. Il y a tout de même quelque chose de curieux dans la réaction de l’administrateur; En effet à bien analyser cette question, on peut se demander pourquoi notre administrateur n’a tout simplement pas au moins signifié au candidat la disponibilité des notes dans tel document ou fichier numérique… De là, on est en droit de penser que les copies ne sont soit carrément pas corrigées ou si elles le sont, ce n’est que par pur soucis de voiler la fraude. D’ailleurs, pensez-vous qu’il y est lieu de s’appliquer à informatiser des notes dont les copies destinées directement au feu ne seront plus jamais présentées aux candidats ? A quoi bon même d’organiser des séances de correction s’il est par la suite «anormal» ou «illégal» de présenter à ces derniers les preuves authentiques de leur échec. Rien que de l’imposture !

Avant de quitter l’administrateur de la Direction des Examens et Concours de l’ENS, notre candidat tout ému laissa entendre: «Cela ne nous donne plus le courage de présenter à nouveau ce concours.» Et à l’administrateur de répondre:  « Les années ne sont pas les mêmes. » Que faut-il entendre par là ? À chacun son analyse… Pour nous, cette affirmation laisse entendre qu’il y en a de bonnes années et de mauvaises. Et notre candidat a peut-être donc présenté l’examen dans la mauvaise année… A l’instar de ce candidat, il y en a des diplômés dans ce pays dont tout l’espoir d’une vie meilleure n’est incarné que par l’attestation du BAC, du DEUG, de la LICENCE ou la MAÎTRISE; et qui, pour quelques situations difficiles se retrouvent à se débrouiller dans l’informel ça et là un peu partout; et qui, dans leur préparation dudit concours ont cumulé privation de sommeil, jeûnes, prières, achat de documents de toutes sortes, cours de préparation; et qui, au sortie des salles d’examen voyaient un peu plus que notre candidat même, l’horizon s’embellir pour eux; et qui, furent « blessés » par les résultats. Et qui enfin, au nom d’un « ça ne se fait pas !» dépourvu de raison, charognent sous l’effet de la douleur de leur prétendu échec. Le plus malheureux dans cette affaire est que, par milliers encore, les pauvres diplômés ivoiriens affluent vers les sites de visite médicale pour les concours 2015-2016 lancés, avec les économies de pauvres parents croupissant dans les bas quartiers et les villages. Espérons pour eux que le diable, président de jury de ces concours, un peu fatigué de ses œuvres ténébreuses, sommeillera pour cette année.

F.G, in L’Eléphant déchaîné n°399

1 Comment

  • MIAKA:

    Hi, this is a comment.
    To delete a comment, just log in and view the post's comments. There you will have the option to edit or delete them.

Laisser un commentaire

Agenda

décembre 2017
D L M M J V S
« Nov    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Archives

Directeur de publication Gérant : Guy Tressia

Contact: +225 08322110/40007513

Email: guytressia@gmail.com

Abonnez-vous à africanewsquick par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à africanewsquick et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez 11 559 autres abonnés

Retour vers Haut
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE